Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 09:33

Vous avez peut-être lu ou entendu que le CIO réfléchit à nouveau à l’introduction du saut à ski féminin comme discipline olympique pour les JO de 2014.

 

L’idée aura donc fait son chemin, grâce à la persévérance de ses pratiquantes. En effet, les premiers championnats du monde féminin de la discipline ont eu lieu cet hiver; à cette occasion les sauteuses se sont réunies pour réclamer une épreuve de saut à skis féminine aux JO de Vancouver (qui auront lieu en 2010). Bien que le comité d’organisation de ces jeux possède une charte qui stipule la non-discrimination entre les sexes, ce comité s’est très vite retranché derrière le refus du CIO. Néanmoins, les sauteuses n’ont pas renoncé ; et l’idée est à nouveau envisagée pour les Jeux de Sotchi.

C’est une discipline pour le moins impressionnante, et cela ne m’étonne pas que l’on ait longtemps dissuadé les femmes de la pratiquer. Ce serait la dernière discipline des JO d’hiver à n’être réservée qu’aux hommes.

 

 

Les JO d’été comportaient quant à eux une dernière épreuve réservée aux hommes, la boxe. C'est désormais du passé: la boxe féminine figurera au programme des JO de Londres en 2012 . 

Néanmoins, j’ai lu ici que l’Association Médicale Britannique de Médecine (organisme très prestigieux) n’a pas tardé à faire entendre sa voix pour émettre des réserves : selon eux, la boxe serait un sport trop dangereux qu’on ne devrait pas cautionner en créant une épreuve féminine aux JO. (Mais pas un mot sur les hommes, libres apparemment de se cogner comme ils veulent). Les boxeuses, qui sont par ailleurs de plus en plus nombreuses, apprécieront.

 

 

 


Partager cet article

Published by Gabrielle - dans Jeux Olympiques
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 14:13

L'équipe de France féminine de football, engagée dans l'Euro 2009 qui a lieu en ce moment en Finlande, a été éliminée hier en quart de finale par les Pays-Bas, aux tirs aux buts. J'ai pu suivre le match et je trouve que les Bleues n'ont pas démérité; leur jeu était combatif et volontaire, elles se sont procurées quelques belles occasions, malheureusement sans en concrétiser aucune. Elles ont clairement dominé, mais le score étant toujours vierge après les prolongations, les Néerlandaises l'ont remporté à l'issue des pénalties. Il faut néanmoins préciser que nos Féminines ont largement rempli leur contrat, car c'est la première fois qu'elles atteignent ce stade de la compétition à l'Euro. C'est donc un beau progrès, prometteur pour la suite. 

En ce qui concerne la suite de l'Euro, je pronostique une belle finale Allemagne - Angleterre. L'Allemagne, tenante du titre depuis plusieurs années et championne du monde, est naturellement favorite.

Je voulais aussi et surtout parler de la médiatisation de l'évènement en France. L'ironie est cruelle car c'est justement hier que France 3 s'est décidée à dépêcher un journaliste de Tout le Sport en Finlande pour faire un reportage sur les Féminines. C'était un petit évènement: aucun autre grand média français n'avait daigné envoyer quelqu'un sur place pour couvrir l'Euro; en France on n'a ainsi pu voir les matchs que sur Eurosport (et encore) tandis qu'ils étaient diffusés dans tous les autres pays participants.

Les rédactions se sont - relativement - réveillées lorsque les Françaises se sont qualifiées pour les quarts de finale dimanche dernier. Les journaux sportifs en tête, quelques radios, puis même Le Monde, y sont allés de leur entrefilet, ce qui constituait déjà un succès. Et quatre jour plus tard, les voici éliminées, ce qui les condamne donc sans doute à retourner dans l'ombre de leurs homologues masculins, qui eux, n'ont pas de souci à se faire car même leurs défaites font vendre du papier.

Voilà qui donne un bel effet de pétard mouillé. Suivre les Bleues depuis le début du championnat aurait sans doute permis de mieux marquer les esprits - cela aurait fait 4 matchs en tout -, mais de même qu'on ne prête qu'aux riches, pas question de prendre des risques d'audience avec une équipe dont on ne connaît pas les chances.

C'est une occasion perdue de mieux faire connaître le foot féminin, qui est victime des mêmes préjugés depuis des années. Ce ne sera donc sans doute pas cette année que les petites filles demanderont à leurs parents de les inscrire au club de foot "pour devenir comme Elodie Thomis".


Quoiqu'il en soit, parce qu'on ne peut pas avoir envie de mieux connaître ce dont on ignore l'existence, voici sur le site de la FFF de belles photos du match d'hier.


Partager cet article

3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 23:24

Elles sont bel et bien entrées en lice : elles s’inscrivent dans des clubs, participent aux compétitions, ou vivent simplement leur passion. Mais on n’accorde toujours pas aux femmes sportives l’attention qu’elles méritent ; le sport reste masculin par défaut.

 

Les quelques grandes sportives chouchoutes du public et des médias doivent leur notoriété autant, sinon plus, à leur plastique qu’à leurs prouesses techniques. Celles qui ne satisfont pas aux canons de beauté ou pratiquent des sports soi-disant virils restent dans l’anonymat.

 

Il vaut mieux être beach-volleyeuse en brassière plutôt qu’haltérophile en short pour espérer qu’on s’intéresse à vous.

 

La distinction entre « sports d’hommes » et « sports de femmes » subsiste : devenir lanceuse de poids ou danseur classique reste difficile.

 

Ce sont toujours les mêmes sempiternelles activités qu’on propose aux femmes, celles qui exaltent la féminité et la grâce ; enfin à en croire les magazines féminins, le sport n’existe que pour réduire la cellulite.

 

Pour ma part, pratiquante, supportrice et spectactrice, je voudrais présenter le sport et les sportives autrement.

 

 

 

Partager cet article

Published by Gabrielle
commenter cet article

Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....