Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 07:00

Premièrement, il y a un grand cocorico pour Christelle Daunay: hier, au Marathon de Paris, plus de 40 000 coureurs de tous niveaux se sont mesurés à eux-même dans les rues de la capitale. Parmi ceux-ci quelque 7000 femmes, dont notre championne qui termine 2e, derrière la jeune Ethiopienne Baysa. Et surtout elle abaisse encore le record de France (2h24'22").

 

Ce n'est sans doute pas un hasard si son précédent record était déjà tombé à Paris, devant son public qui l'a encouragée tout le long du parcours (et avec son conjoint qui fait office de lièvre, si c'est pas du soutien personnalisé, ça!). Le grand Haile Gebreselassie himself reconnaît le rôle des supporters: le marathon de Berlin est sa course de prédilection (avec un record du monde battu plusieurs fois) en raison de la ferveur du public.

 

http://www.google.com/hostednews/afp/media/ALeqM5gOo5E4LUhd9FoDk0ElLvPbJgaR3g?size=s2Photo trouvée ici

 

Deuxièmement, le petit cocorico pour l'OL féminin en Ligue des Champions: les Lyonnaises se sont imposées avec un court avantage (3-2) lors du match aller de leur demi-finale contre le club suédois d'Umea. Vous trouverez le résumé du match sur le site Footofeminin. Ce seul but d'avance "condamne" les Lyonnaises à une victoire impérative lors du match retour qui aura lieu en Suède dimanche prochain.

 

Un des commentateurs de cet article se demandait  alors si les Lyonnaises auraient pu planter un ou deux buts de plus si le public avait été plus nombreux. Effectivement les 4000 et quelque spectateurs présents au stade de Gerland ont certainement fait de leur mieux, mais rien à voir avec le soutien que peut apporter un stade rempli.

 

La corrélation entre la ferveur du public et la performance des sportifs n'est plus à prouver.  Encore et toujours, plutôt que de réclamer des résultats pour daigner assister à des matchs féminins, pourquoi ne pas commencer par les encourager? Lorsque je glisse cette idée à mon entourage, on me répond "Mais ma pauvre,  ya pas d'ambiance quand le stade est vide, c'est nul!". Voilà le noeud du problème: ce n'est plus du sport, ce sont les jeux du cirque et on ne va pas au stade pour l'amour du jeu mais pour l'ambiance des tribunes.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Charles 13/04/2010 15:23


Je viens de trouver cette vidéo sur les Féminines de l'Olympique Lyonnais au stade Gerland. C'est sur le match face à Umea avec quelque réactions d'après match.

http://www.youtube.com/watch?v=I_RH7aFlsUo


Gabrielle 13/04/2010 15:07


Oui Charles, effectivement un petit stade bien rempli sera toujours bien plus convivial qu'un grand stade vide qui sera très intimidant.

quand je réfléchis à ce problème je me dis qu'il pourrait être intéressant de laisser le sport féminin faire sa propre évolution au lieu de vouloir le propulser artificiellement en tête
d'affiche...


Charles 13/04/2010 14:35


Bonjour

Oui cela semble toujours bizarre d'assister à un match où plusieurs tribunes sont vides.

Peut-être faut il alors envisager de jouer dans un stade plus petit que dans un méga-stade énorme utilisé par des clubs masculins ?

C'est la leçon de toute l'histoire de la Wusa ( ligue féminine de soccer (2000-2003)) qui utilisait les mégas-stades de football américains et qui s'est ainsi endetté au point de faire une faillite
financiere.

Plus récemment, l'histoire s'est répété avec le Los Angeles Sols dans la nouvelle ligue WPS qui a fermé lui aussi. Le club jouait en 2009 dans le Home Dépot Center ( 25,000 places) alors que
l'assistance était en moyenne de 6000 supporteurs par match.

Les grands clubs féminins professionnels qui persistent et survivent jusqu'ici ont des petites stades: quelques exemples de réussites:

- le Sky Blue FC au Yurcak Field (5000 places) au New Jersey

- Washington Freedom au Maryland SoccerPlex, à Boyds. Au début dans les annnées 2005-2008 quand les Freedoms étaient dans la W-League , leur stade n'avait que 3,000 sieges. Puis l'année derniere
avec l'entrée des Freedoms dans la ligue professionnelle WPS, le stade à été agrandi à 5500 sieges.

- le Saint Louis Athletica utilise le Anheuser-Busch Soccer Park avec ses 6,000 sieges.

Ces stades sont plus modestes mais ils ont une atmosphere très conviviale. J'aime bien. C'est plus facile ainsi avec des petites foules de supporteurs.

Nous vivons le même genre de phénomène au Canada: La seule véritable équipe féminine capable de remplir un grand stade reste l'équipe nationale. Nos clubs locaux ( dans la w-league) attirent de 500
à 800 supporteurs avec un maximun de 1000 dans certaines occasionss. Ceci exception des Vancouver Whitecaps Ladies (où de nombreux supporteurs du club masculins viennent aux matchs féminins). Donc
nous préférons jouer dans des plus petites installations. Ainsi par example près de chez moi, les Cometes de Laval jouent depuis 3 ans au Centre Sportif Bois-de-Boulogne à Laval qui n'a que 880
places dans ses gradins. C'est petit mais l'atmosphere est excellante. Si les Comètes partaient de Laval pour un plus grand stade comme le stade Saputo (13,000 sieges) où le club masculin local,
l'Impact de Montréal, y tient ses matchs,je suis convaincu que l'atmosphere y perdrerait beaucoup.

Plus près de chez vous, le club suédois UMEA (qui affronte les féminines de l'Olympique Lyonnais ) a aussi un beau petit stade composé d'une seule petite tribune de 2500 sieges.


Gabrielle 13/04/2010 10:13


évidemment que l'argument ne tient pas vraiment. j'ai assisté l'année dernière au match PSG Juvisy qui avait eu lieu au parc des Princes. 5000 personnes en tout rassemblées dans un petit coin du
stade, autant dire que ça sonnait creux.
mais toutes les sections jeunes du PSG et de Juvisy étaient là et plein de clubs féminins et leurs familles étaient venus voir ce beau match. l'ambiance était géniale, on était tous survoltés.

trop de spectateurs potentiels font l'équation public nombreux = spectacle de qualité.


g.?uan 12/04/2010 19:34


L'argument de votre entourage a ses limites : il n'y a pas d'ambiance au stade de France, et pourtant c'est toujours plein...
A propos des lieux vides en sans ambiance, le problème est toujours le même : il faudrait transformer un cercle vicieux (moins il y a d'ambiance moins on y va, et moins on y va moins il y a
d'ambiance) en cercle vertueux. Les enjeux sportifs, les victoires contribuent à ce renversement - et surtout, bien évidemment, leur médiatisation. Vous y contribuez vaillamment!


Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....