Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 14:00
C'est dans cet article du Monde paru hier qu'on l'apprend.

Et cela décourage tous les petits garçons d'y aller. Heureusement, spécialement pour eux, on crée des jeux à cheval qui s'inspirent des joutes de chevalier. Parce qu'ils n'aiment pas se mélanger aux filles, apparemment. Voilà qui me fait grincer des dents, puisque je suis plutôt partisante de la mixité pendant les entraînements. Et d'autant plus dans un sport où les compétitions sont mixtes!

Ceci fait écho à un article d'Olympe écrit il y a quelque semaines, le débat qui avait suivi était assez intéressant.

D'ailleurs en parlant de compétition, si la majorité des licenciés sont des femmes, le haut niveau reste l'apanage des hommes. ça vous rappelle d'autres choses*?




* La cuisine, la coiffure, la couture...



Repost 0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 20:30

 

J’ai trouvé par hasard (enfin pas trop quand même :D ) un ancien billet de Emelire que j’ai trouvé très très drôle.

 

 

Et vrai: au rayon des équipements sportifs pour enfants, il n’est pas une trottinette, pas une paire de rollers, pas un modèle de basket qui n’aie sa version rose guimauve. J’ai même vu des vélos avec siège « bébé » miniature pour faire comme maman et sagement promener sa poupée, pendant que les garçons iront pédaler dans les descentes en forêt boueuses. J’attends avec impatience le moment où les mamans réclameront des kimonos roses pour leurs fillettes qui s’entêteraient à faire du judo.

 

Il y a un détail qui me pique les yeux : le modèle rose est toujours signalé « pour fillettes »  ou alors "Girl" tandis que les autres modèles sont...« pour enfants ».  Déjà, je déteste qu’on fasse des femmes des cas particuliers; il s’agit  tout de même de la moitié de la population. Et je comprends ça comme ça: à la rigueur, les filles peuvent utiliser les vélos des garçons; mais les vélos roses, ce n’est certainement pas pour les garçons, pouah berk.

 

Voilà qui m’a fait réfléchir. Je relaie dans mon blog quelques actions de promotion du sport au féminin; mais qui se soucie de promouvoir l’équitation au masculin, par exemple? Dans un autre domaine, si on se démène pour inciter les jeunes filles à choisir des filières scientifiques très masculines, très peu d’actions sont entreprises pour féminiser des secteurs comme la santé ou le droit. Tiens donc. Ou comment dévaloriser ce qui est considéré comme « féminin ».

 

 

 

 

Repost 0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 22:14

 

Olympe m’avait transmis cette vidéo il y a déjà quelque temps. Une pub qui m’a hérissée :

 

 

Avoir un corps parfait sans effort, mon oeil, c'est du pipeau. Et la perspective de ne plus avoir besoin de faire du sport intensif pour avoir des cuisses de rêve est présentée comme un rêve absolu,, je trouve ça nul. Je sais que rester  mince est pour beaucoup la seule motivation à faire du sport, mais ça m’attriste qu’on puisse passer à côté de tous les plaisirs qu’il peut apporter.

 

Je crois qu’il y a des exercices à faire avec cette chaussure pour optimiser son action, ce qui semble rébarbatif au plus haut point. Si on arrêtait de penser que le sport féminin se limite exclusivement aux salles de gym ? Le fitness ne me pose pas de problème particulier, mais est loin de plaire à toutes. Il y a tant de sports différents qu’on peut facilement trouver une discipline qu’on pratique avec plaisir, sans se forcer.

 

 

De toute façon, quel que soit le sport choisi on est priée de le pratiquer de manière sexy. Ben voyons. Je vous laisse regarder cette pub canadienne, également transmise par Olympe :

 

 

 

Et si l’on est sportive de haut niveau, même combat. L’affiche du TIPIFF (Tournoi de hand féminin qui a lieu à Paris) m'avait déjà choquée. Ce visuel a une connotation encore pire que le précédent (à l’occasion de la coupe du Monde qui se déroulait en France). Un de mes amis a en effet remarqué que les jambes bottées de rouge et blanc rappellent étrangement les poteaux des buts…entre lesquels il faut envoyer la balle. Belle évocation, vraiment.

 

 

 

Karine m'a ensuite transmis le lien de ce billet de Têtu, et j'ai vu ne suis pas la seule à grogner. Il y a aussi un clip vidéo sur les joueuses de l'équipe de France qui montre bien où veulent en venir les sponsors.

 

Cet article donne également une info intéressante sur la suppression de l’épreuve de marteau à l’ex-Golden League, future Ligue de Diamant. Encore une fois les instances sportives renoncent à mieux faire connaître une discipline pour satisfaire le désir de spectaculaire et de glamour du public. Les lanceuses et les lanceurs ne font pas rêver ? Supprimons ce pénible spectacle au lieu d’essayer de convertir les spectateurs !

 

A ce rythme de soumission à l’audience, j’ai bien peur que la retransmission télé des prochains JO se limite au sprint masculin et aux beach-volleyeuses en shorty.

 

 

 

Repost 0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 17:16


En France, très peu de gens sont capables de citer ne serait-ce que trois footballeuses de l'Equipe nationale féminine, mais Elizabeth Lambert est en passe de devenir une célébrité. Tout du moins elle a défilé sur tous les écrans. Youtube, blogs, le buzz a même atteint Lemonde.fr qui diffuse sur son site la vidéo de cette joueuse de football qui frappe et tire les cheveux de ses adversaires, alors même que le football féminin peine à se faire voir dans les grands médias. Et ce n'est pas faute de succès, puisque les Françaises ont brillament, elles, entamé leur phase de qualification à la coupe du Monde 2011.

J'imagine qu'il est beaucoup plus confortable pour n'importe quel beauf de canapé de ricaner devant des femmes qui se battent que de voir de beaux dribbles d'Elodie Thomis ou des buts de  Gaétane Thiney. Montrer des femmes bagarreuses, aggressives et dénuées de fair-play ne fait que renforcer les préjugés sur les sportives et flatte les petits machos. Si c'est juste marrant, désolée mais ça m'échappe, et ça ne grandit personne. Si c'est pour dénoncer la violence dans le sport, ce soudain intérêt pour les footballeuses est suspect de la part de sites qui font toujours la part belle au foot masculin. Disons plutôt que ça paraît infiniment plus choquant (et donc source de visites) quand il s'agit de femmes!

Les sites qui choisissent de ne montrer du foot - ou autre sport - féminin que lorsqu'il y a de la bagarre abordent ceci du point de vue du cas particulier, du sensationnel, et peu importe l'intérêt qu'il aura tant que cela génère de la fréquentation. J'ai bondi de mon canapé quand j'ai tapé "foot féminin" sur Google: dans les 10 premiers résultats, on trouve plusieurs fois un lien pour la vidéo de cette fameuse Mme Lambert, et des photos des Bleues nues. Il ne reste pas beaucoup de place pour les sites de clubs ou ceux qui parlent vraiment du foot féminin. C'est effectivement, pour les médias, tout le problème de l'offre et de la demande. Les femmes nues, les femmes qui se battent, ça fait grimper les statistiques. J'ai toujours des visiteurs qui arrivent sur mon blog après avoir tapé "photos belles femmes sportives nues" ou approchant (je ne pense pas qu'ils restent bien longtemps, après).

C'est à ma toute petite échelle que je choisis de faire découvrir de nouvelles choses...voilà donc de belles vidéos que je voudrais vous montrer:

Sur le site de la FFF, le résumé vidéo du match France-Islande du 24 octobre dernier à Gerland (victoire de la France 2-0)

Ci-dessous, une vidéo amateur qui résume le match PSG-Juvisy qui a eu lieu le 18 octobre au Parc des Princes (victoire PSG 1-0).


PSG-Juvisy, D1 féminine (J4) au Parc des Princes (18/10/09)
par Globulerougeetbleu


Photo: Crédits girlsplay, trouvée ici
L'équipe féminine de Montpellier a éliminé hier le prestigieux Bayern de Munich en 8e de finale de la Ligue des Champions.



Repost 0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 09:19


J'ai lu ça hier, et puis Olympe s'est insurgée, avec raison.

Gamine, je vouais un culte à David Douillet. Ben ça m'apprendra. OK, les journalistes ressortent des vieux trucs et il y a fort à parier que s'il avait continuer à récolter des centimes d'euros dans son coin au lieu de devenir député, ce serait resté dans l'ombre. Et j'aimerais savoir ce que l'intéressé en dit maintenant, d'ailleurs.

Je regrette tout de même de ne pas avoir entendu parler de son autobiographie quand elle est sortie en 1998. Même si à l'époque je n'étais pas encore féministe jusqu'à la pointe des baskets, j'avais quand même compris certaines choses, et surtout, je pratiquais moi-même le judo.

Jugez plutôt ce qu'il en pensait, des judokates: "Pour moi, une femme qui se bat au judo ou dans une autre discipline, ce n'est pas quelque chose de naturel, de valorisant. ". La suite des réjouissances ici. 
Ce qui fait flipper, ce n'est pas tellement lui, ce sont tous ceux qui pensent la même chose en n'osant pas le dire, et qui se sentent brimés en plus "parce qu'on a pas le droit de dire les choses comme elles sont", soi-disant. Le genre de mecs (ou de nanas!) qui commencent leur sentence par "On va encore me traiter de macho, mais...". Genre ce sont eux les victimes.

Mais soyons optimistes, du côté de l'Equipe féminine de judo: aux championnats du Monde de 2009, Morgane Ribout en or et Frédérique Jossinet en bronze; Lucie Décosse en argent et Stephanie Possamaï en bronze aux JO de Pékin en 2008. Alors elles doivent bien s'en ficher, que Môssieur Douillet veuille les renvoyer à la cuisine. Et même, il y a fort à parier qu'elles l'ont remplacé dans les coeurs des judoka(tes) en herbe, bien trop jeune pour se rappeler de lui. Et toc.

Repost 0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 17:52

La Coupe du Monde 2010 de ski alpin a débuté aujourd’hui à Sölden, en Autriche, par le slalom géant. L’épreuve féminine a été remporté par Tanja Poutiainen (Finlande), déjà détentrice du titre pour l'épreuve. Elle a ravi la victoire à l’Autrichienne Katrin Zettel, une autre des favorites, pour…1 centième de seconde. La célèbre américaine Lyndsey Vonn,devra se contenter de la 9e place au général.

Plus d’infos sur le site officiel de la compétition.

 

 

J'ai profité de cet évènement pour farfouiller un peu au sujet du ski féminin, que je ne suis  (commme son pendant masculin) qu'à l'occasion des JO, où je regarde absolument tout.

Déjà, le ski est assez peu présent dans les médias, du moins en ai-je l’impression. Peut-être est-ce dû à son caractère saisonnier ou au fait qu’il soit peu pratiqué et bien moins populaire que le foot par exemple…Quoi qu’il en soit, il me semblait que les journalistes traitaient les épreuves féminines et masculines de la même manière. Et puis je suis tombée sur cette interview de Carole Montillet ; elle date un peu – du 8 mars, journée de la femme, tiens donc ! comment se donner bonne conscience - mais est édifiante.

 

Elle constate que "le niveau est plus élevé chez les hommes" et justifie ainsi la moindre médiatisation des femmes. Pour moi c'est toujours l'oeuf ou la poule... Qui a envie de pratiquer un sport à haut niveau s'il n'est pas valorisé?

 

Mais heureusement que les dirigeants sont là pour remédier à cette situation : la Fédération Internationale de Ski s'est attachée à "développer le côté glamour" des skieuses.

 

Est-ce donc vraiment le niveau le problème? No comment.

 

 

 

Repost 0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 22:45

Nous sommes vendredi soir, c’est la fin d’une dure journée…je m’achète le dernier Glamour pour me détendre un peu. Pas de bol ! Je tombe sur la page 30, qui s’intitule…« Les Musclées ». Comprendre qu’il s’agit d’un portfolio de quelques célébrités jugées trop musculeuses, et donc ainsi dénoncées. Déjà, les femmes incriminées sont loin d'être très musclées; un fessier bien ferme, un joli dos...ça suffit à débecter la rédaction. Ensuite, on va me dire que c’est pour rire (les féministes n'ont pas d'humour, c'est bien connu) et que Glamour  a coutume d'épingler gentiment les célébrités. Mouais.  Sauf que, 30 pages plus loin, « ils » conseillent aux lectrices de pratiquer la boxe française (jusque là, je cautionne plutôt)…tout en s’empressant de les rassurer : elles n’auront pas de « biceps de déménageurs ». Pris la main dans le sac ! Les biscotos pour une femme ce n’est pas Glamour, prière de s’en rappeler.


Mesdames et Messieurs de la rédaction de Glamour, vous n’êtes pas les seuls à faire ce genre de chose, ce n'est qu'une page dans tout le magazine, je sais. Mais vous êtes en quelque sorte la goutte d'eau. Quand on lit votre magazine - et d’autres du même acabit - on a bien compris que les femmes ne font du sport que pour garder la ligne, uniquement. Elles n’aiment pas vraiment ça en fait, mais il faut bien garder la forme. Ah oui, « Forme », c’est le nom de la seule rubrique dans laquelle les mags féminins daignent parler de sport. « Loisir », « Plaisir » ? Argh, mais vous n’y pensez pas…


Lorsque Gwen Stefani exhibe sa tablette de choco, forcément, ça vous laisse pantois. Pas dans la nature d’une femme de faire des abdos ad libitum. Donc monstrueux. « Ca fait peur » écrivez-vous.


Ce qui me fait peur à moi c’est qu’on est pas tranquilles une minute. Trop grosses, trop maigres ou trop musclées, il y a toujours un problème. La norme imposée devient de plus en plus restrictive. Non contentes de traquer les moindre bout de gras, à cause de ce genre d’article les femmes s’interdisent aussi le moindre bout de muscle apparents. Vous n’êtes pas les seuls à dire ce genre d’inepties, mais sachez bien que c’est en partie à cause de ça que l’on se moque des lanceuses de poids et que les filles n’osent pas faire de rugby. « Hum, elles ne sont quand même pas très féminines » entend-on souvent dire sur un ton pincé.


C’est aussi à cause de ces réflexions idiotes qu’à 13 ans, je me forçais à courir moins vite que les garçons au cours de sport, pour avoir l’heur de leur plaire (heureusement, depuis j’ai compris que les mecs bien ne se sentaient pas obligés d’être toujours devant les filles). Et ma copine qui faisait du saut en hauteur a arrêté parce qu’un jour une pimbêche l’a traitée de « gros mollets ». Hé oui, faire du sport régulièrement modifie le corps…Mais vous est-il venu à l’esprit que nous pouvions nous moquer éperdument de ne pas souscrire aux canons en vigueur...et même nous trouver belles, car ayant trouvé l'équilibre qui nous convient ? Sans doute non, je n’ai jamais vu un article de mag féminin qui mette en lumière le sport sous l’angle d’une passion - en général vous préférez préciser ses effets bénéfiques sur la cellulite ou les varices -.


Et pour terminer, voilà le genre de belles photos que j’aimerais, moi, un peu plus voir dans les magazines, pour varier un peu:


 

Crédit Photo: www.basquetebol.org




Nathalie Macra, Nîmes - © Sportissimo / Pillaud

 

 



 

Photo: Alexander Hassenstein/Bongarts/Getty Images





Photo trouvée ici

 

 



Photo trouvée ici

Repost 0
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 23:32

Quelques semaines après la polémique sur son sexe provoquée par sa large victoire aux 800m féminin, Caster Semanya a posé dans un magazine Sud-Africain, maquillée, coiffée, ultra-féminine. Je me fiche de connaître son sexe, mais je crois savoir ce qui motive sa démarche (ou celles de son attaché de presse). Si elle avait couru à Berlin avec une coiffure sexy et du vernis à ongles, on l’aurait peut-être « seulement » soupçonnée de dopage et pas d’être un homme.

 

Ce qu'elle essaye de faire est pour moi typique de l'image qu'on veut donner du sport féminin. L’entraînement modifie la silhouette, la compétition fait appel à des traits de caractère que l’on juge peu féminin...et les sportives ont à coeur de montrer qu’elles sont de « vraies  femmes », ce que relayent volontiers les médias. Revendication ou peur de s’affranchir des normes?

 

Il y a quelques mois, la Fédération Française de Football à fait poser nues les joueuses de l’Equipe de France. Tous ont ainsi pu vérifier qu’elles étaient de « vraies femmes » (comprendre mignonnes et pas trop baraquées…) mais très peu se sont intéressés à leurs performances, les journalistes voulant surtout savoir si les maillots allaient devenir plus moulants.

 

Peut-être vous rappelez-vous aussi de cette affiche pour le Championnat du Monde de handball féminin de 2007. L’idée se veut sympa, je la trouve en fait terriblement réductrice. J’imagine qu’on a voulu faire passer une message du style « Nous jouons au hand, mais rassurez-vous, nous restons des femmes ! ». Les affiches de compétitions masculines, elles, respirent la performance en montrant des joueurs au regard déterminé, prêts à en découdre. Je préfère largement cette image-ci. La différence ? La seconde affiche annonce des matchs qualificatifs et donc s’adresse a priori aux fans qui connaissent déjà la discipline. La première communique en revanche sur un évènement mondial où il faut attirer le chaland néophyte : on utilise donc les vieilles ficelles habituelles.

 

Ce registre de communication a progressivement atteint le milieu amateur. C’est par exemple flagrant pour la course à pied : bien qu’elles soient encore minoritaires en compétition, de plus en plus de femmes courent. Ainsi, les marques de sport  ont lancé des collections féminines avec des chaussures, des jupettes de course…à grand renfort de couleurs layette et de pub mièvre, tandis que les rayons « Homme » regorgent de T-Shirts fluos qui respirent l’esprit de compétition. La connotation est tout à fait différente : monsieur s’entraîne pour gagner la course, madame fait du footing pour rentrer dans son maillot. Néanmoins, à mesure que l’on monte en gamme, cette disparité s’atténue et on retrouve le même design « performance ».

 

Cette déferlante de « girly » me paraît ainsi très ambiguë.

 

D’une part, cela signifie que la pratique féminine est reconnue, ce qui est positif. Il est tout à fait nécessaire de pouvoir se constituer un équipement adéquat pour améliorer son niveau. Même roses, les maillots sont très techniques, et une coupe adaptée à sa morphologie est bien plus confortable. En outre, des produits très performants comme les soutien-gorge de sport ou les chaussures adaptées aux poids légers sont apparus. Faire attention à son look de sportif n’est par ailleurs pas l’apanage des femmes, il suffit voir les coupes de cheveux des footballeurs. Ensuite, se rendre visible en tant que femme dans les compétitions est une manière de revendiquer sa place.

 

Mais l’image de la « sportive parfaite », performante et désirable, est un peu le pendant de la « femme parfaite » dont le brushing reste en place alors qu’elle gère boulot et famille d’une main de maître. C’est une contrainte de plus que l’on impose aux femmes jusque dans leurs loisirs. Et puis, ça me gêne de penser qu’un sportif n’aurait jamais besoin de détails pour prouver sa virilité, tandis que la féminité des sportives n’irait pas de soi et nécessiterait une couche de mascara.

 

En fait, je m’inquiète moins pour les grandes championnes qui doivent s’en moquer, que pour les plus jeunes à qui on fait comprendre très tôt que c’est très bien le sport, mais que le plus important c’est d’avoir les ongles bien manucurés.

 

Alors qu'il y a des choses tellement plus drôles. Une course boueuse en forêt, par exemple:

 

Repost 0

Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....