Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 10:42

Je ne suis pas tellement le tennis, donc je viens seulement de découvrir cette sortie de Richard Gasquet sur les tenniswoman. Suite à sa défaite au tournoi de Madrid, il a pesté contre le nombre trop élevé de joueurs et joueuses qui l'ont empêché de s'échauffer et a ajouté: «Chaque fois qu’il y a un tournoi masculin et féminin, il faut regarder l’audience… Il n’y a personne chez les filles, alors que chez les mecs il y a beaucoup de monde

OK, donc le pauvre choupinou a raté son tournoi, et c'est à cause de ces s****** de tenniswoman qui prennent ses terrains de manière tout à fait injuste, puisqu'elles n'attirent personne, mais empêchent les vrais professionnels de travailler.

On retrouve ce vieux réflexe macho qui consiste à rendre les femmes responsables de son échec, histoire de ne pas avoir à se remettre en question.

 

Mais par dessus cela, un monsieur canadien souligne qu'il ne fait que "dire tout haut une vérité que l'on pense tout bas".

 

Tout ceci me met extrêmement mal à l'aise. S'est-il trouvé quelqu'un pour leur demander ce qu'il conseillaient alors aux tenniswomen? Arrêter leur carrière, pour à la rigueur suivre les tournois internationaux depuis les tribunes, ou jouer entre elles le dimanche si ça les amuse, mais de grâce qu'elles ne lui imposent pas le pénible spectacle de leur jeu?

 

Encore une fois je sais bien que les joueuses de tennis ne sont ni aussi rapides, ni aussi puissantes que leurs camarades masculins, et qu'une bonne partie du public qui les regarde espère avant tout apercevoir un bout de culotte.

Mais le discours qui dit "elles iront toujours moins vite que les garçons donc ce sera toujours ennuyeux" me gêne énormément. Parce qu'il me rappelle un autre discours qui veut que comme les femmes mettront toujours les enfants au monde, ce seront toujours elles qui mériteront de gagner moins.

 

C'est encore une fois bien pratique pour être assuré de conserver l'avantage et  éviter de réfléchir, (puisque ça semble être un exercice bien trop douloureux).

 

http://img.lequipe.fr/Medias/Tennis/201105/650x475/johansson-sortie-d-entree.jpg

La Française Mathilde Johansson et l'allemande Julia Goerges, hier à Roland-Garros.

Source

 

 

 

Repost 0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 19:29

Avant toute chose, une remarque sur la "féminité" de la jupette qui est complètement connotée: elle laisse voir les jambes tout autant que le short. Et il y a un cuissard en-dessous: le tissu autour ne sert donc absolument à RIEN. 

 

J'en avais parlé il y a quelque temps, mais loin de se cantonner au badminton, la décision de la Fédération Internationale de Badminton d'imposer à toutes les joueuses le port de la jupette a plutôt fait tache d'huile.

 

La rugbywoman Petite Ailière explique qu'il est important d'avoir un équipement adapté à sa morphologie et ça ne gâche rien si on trouve ça joli. Mais qu'on doit d'abord aller voir du sport pour le sport. Je suis naturellement bien d'accord.

 

L'article de 20 Minutes soulève ce point intéressant: les équipementiers qui veulent vendre leurs produits au grand public et donc cherchent à placer leurs jupettes, perçues donc comme plus vendeuses.

 

Il y a aussi cette chronique d'un journaliste canadien qui estime que s'il y a besoin d'ajouter une jupette pour nous faire regarder, c'est qu'il y a un problème dans notre rapport au sport. Il écrit cette phrase hyper pertinente; "Vous n'avez plus le goût des choses, seulement le goût de la jupette des choses".

 

La défense de la Fédération, assez pathétique, tourne autour de l'esthétique. Le même mouvement avec une jupe est donc beaucoup plus "esthétique" qu'avec un short?  Prends-nous pour des cons.  

Comme je le dis au début du billet, la jupe ne montre pas plus le corps des joueuses. Mais en imposant la jupette, la Fédération veut faire allégeance à la sacro-sainte "féminité" qui devrait attirer hommes et femmes dans les gymnases.

Et les hommes? On les regarde ans doute pour leurs performances: la Fédé ne propose aucune mesure pour ses joueurs masculins.

 

http://www.lequipe.fr/Medias/Aussi/200910/430x313/hongyan-pi-vendredi-a-paris.jpg

La joueuse française Hongyan Pi (Source: www.lequipe.fr)

 

 

Voir aussi:

Ski féminin: une couche de mascara pour améliorer le niveau?

Poncifs et préjugés (2): le sport féminin c’est moche aussi, en plus c’est nul.

Comment représenter le féminin (1)

Repost 0
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 16:00

Bon, le sport féminin n'intéresse et n'intéressera jamais personne. Qui le dit? D'abord Slate qui titre sans appel que "Les femmes ont perdu la partie", Contre-pied qui nous explique que, "Tout est dans la jupette" et puis Têtu qui rappelle que les hommes râlent quand on veut considérer les sportives comme leurs égales.

Les sportives, on les trouve trop musclées... mais pas assez performantes. On peut bien les rendre plus sexy... mais elles n'en tireront rien: les mecs se rinceront l'oeil mais ne suivront pas vraiment les compétitions.

Les hommes ne veulent voir que des surhommes auxquels ils peuvent d'identifier. A la rigueur des belles nanas, mais pas trop performantes. Les femmes, elles, s'en fichent: les sportives ne sont pas assez belles, en plus le sport c'est difficile, on ne peut pas avoir d'enfants. Bon, elles veulent bien voir les stars, si ce sont des beaux mecs.

 

Sous prétexte que c'est la vente de papier et l'audience des émissions qui commandent, inutile d'espérer un sursaut des médias. Le 8 mars, ils s'émeuvent de la situation, mais pas un ne passe à l'action. "C'est dommage... mais ça ne changera pas", voilà ce qu'il faut comprendre.

Bien sûr, nous pouvons toujours nous amuser à faire du sport en amateure, mais il ne faut pas espérer en vivre, ni espérer une quelconque reconnaissance, c'est tout. Estimons-nous déjà heureuses: nous sommes dans un pays civilisé, les femmes ont déjà tout gagné, on ne vous l'a pas déjà dit?

 

C'est trop facile de dire qu'il n'y a pas de solutions. Si le sport féminin n'intéresse pas, c'est un problème de mentalités, pas de glamour ni de marché. C'est un constat plusieurs fois fait, et qui rappelle s'il en était besoin que nous ne sommes pas au clair avec nos conceptions de féminité et de virilité.

L'égalité des sexes ne pourra jamais être atteinte si le foot féminin n'occupe pas la même place que le foot masculin et si on continue d'être gêné quand un garçon veut être gymnaste plutôt que footballeur (parce que c'est encore plus difficile pour les garçons d'enfreindre ces codes).

 

Sous prétexte que le sport est considéré comme un loisir, certains ne voient aucun problème à cette inégalité:

"On ne va pas forcer les femmes à acheter l'Equipe"

"Si les filles veulent faire de la danse on ne va pas les empêcher".

Bien sûr qu'on ne peut forcer personne à regarder du foot féminin et à inscrire sa fille au rugby. Mais comment ne pas voir que les disparités hommes-femmes dans le sport révèlent celles qui subsistent dans la société?

 

Mais voilà, faire bouger les mentalités c'est compliqué et fatigant.

 

Il n'y a pas que les gros beaufs, les sales machos et les vieux réacs: nous faisons TOUS preuve de lâcheté. Les médias ne veulent pas perdre leur audience, les journaux ne veulent pas voir baisser leurs ventes, les hommes ne veulent pas être traités de tapettes, les femmes veulent continuer à plaire aux hommes, les parents ont peur qu'on se moque de leurs enfants...

Et on inscrit des garçonnets au rugby alors qu'ils voudraient faire du tir à l'arc ("on va en faire un homo sinon!"), et on gueule dans les stades pour faire comme les copains, et on dépense des centaines d'euros dans une salle de fitness où on n'ira pas ("la course à pied ça fait des grosses cuisses!"), et on râle sur l'Equipe de France masculine, en continuant à ne pas vouloir regarder les Féminines.

 

Les mythes du footballeur héros hétéro et de la jolie tenniswoman en jupette continueront longtemps de faire vendre...

 

 

http://www.rfi.fr/sportfr/afp/001/spo/photo_1218562968674-4-1.jpg

Crédits: Christophe Simon/AFP trouvée ici

 

Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 20:36

Pourtant on dirait que les femmes ne servent qu'à ça: à être charmantes. Une arbitre féminine en Ligue 1 qui apporte une "touche de charme" (quels blagueurs, vraiment) sur Canal + (les Cahiers du Foot s'en indignent) , l'OM qui va ouvrir une section féminine qui se "décline en version charme" pour La Provence... qui en rajoute dans l'article: "Autant remettre un peu de galanterie, de charme, d'élégance et de grâce." Le talent c'est accessoire bien sûr?

 

Alors oui, ça bouge un peu, on parle un peu plus des footballeuses, des femmes arbitres... l'indifférence serait la pire des sanctions. Mais tout ramener à leur "nature féminine", ressortir les sempiternels "un peu de douceur dans ce monde de brutes" et autres niaiseries vues et revues me fait tirer deux conclusions:

- les journalistes qui couvrent ces sujets sont incapables de voir les femmes autrement que sous l'angle du "charme".

- ou alors personne n'a envie d'être chargé de ça dans la rédaction et les articles sont bâclés.

 

Avec tout ce qu'on a pu lire sur la "touche féminine" et "l'atout charme" des équipes féminines, sans que ce soit suivi d'une affluence incroyable dans les stades, il me semble que vanter le "charme" des joueuses n'est pas une très bonne pub. A moins que ce soit un moyen de nous rappeler la place que nous sommes censées tenir, des rôles décoratifs dans les vestiaires?

 

Briser les clichés en rappelant que les sportives ne sont pas forcément des "garçon manqués", oui. Considérer que les femmes sont douces et charmantes par essence, non. Surtout si c'est pour oublier toutes leurs autres qualités, bien plus intéressantes pour les (vrais) fans de sport.

 

Quand je fais du sport, je veux me moucher dans mes doigts, grimacer sur la ligne d'arrivée, et qu'on me dise "Bravo Madame, super chrono!" quand je la franchis. Rien à foutre d'être charmante.

http://idata.over-blog.com/3/18/25/79/5371_1201993410473_1247701979_582930_7245845_n-copie-1.jpg

Ce logo rigolo est celui du club de rugby féminin l'AS Salisienne... qui recrute!

Repost 0
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 19:31
C'est rassérénant de voir qu'on est pas la seule a être choquée par certaines choses. Emelire, relayée par Olympe, ont bondi à la vue de cette affiche pour les Interpôles féminins de Besançon, un tournoi qui réunit des jeunes handballeuses venues de toute la France.
http://4.bp.blogspot.com/_5DqcGmsz7A0/TVBvXaLeo_I/AAAAAAAAABo/Ik5pVidGyOs/s320/7fev2011-2.jpg
 
Certes, le short y est... Mais ce n'est même plus la peine, je crois, de vous préciser ce qui me me hérisse si vous êtes déjà venu une ou deux fois sur Entrées en Lice. Et il n'y a pas que les blogueuses féministes qui râlent puisque cette affiche "a fait grincer les dents de certains éducateurs et de quelques parents des jeunes filles, présentées plutôt sous un côté plus glamour que sportif" (c'est France3.fr qui le dit). Ce qui est décourageant, c'est que cette affiche ait été financée par les pouvoirs publics...
On peut très bien faire une affiche attractive pour du hand féminin sans invoquer le sacro-saint glamour, et même - incroyable! - sans mettre de rose partout. Par exemple:
 

http://www.billere-handball.com/css/images/france-autriche.jpg

Source

 

 

http://www.ratp.fr/es/upload/docs/image/jpeg/2011-01/zoom_sur_issyhand.jpg

 

 

Source: RATP.fr

Repost 0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 09:00

 

Une critique que j'ai souvent entendue lorsque je m'enflamme sur le sport féminin, c'est: "Tu ferais mieux de t'occuper des femmes battues/des femmes précaires/des femmes afghanes." Et lorsque qu'une journaliste (et Petite Ailière aussi) s'est offusquée d'une pub sexiste de Décathlon, les commentateurs ont rivalisé de mépris en parlant de combat d'arrière-garde. Je sais parfaitement qu'il y a des situations autrement plus graves que celles des jeunes filles qui voudraient faire du rugby et qu'on force à faire de la danse. Néanmoins est-ce pour autant futile de s'attacher à améliorer l'image des sportives, et à faire évoluer les mentalités?

 

Il faut dire que le sport n'a pas toujours bonne presse. Toléré lorsqu'il est pratiqué pour la santé, on méprise ceux de ses plus fervents adeptes qui n'hésitent pas à y consacrer par passion une part importante de leur temps, pour pratiquer ou pour suivre l'actualité. Ne pas aimer le sport, ça fait bien, ça fait intellectuel. On s'imagine des caricatures: jeune coureur cadre dynamique parfaitement insupportable, qui se vante de ses perfs en mangeant des barres bio, ou désolant footballeur beauf et inculte qui passe ses week-ends à insulter les arbitres avant d'aller descendre des bières... choisissez votre camp!

On n'imagine pas les femmes prendre part à cet univers, et on les en écarte volontiers. Paradoxalement, ceci peut venir autant de féministes revendiquées que de fieffés machos, les unes estimant le sport entièrement construit sur des codes masculins à abolir (ou parfaitement inutile), les autres souhaitant garder leur pré carré puisque ces abominables bonnes femmes se sont mis en tête d'investir tous les autres domaines.

 

Personnellement, la simple idée d'être d'accord avec quelqu'un qui ait besoin de placer sa virilté dans un ballon (ou dans une bagnole) me ferait douter de mon opinion. Ensuite je ne suis pas du tout d'accord avec la rengaine "peu importe si les femmes font toutes de la danse tant qu'elles accèdent à l'égalité des salaires" . Justement, l'égalité des salaires, on ne l'a pas. Et ce n'est peut-être pas une coincidence.

Parce que tant que l'on estimera que les lanceuses de poids sont trop musclées, les magazines féminins nous abreuveront de leurs normes de féminité. Tant qu'on restera convaincus qu'il est dans la nature des garçons d'aimer le foot, impossible d'être persuadés que les maths n'ont pas de sexe. Et on n'aura jamais 50% de femmes à Polytechnique si on continue de croire que les sportives n'ont pas l'esprit de compétition.

 

La parité et la mixité, c'est dans tous les domaines qu'il faut la défendre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 15:46

C'était vendredi dernier... Pas vraiment beaucoup d'échos dans les médias, et je suis atterrée par la nullité du service de communication de la Fédération Français de Rugby dont c'est pourtant le boulot: la page d'accueil est muette sur ce point et dans l'onglet consacré aux Equipes de France, toujours pas un mot sur la coupe du Monde et on en reste à un résultat de match qui date du mois de juillet. "Ah ben tant pis pour vous, les filles, votre coupe du Monde, là, c'est pendant les vacances de l'administrateur web, pas de chance, hein... "

Il faut enfin arriver sur la page des Féminines pour ne même pas avoir les résultats du match de vendredi, deux jours après. (Pour info, les Bleues l'ont emporté d'une courte victoire face à la Suède...heureusement que DFO est là)

 

Alors pour la suivre, cette fameuse coupe du Monde, il n'y a pas l'embarras du choix... à la télé c'est sur Eurosport 2, les chaînes gratuites s'en tamponnent le coquillard; sur le Net, il y a donc Des Filles en Ovalie (dFO), et puis ScrumQueens qui est très détaillé, mais très en anglais.

 

Alors je sais que le jeu n'est ni aussi rapide ni aussi précis que les hommes;et que le niveau français laisse encore à désirer: l'objectif des Bleues est d'atteindre des demi-finales. Mais comment peut-on espérer remédier à cela si on laisse le rugby féminin dans l'ombre? Quelles jeunes filles vont avoir envie de s'inscrire dans un club si personne ne leur dit qu'elles en ont la possibilité et si on ne leur donne personne à qui s'identifier?

 

http://www.scrumqueens.com/images/stories/_GEN_generic/sto-womes_world_cup.jpg

Les capitaines des équipes en lice: de gauche à droite, Australie, Nouvelle-Zélande, Irlande , .Kazakhstan(!), Pays de Galles, Suède, Angleterre, Afrique du Sud, Ecosse, Canada, Etats-Unis, et Sandra Rabier pour la France.

Photo trouvée ici

Repost 0
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 08:00

Je sais, je grince des dents depuis une semaine sur le clip de l'Equipe, le journal qui croit que les femmes n'aiment pas le sport.

 

Je voudrais bien passer à autre chose, mais quand on tombe sur des choses comme ça, et comme ça, et on se dit qu'on se fait bien enfler quand même.

 

Alors même dans le sport, les débats, les discussions, c'est réservé aux hommes? Les femmes, elles, restent tout juste bonnes à faire du shopping.

Même si on est abruti de pub pendant les évènements sportifs, regarder un match juste en espérant voir du beau jeu c'est sûr que ça fait moins tourner l'économie que de courir s'acheter un bikini aux couleurs de son équipe.

 

Vous avez dit vache à lait?

 

 

 

 

Repost 0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 08:00

Vous en avez peut-être déjà marre de la Coupe du Monde? Moi j'en ai marre qu'on nous prenne pour des billes. Car  pendant que monsieur regarde le foot et lit l'Equipe, il reste aux femmes des innombrables livres destinés à apprendre aux femmes à comprendre le foot.

 

Mais attention, ce n'est pas si simple: il ne faut pas se montrer trop experte (ça fait fuir les hommes). L'auteure (oui, une femme!) de l'un de ces livres nous assure donc: "[...]que ce serait même pénible pour des mecs qui s’y connaissent bien, d’avoir des femmes qui leur parlent de trajectoire de balle, d’un marquage à la culotte ou d’un joli tacle. Ce n'est pas notre rôle".

Et un autre déclare avec  une infinie condescendance que les femmes doivent surtout faire des efforts pour "comprendre mieux leur mec": "Souvent, elles font des remarques intempestives, c’est énervant ! Il faut qu’elles comprennent aussi que le football est puissamment addictif ! Quand tu tombes dedans petit, il est impossible de s’en détacher. Ce n’est pas de notre faute !"

J'imagine donc qu'il n'est pas question de songer à se mettre à jouer soi-même...

 

Ces livres nous proposent d'acquérir un vernis footballlistique superficiel, suffisant pour ne pas agacer les hommes avec nos questions incessantes, mais sans être trop approfondi: il ne s'agirait pas de vexer monsieur en se montrant apte à débattre sur le bien-fondé du dernier penalty concédé. Soyons donc de parfaites potiches...

http://www.chloeruchon.com/s/cc_images/cache_919907911.jpg?t=1243632077Source

 

Sans compter les soit-disant experts qui sortent des remarques lapidaires, à mon avis uniquement dans le but de créer le buzz...

 

Encore une fois, je comprends parfaitement qu'on puisse ne pas aimer le foot au vu de ce qui en transparaît dans les médias. Mais on l'utilise, consciemment ou non, pour dresser encore un de ces clivages artificiels entre hommes et femmes pour déterminer ce qui est masculin et ce qui est féminin.

Car à aucun moment on ne remet en cause l'axiome selon lequel le foot est un caractère essentiel de la masculinité. Les hommes qui n'aiment pas le foot et les femmes footeuses apprécieront.

 

 

Repost 0
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 12:00

Le sport, c'est du sérieux. Et les trucs sérieux, ça se règle entre hommes. Ce clip publicitaire de l'Equipe ne dit pas autre chose, en réussissant la prouesse de nous montrer une seule femme (regardez bien) parmi toute une flopée d'hommes. Depuis les cadres cravatés aux ouvriers de chantier (le fan de sport n'est pas coiffeur ni infirmier), ce ne sont  que des grands gestes des bras (le fan de sport est passionné), avec beaucoup de barbes de trois jours (le fan de sport est poilu) et tous les codes de la virilité qui sont remplis.

L'Equipe veut rassembler, mais en réalité exclut... la moitié de la population, dans une pub qui ne choquera même pas, j'en suis sûre, tellement nous avons intégré que regarder un match de rugby entre potes est un truc d'hommes. Comment dans ces conditions imaginer que les femmes, déjà non spectatrices, deviennent actrices du monde du sport?

Rien d'étonnant à ce que Marie-Laure, qui avec ses filles ne rate jamais un match du top 14, ait failli en avaler sa souris et se soit jetée sur son blog (et sa boîte mail pour me prévenir, encore merci!).

 

Messieurs de la Com' de l'Equipe, votre pub est ratée.

Demain soir, j'irai regarder le match avec mes copines, et croyez-moi, on n'a pas besoin d'un homme pour nous expliquer le hors-jeu.

 

 

 

Repost 0

Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....