Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 08:00

Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer? Je me demande bien ce qui flatte tant les hommes et rebute les femmes dans le ping-pong que ces dernières ne représentent que 20% des licenciées... C'est pour moi un grand mystère de voir qu'un sport sans contact et qui ne nécessite pas de force de frappe exceptionnelle soit aussi peu féminisé. Il me semble qu'il laisse par contre la part belle à la précision, la vivacité et la rapidité d'action, autant de qualités qu'on reconnaît autant aux hommes qu'aux femmes (pour une fois!). Si ce n'est pas la nature, peut-être est-ce la culture?

 

En tout cas, c'est une situation que les dirigeants ne semblent pas tellement avoir envie de changer:

http://www.fftt.com/temp/sdf/affiche_grand.gif

Source

 

Au départ, c'est une bonne idée d'organiser une opération promotion pendant l'été et je pensais d'ailleurs vous en parler avec enthousiasme, avant de voir l'affiche. Soyons sérieux deux minutes: la Fédération affirme vouloir attirer les jeunes filles et les femmes, mais les communicants oublient de faire figurer des femmes sur leurs affiches à destination du grand public. Dommage...

 

Je vais finir par avoir l'oeil assez aiguisé pour ce genre de choses. On va me dire que j'exagère, mais il me semble qu'en matière de communication rien ne doit être laissé au hasard?

 

 

Repost 0
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 08:00

Après avoir atteint les quarts de finale de l'Euro 2009, l'équipe de France féminine de football réalise un excellent parcours en phase de qualifications du Mondial... jusque là dans une indifférence relative. Mais depuis la débâcle de l'Equipe masculine, plusieurs voix appellent à se tourner vers elles.

 

Il est vrai que la comparaison est sans appel: nos Bleues, et nos Bleuettes, nous offrent a priori ce que nous ont refusé les garçons: la passion, la sympathie, des buts! Et le fait qu'elles soient bien moins payées que les garçons les rendent encore plus fréquentables, à l'heure où la litanie "trop payés, enfants gâtés" tourne en boucle dans les médias.

 

En tant que défenseuse du sport féminin, et étant moi-même devenue footballeuse sur le tard, je ne pouvais que me réjouir de cette petite percée...

 

Et pourtant, je me sens un peu gênée aux entournures. Quelle entrée "dans le coeur des français" (selon la formule consacrée) est-ce là, de venir panser les plaies des supporters déçus? Applaudir les filles parce que les garçons perdent, c'est quand même les traiter comme des bouche-trou. C'est risquer qu'on s'en détourne lorsque le football français masculin aura pris du poil de la bête. Faut-il que l'un soit défaillant pour que l'autre s'épanouisse? Alors qu'il serait simplement normal d'accorder la même place aux footballeurs et aux footballeuses?

 

Je sais que j'argumentais, il n'y a pas si longtemps, pour la diffusion de la finale de la Ligue des Champions au motif que les supporters avaient envie de grands matchs... Je serai la première ravie si cette fugace mise en lumière du football féminin pouvait faire de nouveaux convertis. Il ne faudrait cependant pas que ceci ne soit qu'un vague buzz de plus qui retomberait comme un soufflé après une éventuelle élimination de la Coupe du Monde...

 

Je suis peut-être pessimiste? En tout cas les féminines ont remporté leur 8e victoire d'affilée (6-0 hier contre l'Estonie), toujours sans aucun but encaissé pour cette phase de qualif. Réjouissons-nous donc de cette occasion qui leur est donnée de se faire mieux connaître. Vous pourrez les applaudir bientôt à Troyes, pour France - Serbie, le 25 août, foncez-y...

 

Allez les Bleues!

 

http://www.footofeminin.fr/photo/2184498-3045175.jpg?v=1277299848

Source

 

 

 

 

 

Repost 0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 08:00

Le mois de juin, c'est l'époque où les entraînements deviennent plus détendus, et où l'on parle, déjà, de l'année prochaine... Et surtout, pour tous ceux et toutes celles qui se demandent quoi faire à la rentrée, de nombreux clubs organisent des initiations gratuites, parfois spécialement destinées aux femmes.

Loin d'être de la ségrégation, cela permet avant tout découvrir un sport, sans complexes, sans se sentir à part, et de voir des femmes le pratiquer. C'est l'occasion de voir d'autres choses que le sempiternel fitness, et pourquoi pas se trouver une nouvelle passion.

 

Petit florilège absolument non exhaustif (il suffit souvent de jeter un oeil à la mairie):

Testez le football le 6 juin dans la section féminine du FC Lyon, ou le 5 juin à Châtillon (filles nées avant 98).

Sans oublier l'aviron, le 6 juin aussi, à Fontainebleau.

Essayez le hockey (sur gazon, en salle) à Montbrison, dans la Loire, le 13 juin.

Et puis pour celles qui ont vu le film Bliss, il est désormais possible de pratiquer le Roller Derby en France: allez voir par ici et puis par .

 

Les petites initiatives ne manquent pas! N'en déplaise à ceux qui ne pensent qu'à construire des grands stades pour 2016, et à ceux qui s'apprêtent à orchestrer l'indigestion médiatique du Mondial de foot masculin, le monde du sport se constitue avant tout des petites structures. Celles-ci se démènent  pour la pratique en amateur, par passion, rien que pour le plaisir. Elles s'adressent à tous et à toutes, mais obtiennent parfois difficilement des moyens. Cherchez l'erreur.

Le sport se pratique, se vit avec passion. C'est un spectacle aussi bien sûr, mais qu'il nous soit imposé comme un produit de consommation standardisé le rend bien fade.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 



Repost 0
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 16:00

Malgré tout ce que je leur reproche, oui, je continue à lire des magazines féminins. C'est léger, ça détend, ça vide la tête. OK, souvent ça m'énerve prodigieusement, mais cette fois il y a une bonne surprise.

 

Dans le BIBA de ce mois-ci, une double page regroupe des témoignages de femmes qui un jour, à la suite d'un déclic, se sont senties tout à coup bien mieux dans leur corps. Parmi d'autres histoires plutôt banales, c'est celle d'une certaine Karen qui retient mon attention. Elle, son déclic, ça a été la boxe, qui lui a permis de ne plus complexer sur ses petits seins. Elle raconte:

"En mettant mon corps en mouvement [...] j'ai appris à me sentir bien dedans. Je suis fière de ce qu'il accomplit, et donc de ma silhouette. [...] Pardoxalement, mes seins sont encore plus petits qu'avant, mais [...] la confiance que j'ai acquise, je ne l'échangerai même pas contre un 90C!"

 

Peut-être que je me satisfait de peu, mais quelques lignes ont suffi à me faire sourire, et espérer dans un grand accès d'optimisme qu'on va peut-être arriver à quelque chose. On est en présence d'une femme qui choisit de se mettre à un sport déjà pas très féminisé, (même s'il est à la mode en ce moment) et qui découvre le bonheur de faire quelque chose de son corps pour soi. L'objet de ses complexes est accentué par sa pratique sportive, mais elle n'en a plus rien à faire.

 

Ce n'est quand même pas du tout la même chose que de s'ennuyer à faire des abdos-fessiers dans l'unique but de perdre sa culotte de cheval. L'estime de soi et le bien-être c'est dans la tête, mais comme on ne peut pas se faire autant d'argent avec ces choses-là qu'en vendant des crèmes anti-cellulite et autres chaussures qui rendent canon sans rien faire, et bien ne nous attendons pas à se faire conseiller une bête licence sportive à 200 euros l'année, quand on peut se faire fourguer la dernière variante tendance du fitness à 30 euros la séance.

 

Bref, je ne m'enflamme pas non plus, cela ne fait que souligner l'énorme paradoxe des mags féminins qui peuvent enchaîner des articles sur l'affirmation de soi derrière des dossiers consacrés au régimes (ce même Biba fait d'ailleurs très fort en nous collant une pub pour une crème anti-cellulite au milieu de son article  "Aimer son corps"), et quelques lignes de bon sens ne sont pas encore à même de faire vaciller ce système.

 

Heureusement qu'il y a des bonnes idées comme Running pour Elles (je ne fais pas de pub, mais la formule de ce magazine est vraiment intéressante).

 

 

 


Repost 0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 08:00

Hier, je suis tombée sur "La plus belle des finales" qui retraçait le déroulement de toutes les finales de la Coupe du Monde de football, de 1930 à 2006. L'émission vaut surtout pour le plaisir de voir des images d'archives. Mais au delà du mini-short de Beckenbauer et de la coupe de cheveux de Platoche, ce sont surtout les séquences les plus anciennes qui ont attiré mon attention.

Dès 1930 le football passionnait peut-être déjà les foules, mais qu'est-ce que ça jouait mal. Le jeu est lent, la technique hasardeuse, les buts ne sont ni vraiment spectaculaires ni vraiment puissants.

 

Tiens, ça me rappelle ce qu'"on" dit du foot féminin (pourtant je vous assure qu'une Elodie Thomis mettrait la pâtée à  une de ces star des années 40). Et du sport féminin dans son ensemble...

 

Hé oui, les Dieux - masculins - du stade, quelle que soit leur discipline, n'ont pas été tout de suite au top de la performance et de la technique. Quand il n'étaient encore que quelques-uns à se passionner pour un sport, la concurrence ne faisait pas rage et les héros d'alors n'avaient pas forcément la prestance de ceux qu'on connaît aujourd'hui:

 

http://farm4.static.flickr.com/3600/3450118549_c08afc27ed.jpgPhoto

 

Alors? C'est peut-être hypocrite d'exiger qu'un niveau fabuleux émerge du néant dans les sports les moins féminisés. Oui, il faut les promouvoir, les médiatiser, mais ne nous montrons pas trop impatients.

Le sport n'est finalement pas que gloire et perfection, c'est avant tout une affaire de passion. Passionnons-nous  donc, et laissons-leur un peu de temps.

 

http://farm4.static.flickr.com/3192/2873723425_12a3928c40.jpgPhoto

 

 

 

Repost 0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 12:00

On en a peu parlé dans les émission télévisées consacrées au football, mais quelques entrefilets ont tout de même fait passer l'information: la section féminine de l'OL a décroché son billet pour la finale de l'UEFA Women's Championsleague. C'est une première pour le football féminin français, qui récompense les réels efforts faits par les dirigeants du club envers leur section féminine. Pourtant le Graal - la retransmission télévisée - est encore loin. Si les heureux élus abonnés à OLTV pourront suivre la rencontre, celle-ci reste pour l'instant boudée par les chaînes hertziennes*. A tort!

 

 

Je crois que les conditions sont réunies pour que ce match fasse un carton d'audience, pour peu que quelqu'un se décide à la diffuser.

D'abord, il y a vraiment une demande de sport féminin: pour y aller de ma statistique perso, les billets qui m'ont valu le plus de visites dernièrement sont ceux qui donnaient des informations sur les matches des Equipes de France de rugby et de football ( si c'est pas une preuve, ça...) Mais surtout, le public qui assiste aux rencontres féminines est en constante augmentation, et la chaîne Direct8, qui diffuse les matchs de l'Equipe de France de football, enregistre de très bonnes audiences.

Nous sommes ensuite dans un contexte où le foot masculin français ne fonctionne pas tellement bien. La Ligue 1 est entachée par les problèmes de violences, Lyon - justement - vient de se faire éliminer piteusement de la Ligue des Champions; et  la Coupe du Monde qui approche à l'air bien mal engagée.

Dans un tel climat de déception, je suis persuadée que la finale féminine serait bien accueillie par le public habituel. C'est une occasion pour le foot féminin de se faufiler dans le paysage médiatique. Il y a une envie de victoire et une envie de prestige, et une envie de crier "On est les champions", que beaucoup combleraient volontiers avec l'OL féminin.

 

En règle générale, je n'aime pas trop qu'on appelle les femmes lorsque les hommes font défaut, histoire de boucher les trous. Et je continue bien sûr à croire que persister à ignorer le sport féminin au prétexte que le public n'en réclame pas est un non-sens, et que la diffusion d'une simple finale ne sert à rien, surtout lorsque celle-ci se solde par une défaite comme ça a été le cas pour les handballeuses. Mais tout de même: qu'on nous donne cette finale! Je ne me voile pas la face: certains regarderont par chauvinisme, par habitude, par défaut peut-être, avec hostilité par certains, ou alors pas du tout. OK. Mais d'autres regarderont avec plaisir, avec excitation, avec passion et avec fierté... pensons avant tout à ceux-là.

 

 

Et en bref, cette finale aura lieu le 20 mai au soir, à Getafe (en banlieue de Madrid), et opposera l'OL et le Turbine Potsdam, nouveau champion d'Allemagne et tombeur du dernier vainqueur de la ligue des Champions ( le FC Duisburg).

 

*Pour les heureus-e-s abonné-e-s, Eurosport diffusera le match.

Mieux que rien, mais pis-aller quand même.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 07:00

Je réclame des supporters pour les sports féminins mais encore faudrait-il que je donne des idées de matchs à aller voir...voici deux idées pour le foot:

 

Pour vous, Franciliens: Ne loupez pas la demi-finale du Challenge de France qui opposera l'OL au PSG, second du classement. Un vrai choc qui promet d'être un sacré beau match, avec de sacrées joueuses. Sapowicz et Bussaglia (au PSG), Thomis, Necib, Henry et Franco (à l'OL)...

PSG - OL

Dimanche 25 avril - 15h

  STADE GEORGES LEFEVRE N°4
TERRAIN SYNTHETIQUE
AVENUE KENNEDY
CAMP DES LOGES
78100 ST GERMAIN EN LAYE

 

http://s.psg.fr/psg/image/article/illustration/m/243/48436.jpgPhoto trouvée ici

http://www.footofeminin.fr/photo/2005666-2768684.jpgPhoto trouvée ici

 

Pour vous, dans l'Hérault: c'est l'AUTRE demi-finale, la rencontre entre Montpellier, le tenant du titre, et le très prestigieux FCF Juvisy, 6 fois champion de France et leader actuel du classement de D1. Même jour, même heure, choisissez votre camp: le MHSC de Marie-Laure Délie, ou le Juvisy de Sandrine Soubeyrand et Gaétane Thiney.

MHSC - FCF Juvisy

Dimanche 25 avril - 15h

  STADE JOSEPH BLANC
400 AVENUE DE MIREVAL
34750 VILLENEUVE LES MAGUELONE

 

http://gallery.me.com/giachello/100523/IMG_8417/web.jpg?ver=12685867050001

Photo trouvée ici

http://www.footofeminin.fr/photo/1700364-2297967.jpg?v=1258009182Photo trouvée ici

 

Vous hésitez encore? En bonus, voici un reportage de Télessonne sur le match Juvisy - PSG de dimanche dernier, que le PSG a perdu, en même temps que sa première place au classement. Le reportage commence à 2:29 de la video, il dure tout de même plusieurs minutes, avec de belles images du match et des interviews de joueuses, et des commentaires plutôt pertinents. Suffisamment rare pour être savouré!

C'est ici

 

 


Repost 0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 07:00

Premièrement, il y a un grand cocorico pour Christelle Daunay: hier, au Marathon de Paris, plus de 40 000 coureurs de tous niveaux se sont mesurés à eux-même dans les rues de la capitale. Parmi ceux-ci quelque 7000 femmes, dont notre championne qui termine 2e, derrière la jeune Ethiopienne Baysa. Et surtout elle abaisse encore le record de France (2h24'22").

 

Ce n'est sans doute pas un hasard si son précédent record était déjà tombé à Paris, devant son public qui l'a encouragée tout le long du parcours (et avec son conjoint qui fait office de lièvre, si c'est pas du soutien personnalisé, ça!). Le grand Haile Gebreselassie himself reconnaît le rôle des supporters: le marathon de Berlin est sa course de prédilection (avec un record du monde battu plusieurs fois) en raison de la ferveur du public.

 

http://www.google.com/hostednews/afp/media/ALeqM5gOo5E4LUhd9FoDk0ElLvPbJgaR3g?size=s2Photo trouvée ici

 

Deuxièmement, le petit cocorico pour l'OL féminin en Ligue des Champions: les Lyonnaises se sont imposées avec un court avantage (3-2) lors du match aller de leur demi-finale contre le club suédois d'Umea. Vous trouverez le résumé du match sur le site Footofeminin. Ce seul but d'avance "condamne" les Lyonnaises à une victoire impérative lors du match retour qui aura lieu en Suède dimanche prochain.

 

Un des commentateurs de cet article se demandait  alors si les Lyonnaises auraient pu planter un ou deux buts de plus si le public avait été plus nombreux. Effectivement les 4000 et quelque spectateurs présents au stade de Gerland ont certainement fait de leur mieux, mais rien à voir avec le soutien que peut apporter un stade rempli.

 

La corrélation entre la ferveur du public et la performance des sportifs n'est plus à prouver.  Encore et toujours, plutôt que de réclamer des résultats pour daigner assister à des matchs féminins, pourquoi ne pas commencer par les encourager? Lorsque je glisse cette idée à mon entourage, on me répond "Mais ma pauvre,  ya pas d'ambiance quand le stade est vide, c'est nul!". Voilà le noeud du problème: ce n'est plus du sport, ce sont les jeux du cirque et on ne va pas au stade pour l'amour du jeu mais pour l'ambiance des tribunes.

 

 

 

 

Repost 0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 20:43

C'est le Monde qui relaie cette information, à l'origine postée sur le blog de l'écrivain Armin Arefi. L'équipe féminine de football d'Iran ne pourra pas participer aux premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse, en raison de l'interdiction de porter le voile sur le terrain. En effet, le règlement de la FIFA stipule clairement que les joueurs sont tenus à la plus stricte neutralité religieuse et politique.

 

On s'en doute, voici qui est sujet à polémiques. Je suis fermement pour la laïcité dans le sport, mais à vrai dire ce cas précis me met un peu mal à l'aise.

 

Cette décision prive les jeunes joueuses d'une participation à un tournoi international et comme Armen Arefi, j'imagine leur déception amère. La prise de position de la FIFA n'est d'ailleurs pas celle de toutes les fédérations: par exemple, l'IAAF (athlétisme) autorise les concurrentes voilées. Mais est-ce au final la FIFA qui empêche les Iraniennes de jouer voilées, ou plutôt la Fédération iranienne qui empêche ses joueuses de jouer dévoilées?

Mais, encore, sanctionne-t-on réellement les dirigeants en sanctionnant les joueuses? Doit-on alors pragmatiquement estimer que la liberté que confère le sport aux femmes est plus importante que le respect de la laïcité?

 

Vous voyez que cette problématique nécessite plus qu'un article à chaud pour être tranchée.

 

Cela m'a rappelé l'excellent documentaire franco-allemand  "Football under cover" (titre français Football sous surveillance). Il traite de la véritable épopée qu'à été l'organisation d'un match amical à Téhéran, entre un club amateur de Berlin et l'équipe nationale d'Iran. Du portrait de Niloofar qui se déguise en garçon pour aller taper la balle dans un parc, à l'interdiction qui est faite aux hommes d'aller voir le match, et pourtant les joueuses - y compris les Allemandes - sont voilées de la tête aux pieds... le documentaire montre à quel point il est difficile pour les joueuses de pratiquer leur sport. Et ne parlons même pas d'une éventuelle réconnaissance...

Un match retour avait été prévu à Berlin, mais les joueuses iraniennes n'ont finalement pas reçu l'autorisation de s'y rendre.

 

http://3.bp.blogspot.com/_pdxW0zEn_Hc/SW1m683MoOI/AAAAAAAAAPc/a7eSMysAy3Q/s320/football+poster.jpgaffiche du film - le site officiel ici

 

 

et la bande-annonce ci-dessous!

 

 

Repost 0
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 07:00
Un petit test...quels sont les points communs entre...


Une portière:

http://blogautomobile.fr/wp-content/uploads/2009/04/bmw-x5-sp-portiere.jpg
ici
Une sauteuse:

 http://www.decodurable.com/images/poele%20sauteuse%20et%20couv-25cm.jpg
ici
 
Une tireuse:

http://www.lamaisondelabiere.com/images/photo/5-tireuse-et-fut2.jpg
Une entraîneuse:
http://www.deguisementsonline.com/img/p-deguisementsonline.com/270-298-large.jpg
 ici
 Une meneuse:
http://85.img.v4.skyrock.net/85e/lulusoso/pics/1950685445_small_2.jpg
ici
 


Bagnoles, bonne bouffe, bonnes femmes et alcool? Le paradis des hommes, diraient ceux qui croient aux préjugés répandus par les médias.

Hé bien non!

Connaissez-vous Céline Deville, la portière de l'Equipe de France de football?

...la sauteuse Blanka Vlasic, la championne du monde de saut en hauteur?

...l'archère Bérengère Schuh dont on peut dire au vu de son palmarès impressionnant qu'elle est une très bonne tireuse?

...l'entraîneuse Sarah M'Barek, qui coache le Montpellier HSC?

Connaissez-vous enfin la meneuse Céline Dumerc, qui officie dans l'Equipe de France de basket?


Toutes des championnes, des femmes passionnées qui ont la niaque...Et pourtant leur noms mis ensemble dessinent étrangement un univers très proche des stéréotypes masculins.

Je connais beaucoup de femmes qui sont mal à l'aise pour se désigner avec les termes d'"entraîneuse", mais aussi "coureuse", "gardienne".. Rien qui sonne de manière très valorisante. Mais pourtant je crois que c'est en n'hésitant pas à utiliser ces termes qu'ils prendront tout leur sens sportif, et qu'elles seront reconnues en tant que sportives.




Article lié: La reconnaissance passe aussi par le langage




Repost 0

Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....