Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 16:21

Ce n'est pas un scoop, les métiers où l'on rencontre autant de femmes que d'hommes sont très rares. Et si vivre de sa passion est toujours difficile, ça l'est encore plus lorsque l'on est une femme et sportive. Voici deux exemples.

 

Les femmes jockeys sont très peu nombreuses, ce qui peut sembler doublement étonnant: d'une part, les femmes sont  ultra-majoritaires dans l'équitation, et d'autre part les exigences physiques du métier (petit gabarit et légèreté) me semblent - pour une fois - plus facile à remplir pour une femme. Pourtant, à l'image de la cuisine et de la couture, le haut du pavé est réservé aux hommes alors que les femmes constituent la base. Les raisons invoquées: le danger, les exigences de disponibilité, sont suffisantes pour dissuader de nombreuses pratiquantes à qui on a réussi à faire croire qu'elles étaient de petites choses fragiles qui seraient bien inspirées de consacrer du temps à leurs familles. Mais certaines ne s'en contentent pas: sur un forum de cavaliers, une jeune fille souhaite être réincarnée en cheval parce qu'"au moins pour les chevaux ya la parité".

J'ai trouvé cette interview de Nathalie Desoutter (photo) qui évoque les obstacles qu'elle a dû franchir, et notamment le "plafond de verre" des courses où l'attribution des chevaux semble fonctionner par copinage... les mécanismes d'écartement des femmes sont toujours les mêmes. Terra Fémina présente également le portrait de la jockey Delphine Santiago qui raconte son  parcours avec enthousiasme et de manière très détaillée, histoire de susciter des vocations.

 

http://www.asso-jockeys.com/sources/bibliotheque/actus/nathalie_desoutter_small(1).jpg

Source: Asso-jockey.com

 

Il n'y a eu aucune femme guide de haute montagne en France jusqu'en 1983. C'est un métier risqué, très prenant, et très physique. Les femmes guide ont dû passer, comme leurs confrères, un concours très difficile qui comporte plusieurs épreuves sportives, et où les minima sont les mêmes pour les deux sexes. Pourtant, aujourd'hui encore certains guides masculins considèrent que l'arrivée des femmes "dévalorise la profession" et les responsables d'agences se sentent encore obligés de demander aux clients "ça ne vous dérange pas si c'est une femme?" au moment de leur proposer un guide. Pour se construire une réputation en tant que guide, l'expérience prime mais celle-ci s'acquiert beaucoup par cooptation, inutile de dire qu'il n'est alors pas forcément facile pour une femme de faire ses preuves. Plus souvent que les hommes, elles sont appelées pour les groupes d'enfants ou les initiations de débutants, soit des missions moins exigeantes et donc moins valorisantes.

Martine Rolland a été la première femme à devenir guide, suivie de Sylviane Tavernier (photo) qui raconte son parcours ici. J'ai enfin été absorbée par ce long mais passionnant article de la sociologue Christine Menesson qui a enquêté sur 10 femmes-guides et a fait de très intéressantes conclusions, en particulier sur l'extrême difficulté qu'ont les femmes-guides a être soutenues par leur entourage et sur la culpabilité qu'on fait peser sur elle vis-à-vis de leur vie de famille. Un autre point qu'elle soulève m'a marquée, c'est que les clients moins attirés par le côté "exploit" mais plus par le côté "plaisir" faisaient plus facilement et a priori appel aux femmes. Et ceux-ci sont de plus en plus nombreux, n'en déplaise aux tenants de l'apinisme viril-qui-pisse-plus-loin.

 

http://fcorpet.free.fr/Denis/M/Grimpeuses/images/Sylviane-Tavernier-Abominet-ARsep87.jpgSource

 

 

 

 


Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 20:41

Je suis une quiche à plusieurs titres. Parfois, on est tellement habitué à voir le mal qu'on le voit partout, et on lit tellement en diagonale qu'on se plante complètement. Et puis après on est complètement à contre-temps.

 

Après mon billet sur les 20km de Paris, j'ai été contactée par "La Chaîne de l'Espoir" pour faire part de l'opération "20km, 20 femmes, 20 photos". Entre la poire et le fromage, je visite leur site très rapidement, qui propose de sélectionner 20 femmes participant au 20km de Paris pour les prendre en photo puis exposer leur portrait le long du parcours. Et là je vois les mots-clé "photos en pied", "mensurations" et  "votre poids". Je tique et fais un peu la morte, jusqu'à ce que je reçoive un nouveau mail d'Aurélie. Je lui réponds que la mentalité du concours me gêne, trop axée sur le physique des participantes. Mais elle me réponds fort diplomatiquement que justement il n'y a PAS besoin d'envoyer sa photo, ses mensurations et son poids! C'est moi qui avait très mal lu...

La honte.

Je me confonds en excuses bafouillantes, et promet un billet, qui pour plein de raisons diverses dont la première étant que ce blog est un hobby totalement désorganisé, ne sort que maintenant, alors que les inscriptions au 20 km de Paris sont closes et que les textes à envoyer pour participer à l'opération doivent l'être avant ce soir minuit.

Voilà.

Reine des quiches.

Bon, je parle quand même de l'opération? La chaîne de l'Espoir est une organisation caritative qui a lancé l'opération "Courir pour des enfants", où il s'agit d'utiliser la course à pied pour faire connaître leur action et susciter des dons.

Qui sont les coureurs? Des amoureux de la course à pied, désireux de se réunir autour d'une bonne cause pour joindre l'utile à l'agréable, en portant les couleurs de la Chaîne de l'Espoir.

Comme les femmes sont à l'honneur au 20km de Paris cette année, 20 femmes inscrites sous sa bannière seront prises en photo par Mr-qui-a-fait-les-pubs-Aubade. Et pour participer, il suffisait d'écrire un texte expliquant son engagement solidaire..

Un beau projet, donc, auquel je n'aurai pas du tout servi. Sauf pour vous dire, si vous courez les 20 km de Paris ou si vous flânerez sur le parcours, de lever les yeux pour voir ces 20 sportives immortalisées!

 

Et aussi, que l'opération "Courir pour des enfants" est présente sur d'autres courses (en région parisienne) Une bonne raison de se lancer...

 

http://www.courirpourdesenfants.org/wp-content/uploads/2010/03/groupecoureurs.jpg

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 09:00

En septembre, les magazines web comme papier n'ont qu'une idée en tête, nous faire reprendre le sport. Et pour les femmes, c'est toujours la même soupe ennuyeuse: hors salles de fitness et appareils de tortures, point de salut! Et n'espérez pas imaginer vous éclater, vous suez pour un corps de rêve, vu? Mouais. Et si on faisait comme les gamins?  Laissons-nous guider par coups de coeur! Trois idées en l'air:

 

Pourquoi pas du rugby? Les Black Ferns Néo-Zélandaises viennent de remporter leur quatrième titre de championne du Monde, au terme d'une rencontre très serrée contre l'Angleterre (score final 13-10). Un beau match très engagé entre deux équipes habituées aux finales. La France? Après leur troisième place à la dernière édition, finir quatrième contre l'Australie est un peu décevant. Il faut dire qu'avec à peine 10000 licenciées, pas facile de monter des filières de haut niveau. En attendant, malgré le silence des médias, le rugby amateur continue de séduire de plus en plus, de femmes attirées par un sport physique et collectif, rattaché à une culture festive. Parce que le sport, c'est d'abord pour s'a-mu-ser!

Plus de rugby chez Sophie, chez Alice et chez Pascalou...

http://file2.stuff.co.nz/1283712223/929/4098929.jpg

Source

 

Pourquoi pas de l'escrime? Après sa médaille de bronze individuelle, Laura Flessel a fait monter son équipe sur le podium aux derniers Championnats d'Europe, en juillet. Même avec une telle championne comme tête de file, les femmes ne représentent pas encore 30% des licenciées françaises de ce sport encore méconnu. Il apporte pourtant maîtrise de soi, concentration, est imprégné du respect de l'adversaire qui manque encore tant ailleurs. Sans parler de l'extrême élégance des mouvements, qu'on ne peut finalement admirer qu'au cours des JO (si on a de la chance que ce ne soit pas en même temps qu'un autre truc hyper plus intéressant , genre le beach-volley féminin.)

Des tas de bonnes raisons de faire de l'escrime ici

http://www.escrime-2010.com/images/stories/photos/champ-europe_leipzig/21/noe210710_05_00.bro.jpg

Source

 

Ou encore, pourquoi pas du pentathlon? Oui, je fais dans le confidentiel, mais il faut dire que la Française Amélie Cazé (photo) vient de conquérir son 3e titre de championne du Monde de la discipine! Alors le pentathlon, c'est pour celles qui ne tiennent pas en place: escrime, natation, équitation et combiné mêlant course (1000m) et tir au pistolet. Il y a peu de femmes, on se l'imagine. Je n'ai pas trouvé le nombre de pratiquantes, mais le pentathlon féminin n'est une épreuve olympique que depuis... 2000,  rejoignant l'épreuve masculine presque 50 ans plus tard. Mais après tout, ce n'est pas plus incongru que certains sports dont les noms circulent à l'envi un peu partout sur le Net, zumba, jukari, et autres bizarreries fashion censées nous donner des fesses de rêve.

Merci à Pascal pour l'info!

http://ffpentathlon.franceolympique.com/ffpentathlonmoderne/fichiers/Image/diaporama/a-amelie_triple.jpg

Source: Fédération Française de Pentathlon

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 08:00

Je ne suis certainement pas la première à parler de "Vie de Meuf" ce site/blog génial créé par le collectif Osons le Féminisme". Des femmes (ou des hommes) postent des anecdotes démontrant que le sexisme n'est pas mort. Phrases perfides, discriminations... les commentaires eux aussi sont édifiants. Les appels au "fake" et les accusations de parano pullulent. Pourtant, ça m'est aussi arrivée de me faire prendre pour la secrétaire de mon collègue de bureau...

Mais bref, ici je parle de sport: et je vois que la très fameuse Petite Ailière, rugbywoman confirmée, n'a pas hésité à poster son propre témoignage:

 

"Je suis apprentie journaliste et je veux me spécialiser dans le sport. Je connais le rugby : j'y joue et suis même championne de France. Aujourd'hui, j'accompagne mon oncle, journaliste, au stade d'une équipe de Top 14 pour une journée de "stage". Il en profite pour me présenter ses collègues. Arrive la phrase qui tue : "Mais... Tu connais un peu le rugby au moins ?" #viedemeuf"

 

"- Nan, je viens voir la natation synchronisée"..."

Solidarité, Petite Ailière.

 

Le site est tout jeune et déjà des dizaines de témoignages sont en ligne. Un bon moyen, pour ceux qui en douteraient encore, de se rendre compte que le sexisme se niche partout...et pas que dans le sport. 

 

Vie de Meuf


 


 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 08:00

C'est encore sur le fameux site Courir au Féminin que j'ai trouvé cet article, postée par une membre:

What Exercise Science Doesn’t Know About Women

 

C'est en anglais... voici ce que j'en retiens, si vous êtes mieux armés que moi n'hésitez pas à ajouter ou corriger.

 

L'article fait part de l'expérience d'un scientifique qui a mené une étude sur le rôle des protéines dans la récupération sur des sujets masculins. Il a ensuite mené la même étude sur des sujets féminins, mais les conclusions n'étaient pas les mêmes!

En fait, la plupart des expériences menées par les scientifiques du sport le sont avec des hommes; les conclusions qu'ils en font sont donc basées sur des métabolismes masculins.

Ils se sont notamment rendus compte que les protéines n'avaient pas, chez les femmes, le rôle bénéfique qu'elles ont pour la récupération chez les hommes. Et que les femmes stockent moins bien les hydrates de carbone (sucres lents) que les hommes. En fait, elles brûlent plus de graisses pendant l'effort, et moins de protéines et de sucres lents qu'eux.

Les scientifiques pensent que les oestrogènes jouent un rôle dans cette différence, puisqu'ils agissent entre autres sur le métabolisme. Par exemple, ceux-ci pourraient protéger les muscles pendant l'effort.

 

Voilà qui recoupe le thème du livre de Caroline Payot-Podevin - la médecine sous-estime  et ignore les spécificités des sportives - , et qui souligne par ailleurs que les connaissances théoriques sur le sport que nous posédons actuellement peuvent encore être affinées pour convenir mieux aux femmes.

Avec, à la clé, des écarts de performances encore réduits?

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 08:00

C'est le tout dernier moment pour y participer puisque les inscriptions se terminent aujourd'hui même, (hé ouais, je suis une quichasse en timing) mais ce week-end se tient à Grenoble le Femina Beach Soccer 2010, un tournoi autour du beach-soccer féminin organisé par l'Association de Développement des Sports de Sable.

Je ne connais pas, hein, mais ça à l'air sympa comme tout, et ça a le mérite de s'adresser aux filles.

 

Car il faut bien avouer que faire s'affronter des équipes mixtes dans ce contexte n'est pas forcément aisé, j'ai pu l'expérimenter à plusieurs reprises. Les garçons sont plus grands, plus rapides, ça d'accord, mais aussi souvent plus techniques. Même dans des équipes hyper conviviales où on a à coeur de faire jouer tout le monde, les filles se sentent elles-mêmes comme des "boulets" et laissent plus volontiers leur place. Et force est de constater que ce sont souvent les équipes qui comportent le moins de filles qui gagnent. Bref, pour une ou deux nanas qui vont s'éclater, combien vont être dégoûtées?

Alors le Femina Beach Soccer mérite bien un peu de pub.

 

http://lh6.ggpht.com/_oT3HgxmFFXc/SlGsEsOaAmI/AAAAAAAAAek/MNi_Mjcsdpk/s640/DSC_0051.JPG

http://lh3.ggpht.com/_oT3HgxmFFXc/SlG6L9261cI/AAAAAAAAAr8/BPQzdn-cM-w/s640/DSC_1067.jpg

  Plus de photos

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 20:00

Bon, c'est bientôt l'été, je pars bientôt en vacances, et je vous avoue, mea culpa mea culpa, que je regarde quand même pas mal la coupe du Monde (les matchs, pas les cancans). Tout cela qui me laisse peu de temps de cerveau disponible pour me tenir au courant du sport féminin...

Mais on peut tout de même faire un pas dans l'été, et  pour les chanceuses qui partent à la mer, et qui ont envie de découvrir de nouveaux sports (pour septembre?), il y a pléthore d'animations qui sont organisées.

 

La Fédération de Judo lance par exemple la 2e édition du Judo Tour Littoral. 24 dates où vous pourrez admirer des démonstrations et vous initier au judo entre deux bains de mer.

Vous pouvez aussi choisir le Beach Rugby Tour, faites un tour sur le site, l'image d'accueil me plaît beaucoup. Rien que pour ça, faites-y un tour!

 

Et puis encore le Sandball, version de plage du handball. Et les filles, loin d'être de simples spectatrices, s'en donnent à coeur joie. Je ne résiste pas à l'envie de vous montrer ces jolies photos!

On a toutes et tous croisés, en vacances, ces super nanas sportives, bronzées, musclées et à l'aise dans leurs baskets, dont on entend les éclats de rire à l'autre bout de la plage, et qui enchaînent planche à voile et beach-volley avec maestria. Envie de devenir l'une d'entre elles?

 

http://www.sandball.com/gallery/photos/Tour_2008/6_Binic/IMG/0815%20%5B800x600%5D.jpghttp://www.sandball.com/gallery/photos/Tour_2008/6_Binic/IMG/0814%20%5B800x600%5D.jpghttp://www.sandball.com/gallery/photos/Tour_2008/6_Binic/IMG/0824%20%5B800x600%5D.jpg

 

Encore deux week-ends sont prévus, à Boyard Ville et à Binic. Si vous passez par là...

 

 

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 08:00

C'est une chaîne que m'a transmise Emelire et que j'ai trouvée sympa...et pleine de sens. Il s'agissait de présenter un ou des objets... roses! De quoi épiloguer sur la signification de cette couleur.

 

En ce qui me concerne, j'ai plusieurs choses, avec une préférence pour le rose shocking, mais j'ai choisi de vous parler de mes affaires de sport pink, même si d'habitude je suis plutôt en noir (le choix n'est pas toujours délirant dans les magasins de sport):

 

photo.jpg

 

Ma serviette, mon petit débardeur, et surtout mon shorty de sport. Qui n'ont pas tous l'air roses mais le sont en vrai :)

 

Je suis très attachée à ce petit boxer: ensemble nous avons joué un paquet de matchs, nous avons couru deux semi-marathons et battu "notre" record sur 10 km. J'avais choisi sa couleur flashy pour pouvoir le repérer facilement dans le panier à linge les jours de matchs, et j'ai fini par le porter comme un fétiche.

 

C'est idiot mais j'ai eu un rapport pas facile avec cette couleur. Enfin, c'est peut-être pas si idiot que ça finalement... dans ma période adolescente pré-féministe "les trucs de filles c'est nul, les trucs de mecs c'est dix fois mieux", je méprisais tout ce qui était rose de près ou de loin.

 

Et puis, en grandissant un peu, même si les "trucs de mecs" m'attiraient tout autant (surtout en sport...) j'ai peu à peu accepté qu'on avait bien le droit de préférer la danse classique au rugby, et que porter du rose ne rendait pas automatiquement cruche et traître à la cause féministe. D'ailleurs, les garçons s'y mettent...

 

Cependant je grince toujours des dents quand je vois une gamine en rose des pieds à la tête et quand on tartine de rose tout de qui est de près ou de loin destiné aux femmes et aux fillettes. Pourquoi n'a-t-on pas le choix des couleurs? Pour le sport, c'est un peu pareil et l'ambiguité du rose, entre revendication de sa féminité et soumission aux stéréotypes, continue de me titiller. Peut-être que je me prends trop la tête après tout: il est vrai que je ne joue sans doute pas différemment lorsque j'ai mon shorty rose et en plus personne ne le voit...mais serait-il devenu mon gri-gri s'il avait été orange?

 

Bon, il faut passer le tag: est-ce que Manu des Pensées, MarieL de Femme de Joueur et Snödroppe de Fenêtre ovale accepteraient de nous montrer leurs objets roses?

 

 

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 12:00
C'était donc mon 100e billet sur Entrées en Lice... et voilà à peu près 6 mois que j'ai démarré ce blog.

Je ne sais pas bien si j'ai apporté quelque chose au sport féminin dans ce lap de temps; mais personnellement j'ai appris énormément. Je parle souvent de ma conception du sport, finalement celle que j'ai du blogging est la même: un genre de perfectionnisme, avec pour but  le plaisir de la pratique et la satisfaction personnelle.

Pour revenir au sport, chaque jour me conforte un peu plus dans l'idée que chacun-e peut trouver une discipline dans laquelle s'épanouir, pour peu qu'il/elle s'affranchisse des préjugés. Du surf à l'haltérophilie en passant par la lutte ou la course à pied, les possibilités sont immenses.

Et j'espère pouvoir en explorer beaucoup d'autres dans la prochaine centaine. J'ai plusieurs pistes...voilà quelque temps que je lorgne sur des sports peu médiatisés, au féminin comme au masculin, tir à l'arc ou escalade... Je voudrais aussi mieux connaître des trucs comme le hockey sur gazon ou le softball. Je n'en ai bien sûr pas terminé avec le rugby, car la coupe du Monde se profile, et puis vous entendrez parler d'athlétisme car les championnats d'Europe s'approchent.

Les idées ne manquent donc pas pour une nouvelle centaine :)
Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 15:00

...ça n'a pas échappé à Isabelle Germain: l'argent du sport ne profite pas aux femmes, nous fait-elle remarquer sur son blog "Du rose dans le gris". Voici qui vient en écho au classement - très testostéroné - des sportifs de l'année 2009 que nous proposait Eurosport.

Et comme l'argent du sport vient des sponsors et donc du public, cela met en évidence le cercle vicieux que forment pêle-mêle la sous-médiatisation des sport féminins, la dévalorisation constante des sportives et enfin le manque d'attractivité du sport auprès des jeunes filles. Dans ces conditions, parler de haut niveau est presque risible: sans rentrer dans le débat des salaires des sportifs, savoir d'entrée de jeu qu'on ne gagnera pas sa vie avec son sport est un frein à l'engagement.

A l'heure où on fait mine de s'étonner des résultats médiocres des Français (et des Françaises) à Vancouver, c'est peut-être l'occasion d'entamer une vraie réflexion.

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article

Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....