Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 16:00

Bon, le sport féminin n'intéresse et n'intéressera jamais personne. Qui le dit? D'abord Slate qui titre sans appel que "Les femmes ont perdu la partie", Contre-pied qui nous explique que, "Tout est dans la jupette" et puis Têtu qui rappelle que les hommes râlent quand on veut considérer les sportives comme leurs égales.

Les sportives, on les trouve trop musclées... mais pas assez performantes. On peut bien les rendre plus sexy... mais elles n'en tireront rien: les mecs se rinceront l'oeil mais ne suivront pas vraiment les compétitions.

Les hommes ne veulent voir que des surhommes auxquels ils peuvent d'identifier. A la rigueur des belles nanas, mais pas trop performantes. Les femmes, elles, s'en fichent: les sportives ne sont pas assez belles, en plus le sport c'est difficile, on ne peut pas avoir d'enfants. Bon, elles veulent bien voir les stars, si ce sont des beaux mecs.

 

Sous prétexte que c'est la vente de papier et l'audience des émissions qui commandent, inutile d'espérer un sursaut des médias. Le 8 mars, ils s'émeuvent de la situation, mais pas un ne passe à l'action. "C'est dommage... mais ça ne changera pas", voilà ce qu'il faut comprendre.

Bien sûr, nous pouvons toujours nous amuser à faire du sport en amateure, mais il ne faut pas espérer en vivre, ni espérer une quelconque reconnaissance, c'est tout. Estimons-nous déjà heureuses: nous sommes dans un pays civilisé, les femmes ont déjà tout gagné, on ne vous l'a pas déjà dit?

 

C'est trop facile de dire qu'il n'y a pas de solutions. Si le sport féminin n'intéresse pas, c'est un problème de mentalités, pas de glamour ni de marché. C'est un constat plusieurs fois fait, et qui rappelle s'il en était besoin que nous ne sommes pas au clair avec nos conceptions de féminité et de virilité.

L'égalité des sexes ne pourra jamais être atteinte si le foot féminin n'occupe pas la même place que le foot masculin et si on continue d'être gêné quand un garçon veut être gymnaste plutôt que footballeur (parce que c'est encore plus difficile pour les garçons d'enfreindre ces codes).

 

Sous prétexte que le sport est considéré comme un loisir, certains ne voient aucun problème à cette inégalité:

"On ne va pas forcer les femmes à acheter l'Equipe"

"Si les filles veulent faire de la danse on ne va pas les empêcher".

Bien sûr qu'on ne peut forcer personne à regarder du foot féminin et à inscrire sa fille au rugby. Mais comment ne pas voir que les disparités hommes-femmes dans le sport révèlent celles qui subsistent dans la société?

 

Mais voilà, faire bouger les mentalités c'est compliqué et fatigant.

 

Il n'y a pas que les gros beaufs, les sales machos et les vieux réacs: nous faisons TOUS preuve de lâcheté. Les médias ne veulent pas perdre leur audience, les journaux ne veulent pas voir baisser leurs ventes, les hommes ne veulent pas être traités de tapettes, les femmes veulent continuer à plaire aux hommes, les parents ont peur qu'on se moque de leurs enfants...

Et on inscrit des garçonnets au rugby alors qu'ils voudraient faire du tir à l'arc ("on va en faire un homo sinon!"), et on gueule dans les stades pour faire comme les copains, et on dépense des centaines d'euros dans une salle de fitness où on n'ira pas ("la course à pied ça fait des grosses cuisses!"), et on râle sur l'Equipe de France masculine, en continuant à ne pas vouloir regarder les Féminines.

 

Les mythes du footballeur héros hétéro et de la jolie tenniswoman en jupette continueront longtemps de faire vendre...

 

 

http://www.rfi.fr/sportfr/afp/001/spo/photo_1218562968674-4-1.jpg

Crédits: Christophe Simon/AFP trouvée ici

 

Repost 0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 18:54

Par un beau week-end, on n'a pas envie de rester enfermé à écrire. De plus j'ai débuté ma préparation à la Champenoise de la vallée de Marne et j'écume le bois de Vincennes pour de délicieuses sorties en sous-bois. Mais le soir venu quand il fait plus frais, peut-être avez-vous envie d'un peu de lecture du côté du sport féminin:

 

- Aujourd'hui, on invite les footballeuses au Canal Football Club, mais ça n'a pas toujours été comme ça. Pascal Boutreau, nouveau-ex-journaliste à l'Equipe et (entre autres) fan de foot féminin retrace sur son blog perso les premiers pas des Bleues et recontre les pionnières des années 70.

 

- Quand une fédération de sport commande une étude marketing pout savoir ce qui rendrait plus populaire la pratique féminine, le résultat est le suivant: mettez vos joueuses en jupette! Je ne sais pas si le plus consternant est la réaction du panel étudié, ou d'imposer leur tenues aux sportives pour des raisons esthétiques. Il s'agit de badminton mais ça n'empêchera pas Suzanne Lenglen de se retourner dans sa tombe.

 

- Pour le sourire, des photos pas banales de rugbywomen chez Sophie de Fenêtre Ovale, celle-ci et puis celle-là .

 

- Et Laurence Klein (photo) a remporté le Marathon des Sables, je l'ai dit? et ben je le redis, tellement j'ai été bluffée par elle lorsque j'ai eu la chance de la rencontrer. Barbie, alias Cécile Bertin, a elle aussi couru le MDS et le raconte dans un billet-fleuve passionnant qui donne vraiment envie (en tout cas à moi).

 

Photo trouvée ici: www.darbaroud.com

 


Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 20:36

Pourtant on dirait que les femmes ne servent qu'à ça: à être charmantes. Une arbitre féminine en Ligue 1 qui apporte une "touche de charme" (quels blagueurs, vraiment) sur Canal + (les Cahiers du Foot s'en indignent) , l'OM qui va ouvrir une section féminine qui se "décline en version charme" pour La Provence... qui en rajoute dans l'article: "Autant remettre un peu de galanterie, de charme, d'élégance et de grâce." Le talent c'est accessoire bien sûr?

 

Alors oui, ça bouge un peu, on parle un peu plus des footballeuses, des femmes arbitres... l'indifférence serait la pire des sanctions. Mais tout ramener à leur "nature féminine", ressortir les sempiternels "un peu de douceur dans ce monde de brutes" et autres niaiseries vues et revues me fait tirer deux conclusions:

- les journalistes qui couvrent ces sujets sont incapables de voir les femmes autrement que sous l'angle du "charme".

- ou alors personne n'a envie d'être chargé de ça dans la rédaction et les articles sont bâclés.

 

Avec tout ce qu'on a pu lire sur la "touche féminine" et "l'atout charme" des équipes féminines, sans que ce soit suivi d'une affluence incroyable dans les stades, il me semble que vanter le "charme" des joueuses n'est pas une très bonne pub. A moins que ce soit un moyen de nous rappeler la place que nous sommes censées tenir, des rôles décoratifs dans les vestiaires?

 

Briser les clichés en rappelant que les sportives ne sont pas forcément des "garçon manqués", oui. Considérer que les femmes sont douces et charmantes par essence, non. Surtout si c'est pour oublier toutes leurs autres qualités, bien plus intéressantes pour les (vrais) fans de sport.

 

Quand je fais du sport, je veux me moucher dans mes doigts, grimacer sur la ligne d'arrivée, et qu'on me dise "Bravo Madame, super chrono!" quand je la franchis. Rien à foutre d'être charmante.

http://idata.over-blog.com/3/18/25/79/5371_1201993410473_1247701979_582930_7245845_n-copie-1.jpg

Ce logo rigolo est celui du club de rugby féminin l'AS Salisienne... qui recrute!

Repost 0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 18:42

http://www.decitre.fr/gi/90/9782848101590FS.gif

 

Chaque année, lors du marathon de Paris, revient dans les médias généralistes LA question: Mais qu'est-ce qui pousse tous ces gens à se lever un dimanche matin pour courir 42 km et des brouettes, sans compter l'entraînement de plusieurs semaines qu'ils se sont farci, certainement au prix de sacrifices inhumains comme se priver de téloche?

Le Monde ne fait pas exception mais ce qui m'a estomaquée dans leur article c'est qu'on se croirait dans un monde... sans femmes. Pas de marathoniennes interviewées, les "experts" sont des hommes bien sûr. Une vague allusion à la prime "chez les hommes" soulignerait peut-être en creux qu'il existe un "chez les femmes" mais ce n'est pas précisé. Et toujours on parle "des marathoniens", des coureurs". Heu, ça coûte plus cher d'ajouter "marathoniennes", " coureuses"?

Le problème? Un article qui ne reflète absolument pas la réalité. Bien sûr, les femmes sont minoritaires sur marathon, représentant 1 participant sur 5 environ, mais il me semblait que cette sous-représentation aurait été plutôt digne d'intérêt. Notons bien que cette année c'est Le Monde, mais l'année prochaine ça pourrait être un autre journal...

Les motivation des femmes, ça ne vous intéresse pas? Peut-être le journaliste a-t-il pensé que ça allait encore être "pour garder la ligne et rentrer dans mon maillot cet été" comme la totalité des magazines féminins peuvent le faire croire? Il aurait dû aller vérifier. Peut-être n'a-t-il "pas trouvé" de femmes prêtes à témoigner. Qu'il tape "marathon féminin" dans Google. Peut-être ne sait-il pas qu'il y a, hors Elite, des femmes qui courent pour le plaisir? Alors il n'a rien à faire au service sportif du Monde.

Les motivations des femmes ne sont pas fondamentalement éloignées de celles des hommes, mais elles comportent des nuances, compte tenu que le sport féminin est connoté différement du sport masculin.

A la conférence de presse du Marathon des Sables (oui je me la pète...merci Les Nouvelles News), l'ultra-fondeuse Laurence Klein (d'ailleurs vainqueur de l'épreuve cette année) a été prolixe sur ses motivations personnelles de compétitrice, mais aussi plus généralement sur l'engagement de certaines femmes sur la course de fond: "Après avoir eu des enfants, parce que c'est facile à caser dans l'emploi du temps, elles se mettent à courir, puis s'inscrivent à des courses". "C'est aussi un moyen d'exister au-delà du statut de mère de famille et d'épouse".

Dommage vraiment. L'occasion ratée de traiter un marronnier de manière intéressante.

 

 

 

 

La BD "Le Marathon de Safia", de Didier Quellat-Guyot et Sébastien Verdier raconte l'histoire d'une jeune fille musulmane qui rêve de devenir marathonienne contre l'avis de sa famille.

Image trouvée ici

 

 

Repost 0
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 08:00

En montrant des femmes tout simplement!

Après le rouge à lèvres, la couleur rose, j'ai vu beaucoup d'affiches concernant le sport féminin qui jouent sur la silhouette des sportives. Voilà qui permet une certaine créativité:

 

A noter que je ne sais pas trop si la dernière affiche concerne un évènement 100% féminin mais le concept est vraiment sympa. Impossible de confondre avec un magazine de mode, les corps sont en mouvement, le message passe parfaitement: il s'agit bien de sport!

 

Sans oublier la solution la plus évidente: des photos en tenue, en action, comme dans le stade: que l'on vienne voir ou bien soi-même participer, on sait tout de suite de quoi il s'agit, non?

 

 

 

Du mouvement, la promesse d'un beau spectacle, les codes de l'imagerie sportive... et la couleur rose qui signale un évènement féminin. Le tout sans l'ombre d'un escarpin. Comme quoi c'est possible!

 

Repost 0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 12:12

Pour la troisième édition du Montmartre des Blogueuses*, il avait été décidé de convier une invitée. C'est ainsi que nous avons rencontré Claudine Monteil, pionnière du féminisme et amie de Simone de Beauvoir. Son récit vivant et passionné de sa rencontre avec la philosophe, des débuts du MLF dont elle était la benjamine, du procès de Bobigny, a captivé l'assemblée et nourri les débats qui ont suivi. Avec Fée Myrtille, on s'est dit que notre anonymat sur le Net semblait dérisoire, pour défendre des idées aujourd'hui bien dans l'air du temps, alors que les 343 n'avaient pas hésité à donner leur nom en revendiquant un avortement qui était un crime à l'époque (leur signature les poursuit encore aujourd'hui). Oui, les choses ont changé, mais rien n'est jamais acquis, nous a rappelé Claudine Monteil.

Polluxe et Olympe ont très sérieusement noirci des pages de notes, alors vous retrouverez certainement dans leurs billets des compte-rendus plus détaillés que le mien.

MarieL, quant à elle, s'est interrogée sur son féminisme dans un billet que je vous recommande chaudement.

 

Etaient aussi présente, les copines du début...

Luciamel

Nectar du Net

Olympe et le plafond de verre

Le blog d’une femme de sportif

Scharlotte en France

Sandrine Joseph

 

...des nouvelles venues que l'on a été ravies d'accueillir...

Isabelle Germain

Augustine Blaisdelle

Les diablogues du vagin, Léa Lejeune

Le journal de maman

Alibibi (épices)

Decumanos, Barbara Boehm

 

...et Simon Gaetan, armé de ses couleurs:http://img.over-blog.com/292x300/1/76/33/89/mdb-3/img327.JPG

Claudine Monteil, (c) Simon Gaetan

 

 

*Le Montmartre des Blogueuses est une rencontre ... de blogueuses, organisée régulièrement, dans le but de se rencontrer et de discuter entre blogueuses de tous horizons. Si la blogosphère féminine et la visibilité des femmes est le fil rouge, on aborde des sujets pour le moins variés, au gré des participantes. Et c'est ouvert à toutes!

 

 

Edit: Sophie du joli blog Fenêtre Ovale n'était pas avec nous ce soir-là, mais ce billet qu'elle a écrit il y a un petit moment est en totale résonance avec le sujet... tout en parlant de sport: Révolution dans le jardin

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 19:00

C'est une lectrice qui m'a suggéré par mail d'en parler et je la remercie! J'espère que ça inspirera les profs de sport qui passeront :).

Elle m'expliquait que son fils en sixième trouvait injuste que les barèmes de notation pour l'athlétisme soient plus favorables pour les filles. C'est vrai qu'à cet âge-là les filles sont souvent plus grandes que les garçons; mais d'une façon générale les différentes morphologies sont assez bien réparties dans une classe.

 

La première chose qui me vient à l'esprit est que cela nourrit la frustration des garçons vis-à-vis des filles, qui récupèrent en sport des meilleures notes avec moins d'effort. Pas besoin de donner du grain à moudre à ceux qui estiment qu'une conspiration anti-hommes est à l'origine des moins bons résultats scolaires des garçons.

Ensuite, comme le soulignait ma lectrice, cela a un effet négatif sur les filles qui voient qu'elles sont favorisées, qui voient aussi que ce n'est pas forcément justifié (j'étais la plus grande de ma classe quand j'avais 12 ans, facile de courir vite...). Pas terrible ni pour l'estime de soi ni pour donner le meilleur en sport...

Mais même quand ils s'adressent à des adultes, ces barèmes différenciés ne sont peut-être pas forcément bien fait: par exemple au concours de l'IUFM; l'épreuve du 1500m était vraiment plus facile pour les filles. (je n'ai pas étudié ces barèmes en détail, c'est un ressenti de mes amis): ça ne me semble pas une bonne idée de partir d'une présupposée moins bonne condition physique des femmes. On pourrait se baser sur les minima de la Fédération Française d'athlétisme... (qui sont déjà biaisés pour assurer une participation suffisante des femmes aux championnats locaux). Si la moyenne des notes des garçons est différente de celle des filles, il y a un problème de toute façon.

Pourquoi ne pas supprimer cette différence au collège pour ne la rétablir qu'au lycée, par exemple, en  expliquant quelques données physiologiques aux élèves pour les convaincre du bien-fondé de celles-ci?

Ou bien, en plus, séparer garçons et filles en athlétisme, histoire de ne pas donner lieu à des comparaisons démotivantes? Je pense pourtant que c'est formateur pour tous de voir qu'à l'épreuve de course à pied des filles peuvent être en tête... mais un trop grande écart de notation entre un garçon et une fille qui courraient côte à côté peut générer des tensions, bref, pas de réponse à ça...

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Mixité
commenter cet article
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 18:30

Après la sportive-objet sexuel à qui l'on associe talons aiguilles et rouge à lèvres, certaines affiches de sport féminin préfèrent rester plus soft et soulignent la différence à grand renfort de rose de mauve, de fleurs et d'écritures manuscrites. Ambiance "Mon petit poney dans son pays magique featuring Polly Pocket".

 

http://www.ffvoile.org/ffv/web/communaute/multimedia/galeries/FALB_2010/photos/Affiche_Globale.jpgSource: FFVoile trouvée ici

 http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS1z3CISNTT9MAhaqRcD0MWbfRzy61T0bWi-YPIitAxYDTAJrRW&t=1

Photo trouvée ici

 

J'avoue très sincèrement que je ne suis pas aussi sévère vis-à-vis de ce choix. Dans mes exemples, les photos choisies sont plutôt chouettes et pas du racoleuses. C'est sûr que c'est très connoté "leur sport n'enlève pas aux femmes leur élégance et leur douceur naturelle", qui renvoie à un "éternel féminin" tout autant que le bâton de rouge à lèvres. Et les affiches prennent un air de ne pas y toucher, genre "oh, on fait du sport mais c'est juste pour s'amuser entre deux manucures, rien de sérieux, hein". J'avais oublié, l'esprit de compétition c'est pour les hommes!

 

Mais, il faut penser à ces affiches noyées dans tout un tas d'annonces pour des évènements masculins ou mixtes: elles attirent l'oeil. Je suis la première à râler contre les magasins de sports qui ne vendent que des équipements roses ou pastel aux femmes, mais ça a un intérêt certain pour la visibilité.

Dans un domaine tout à fait non sportif, une collègue à moi, très concernée par les questions de parité, se rend à des colloques et congrès pro toujours avec une veste de tailleur de couleur vive. Au milieu des costumes sombres, elle tient à être visible en tant que femme. La démarche de débuter une activité sportive fonctionne beaucoup sur l'émulation et le fait de VOIR des femmes qui ASSUMENT dans un peloton de course hors-stade par exemple, a un effet très positif de ce point de vue. Personnellement, je n'aurais certainement pas couru de semi-marathon si je n'avais pas traîné mes guêtres sur Courir au féminin, qui se revendique destiné aux femmes, et qui d'ailleurs assume parfaitement sa palette rose et mauve (mais où les membres ne courent pas forcément toutes de rose vêtues, ni uniquement aux courses féminines)

Je ne sais pas si les dames qui font leur jogging du dimanche en rose pétant voudraient revendiquer le féminisme de leur acte, mais le résultat est bien là. Malgré l'agacement qu'elle peut générer, la couleur rose renvoie un message comme "nous aussi on fait du sport" plutôt revendicatif et positif.

 

 

D'autres billets "pink":

La sportive sans son top rose reste-t-elle une femme?

Le shorty rose en question

Repost 0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 20:25

Un petit point 6 Nations d'abord: les Françaises ont remporté leur match de dimanche dernier contre l'Italie 20-28, gardant ainsi leur deuxième place du tournoi.Très très loin, il faut le dire, des Anglaises qui ont collé un 89-0 aux Ecossaises et qui caracolent en tête, inatteignables et parties pour un nouveau grand chelem.

Je ne devrais pas le dire et c'est peu avouable mais je suis contente que pour une fois les filles soient mieux placées que les garçons. Evidemment, personne n'en parle... Marie-Laure va encore me dire que les filles, c'est du niveau Fédérale 1, que le public va voir des matchs de haut niveau... elle a raison. Un peu. N'empêche. Elles s'entraînent dur, c'est aussi difficile chez les filles que chez les garçons de gagner ses matchs à haut niveau. Comme pour les footballeuses: le niveau des groupes de qualifications est faible, mais faut quand même les gagner les matchs. Comme en course à pied ou les jaloux disent que c'est plus facile d'être sur le podium pour une nana à cause de la concurrence moins grande... c'est la concurrence qui fait le champion ou le boulot abattu pour en arriver là? Un peu des deux, d'accord...

 

Et sinon, une grande interview de la capitaine montpelliéraine des Bleues, Marie-Alice Yahé (photo), c'est ici.

http://photo.rugbynews.fr//vi-nations/marie-alice-yahe/31365-1-fre-FR/Marie-Alice-Yahe_scalewidth_640.jpg

 

Et l'Iran? C'est chez Sophie qu'il faudra aller, elle nous parle du documentaire Salam Rugby.

Je parle d'obstacles rencontrés par les jeunes filles pour jouer au rugby ici, mais ceux-ci ne se résument finalement qu'à la difficulté de trouver un club près de chez soi, et du soutien de l'entourage parfois difficile à trouver. En Iran, c'est un euphémisme de dire que le régime actuel est assez peu disposé vis-à-vis du rugby féminin. J'avais adoré Football Under Cover, et j'aimerais vraiment trouver moyen de voir ce docu-ci.

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Rugby
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 20:36

Depuis que je tiens Entrées en Lice j'ai eu régulièrement l'occasion de râler sur des affiches de sport féminin que je trouvais sexistes ou au contraire réussies. Et de me demander comment promouvoir du sport féminin avec pour enjeu de souligner la différence sans sombrer dans les pires clichés spécialement lorsqu'il s'agit de sports traditionnellement masculins. Avec en filigrane: comment identifie-t-on à coup sûr quelque chose comme féminin?Je vais le découper en plusieurs billet parce que y'en a, des choses à dire!

 

La solution de facilité, très souvent utilisée est toujours de renvoyer la femme à un statut d'objet sexuel. Sous prétexte de décalage, les publicitaires les moins imaginatifs (donc les plus nuls) piochent sans vergogne dans les éléments les plus connotés:

- des corps de femmes fragmentés (des jambes,  - surtout pas trop musclées! - , une bouche pulpeuse)... et souvent la tête coupée. Alors OK messieurs-dames les publicitaires et autres responsables de la communication, ce qui différencie en premier les hommes des femmes c'est le corps. Mais ces différences, pas de bol vraiment, correspondent à des parties du corps hautement érotisées. Et certainement que pas un instant vous n'avez pensé que puisqu'un corps de femme dénudé pouvait faire vendre des yaourts, il pouvait bien - même mieux - faire vendre du sport féminin. Et le fait qu'on utilise des mannequins et non les sportives concernées pour les photos n'a rien à voir avec ce réflexe.

 

http://www.basketlfb.com/upload/image/Image/OpenLFB2006.jpg

http://www.basketlfb.com/upload/image/Image/OPENLFB2005.jpg

Photos dont j'avais parlé ici


- trace de bouche au rouge à lèvres, ongles vernis rouges, talons aiguilles... Attention, là il y a de la réflexion, puisqu'on est dans l'allusion et la connotation. Et bien plus que de montrer qu'il s'agit de femmes sportives, il s'agit de montrer que les sportives sont féminines, et créer "un effet de décalage" entre le sport (symbolisé par un ballon ou des baskets) et l'objet soi-disant typiquement féminin. Tellement vu, revu et rebattu...

Il est bon de rappeler que tel ou tel sport traditionnellement masculin compte des pratiquantes, mais utiliser un élément connoté sexuellement pour qualifier le féminin me dérange, car on change de registre. S'agit-il de performances sportives à aller applaudir ou d'une exhibition de femmes pour plaire aux hommes? Sans compter que décider arbitrairement que talons aiguilles et rouge à lèvres représentent le féminin, c'est imposer une vision de la féminité que toutes et tous ne partagent pas. Cela ramène brutalement les sportives à leur fonction première: séduire les hommes, faisant passer le féminin devant le sport alors que c'est au contraire le sport qui devrait prévaloir sur le féminin.

 

http://a4.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc6/168064_1828417871156_1261617807_2141824_7919094_n.jpg

Photo trouvée chez Petite Ailière


http://www.mxgirl.fr/blog/wp-content/uploads/2010/09/affiche_mxf1007.jpg

Photo trouvée ici

 

 

Vouloir à tout prix attirer l'attention sur la féminité, c'est bel et bien reconnaître:

1 - que le sport n'est pas considéré comme sexy lorsqu'il est pratiqué par des femmes

2 - qu'une femme qui n'est pas sexy pose problème

Et comme personne n'est prêt à agir sur le deuxième point...

 

 

Des billets sur les affiches de sport féminin:

Le monde merveilleux du sport féminin dans la pub

Les Bleues à Vancouver (1) : Equipe de biathlon.

Promotion du foot féminin avec Adriana Karembeu: but validé ou carton rouge?

Une évolution positive en images, avec l'Open LFB 2010

 

Repost 0

Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....