Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 17:45

J'imagine que comme moi, vous n'avez pu échapper à la robe de Venus Williams, qu'elle a arboré à Roland-Garros (et pourtant, je ne regarde pas le tennis...). Je me fiche des dernières tendances des courts, mais j'ai été atterrée par les commentaires que sa tenue en dentelle et son boxer chair ont suscité.

 

J'ai pu lire ici et là des réactions outragées appelant à la "respectabilité" du tennis. Une belle hypocrisie à de nombreux égards... aux prochains Championnats d'Europe de Barcelone personne ne se plaindra des tenues pour le moins légères des sprinteuses. C'est sans doute que l'athlétisme est moins respectable que le tennis.

Sans compter les éternels commentaires désobligeants sur la joueuse: trop grande, trop musclée, trop voyante... On voit bien la faible marge de manoeuvre concédée aux sportives. Jugées en permanence sur leur apparence bien plus que sur leurs performances, elles sont priées de n'être ni trop masculines ni trop aguicheuses. En regard de ces "normes", Venus Williams a effectivement tous les torts en montrant son corps de championne dans des tenues inattendues, et les machos ne se privent pas de le lui rappeler.

 

Rappelons qu'en son temps la grande Suzanne Lenglen, la "Divine", avait déplu à certains en raccourcissant ses jupes et en décidant de servir "comme un homme". Aujourd'hui, l'histoire a donné raison à la scandaleuse et la coupe destinée à la gagnante du tournoi féminin de Roland-Garros porte son nom. Et toc.

 

Crédit photo Associated Press, source

 

 

 

 

Billets liés:

La championne de 400m haies Jana Pittman renonce à ses faux seins: la féminité impossible?

Du patinage artistique "plus viril"...et les femmes dans tout ça?

BIBA relève (un peu) le niveau...

 


Repost 0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 08:00

Le 24h, quésaco? C'est tout simplement une course - à pied - où il s'agit de parcourir la plus grande distance possible en 24h, rien que ça! Les championnats du Monde de l'épreuve se sont déroulés les 13 et 14 mai derniers à Brive la Gaillarde. Chez les féminines, c'est Anne-Cécile Fontaine (photo) qui l'a emporté en courant la bagatelle de 239,8 km, et sa performance combinée à celle de ses deux coéquipières Sylvie Peuch et Anne-Marie Vernet leur a permis d'enlever aussi le titre par équipes.

http://lh6.ggpht.com/_sDswy7cCO_I/S_BSgjxnMeI/AAAAAAAAEH4/TvSWqruQN1M/s512/IMG_5625.JPGhttp://lh4.ggpht.com/_sDswy7cCO_I/S_BVKUiKM6I/AAAAAAAAEKA/G0utEsYX0tc/s640/IMG_5736.JPG

 

Il y a peu, j'ignorais totalement qu'on puisse courir aussi longtemps, sur une aussi grande distance et encore afficher un tel sourire après l'arrivée! Ces épreuves de grande distance relèvent de ce qu'on appelle l'utrafond. Cette discipline est encore très confidentielle même si elle trouve désormais un certain écho, sans que ses adeptes se soient encore départis de leur étiquette "Doux dingues". Quand au pourquoi, cet article déjà ancien de la Dépêche m'a semblé assez intéressant.

 

On ne se met évidemment pas à l'ultra d'un coup, l'idée vient avec la pratique de la course à pied: 10km, 20km, marathon...et puis? Et puis on a envie de plus. C'est ainsi que la moyenne d'âge des pratiquants est assez élevée: sur les 100km de Millau, que beaucoup choisissent pour faire leurs premières armes, 80% des participants a plus de 40 ans.

 

Et les femmes dans tout ça? On s'en doute, elles sont très minoritaires - moins de 15% pour Millau -. Mais le nombre de pratiquante grandit doucement à la faveur d'un bouche à oreille... Comme dans la plupart des sports un peu confidentiels, l'émulation est assez importante; et encore une fois, les communautés de coureurs telles que Courir au féminin ou Passion CAP font beaucoup pour cela.

 

L'immense avantage de la course à pied étant à mon avis la possibilité d'une pratique "à la carte" en terme de calendrier, de rythme d'entraînement et d'objectifs, autant de choses susceptibles de séduire les femmes, qui peuvent être découragées de faire du sport de façon "classique", j'avais déjà abordé le sujet ici. Le plus dur est vraiment , vraiment, de se lancer. Un kilomètre, puis deux, puis...

 

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Athlétisme
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 14:16

Roland-Garros vient de commencer, et peut-être savez-vous que ce n'est que depuis 2007 que les dotations pour les tournois masculins et féminins sont les mêmes. Mais ce n'est pas encore le cas partout. Une des membres de la communauté Courir au féminin a récemment raconté sa mésaventure: en course à pied, la première féminine ne reçoit pas toujours un lot équivalent au premier prix masculin.

http://www.memorun.fr/wp-content/uploads/2009/09/haile_berlin2009-300x213.jpg

 

"Grandes" courses prestigieuses, comme "petites" courses de village, rechignent à observer la parité des récompenses. Bien sûr, à haut niveau l'injustice est plus tangible. Mais au niveau amateur la symbolique reste la même: la première femme vaut moins. 

Il paraît que c'est "plus facile" pour les femmes car il y a moins de concurrence. On me parle souvent du pauvre monsieur qui termine juste devant la première féminine: lui n'aura rien car il est 60e, tandis qu'elle, elle profitera d'un beau cadeau en étant première sur 10.

http://www.laprovence.com/media/imagecache/article-taille-normale/hermes/2010-04/2010-04-12/2010041116045699.jpg

 

Oui, les femmes font des temps bien supérieurs aux premiers hommes, et sont moins nombreuses à participer. Faut-il pour autant asséner "T'as couru moins vite et c'était plus facile, donc tu mérites moins?". Certains sont bien prompts à brandir la notion de mérite...

Où a-t-on vu que le sport en compétition se préoccupait du mérite? J'ai un ami qui fait des temps canons sans préparation, et j'en ai un autre qui s'entraîne sans relâche pour toujours terminer derrière.  Le dépassement de soi est un ressenti personnel; le chrono, lui, est injuste. On sait seulement que l'âge et le sexe influent sur la performance, d'où l'existence de catégories. Je remarque d'ailleurs qu'il ne viendrait à l'idée de personne de supprimer les récompenses pour les V4 (plus de 70 ans) qui sont si peu qu'il leur suffit souvent de finir la course pour faire un podium. 

Amies coureuses, ne remballons pas tout de suite nos runnings, mais ouvrons notre bouche! Les courses qui ne respectent pas la parité auront à faire face aux critiques de runneuses toujours plus nombreuses. Car même si le plaisir de courir doit être le premier moteur des courses populaires, on ne peut espérer attirer plus de femmes si on continue de maintenir celles qui y participent dans l'ombre. Et ne boudons pas notre plaisir en participant aux courses réellement paritaires - oui, il en existe! -. 

 

http://medium.lequotidien.re/articles/2009/10/25/SELSR6308548.jpg 

 


 

Photo 1: Les vainqueurs du marathon de Berlin 2010, j'en parlais là. (Source)

Photo 2: Christelle Daunay arrive 2e au Marathon de Paris, accompagnée de son mari. (Source)

Photo 3: Maud Combarieu a terminé première féminine du semi-raid de la Réunion 2009 (77 km quand même) (Source)

 

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Athlétisme
commenter cet article
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 16:00

Malgré tout ce que je leur reproche, oui, je continue à lire des magazines féminins. C'est léger, ça détend, ça vide la tête. OK, souvent ça m'énerve prodigieusement, mais cette fois il y a une bonne surprise.

 

Dans le BIBA de ce mois-ci, une double page regroupe des témoignages de femmes qui un jour, à la suite d'un déclic, se sont senties tout à coup bien mieux dans leur corps. Parmi d'autres histoires plutôt banales, c'est celle d'une certaine Karen qui retient mon attention. Elle, son déclic, ça a été la boxe, qui lui a permis de ne plus complexer sur ses petits seins. Elle raconte:

"En mettant mon corps en mouvement [...] j'ai appris à me sentir bien dedans. Je suis fière de ce qu'il accomplit, et donc de ma silhouette. [...] Pardoxalement, mes seins sont encore plus petits qu'avant, mais [...] la confiance que j'ai acquise, je ne l'échangerai même pas contre un 90C!"

 

Peut-être que je me satisfait de peu, mais quelques lignes ont suffi à me faire sourire, et espérer dans un grand accès d'optimisme qu'on va peut-être arriver à quelque chose. On est en présence d'une femme qui choisit de se mettre à un sport déjà pas très féminisé, (même s'il est à la mode en ce moment) et qui découvre le bonheur de faire quelque chose de son corps pour soi. L'objet de ses complexes est accentué par sa pratique sportive, mais elle n'en a plus rien à faire.

 

Ce n'est quand même pas du tout la même chose que de s'ennuyer à faire des abdos-fessiers dans l'unique but de perdre sa culotte de cheval. L'estime de soi et le bien-être c'est dans la tête, mais comme on ne peut pas se faire autant d'argent avec ces choses-là qu'en vendant des crèmes anti-cellulite et autres chaussures qui rendent canon sans rien faire, et bien ne nous attendons pas à se faire conseiller une bête licence sportive à 200 euros l'année, quand on peut se faire fourguer la dernière variante tendance du fitness à 30 euros la séance.

 

Bref, je ne m'enflamme pas non plus, cela ne fait que souligner l'énorme paradoxe des mags féminins qui peuvent enchaîner des articles sur l'affirmation de soi derrière des dossiers consacrés au régimes (ce même Biba fait d'ailleurs très fort en nous collant une pub pour une crème anti-cellulite au milieu de son article  "Aimer son corps"), et quelques lignes de bon sens ne sont pas encore à même de faire vaciller ce système.

 

Heureusement qu'il y a des bonnes idées comme Running pour Elles (je ne fais pas de pub, mais la formule de ce magazine est vraiment intéressante).

 

 

 


Repost 0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 08:00

Hier, je suis tombée sur "La plus belle des finales" qui retraçait le déroulement de toutes les finales de la Coupe du Monde de football, de 1930 à 2006. L'émission vaut surtout pour le plaisir de voir des images d'archives. Mais au delà du mini-short de Beckenbauer et de la coupe de cheveux de Platoche, ce sont surtout les séquences les plus anciennes qui ont attiré mon attention.

Dès 1930 le football passionnait peut-être déjà les foules, mais qu'est-ce que ça jouait mal. Le jeu est lent, la technique hasardeuse, les buts ne sont ni vraiment spectaculaires ni vraiment puissants.

 

Tiens, ça me rappelle ce qu'"on" dit du foot féminin (pourtant je vous assure qu'une Elodie Thomis mettrait la pâtée à  une de ces star des années 40). Et du sport féminin dans son ensemble...

 

Hé oui, les Dieux - masculins - du stade, quelle que soit leur discipline, n'ont pas été tout de suite au top de la performance et de la technique. Quand il n'étaient encore que quelques-uns à se passionner pour un sport, la concurrence ne faisait pas rage et les héros d'alors n'avaient pas forcément la prestance de ceux qu'on connaît aujourd'hui:

 

http://farm4.static.flickr.com/3600/3450118549_c08afc27ed.jpgPhoto

 

Alors? C'est peut-être hypocrite d'exiger qu'un niveau fabuleux émerge du néant dans les sports les moins féminisés. Oui, il faut les promouvoir, les médiatiser, mais ne nous montrons pas trop impatients.

Le sport n'est finalement pas que gloire et perfection, c'est avant tout une affaire de passion. Passionnons-nous  donc, et laissons-leur un peu de temps.

 

http://farm4.static.flickr.com/3192/2873723425_12a3928c40.jpgPhoto

 

 

 

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 12:00

Cette fois, avec une jolie affiche pas stéréotypée.

 

http://www.ff-handball.org/uploads/RTEmagicC_FFHB_EDFF_France_GB_A4_HD_copie_txdam10723_c0a853.jpg.jpg

C'est un match sans pression car les Femmes de Défis se sont déjà qualifié pour l'Euro féminin - qui aura lieu en décembre en Norvège et au Danemark - mais peu importe, c'est l'occasion d'aller appaudir nos vices-championnes du monde dans leurs oeuvres.

 

Dimanche 30 mai

Palais Saint-Sauveur, Lille

Coup d'envoi à 15h

Plus d'infos ici.

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Sports collectifs
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 08:00

Faire jouer le même jour et au même endroit les finales féminines et masculines des championnats nationaux, c'est une recette adoptée par plusieurs fédérations. Celle de hockey sur gazon, mais aussi celles de sports plus populaires comme le handball et le basket. Avec également des matchs de jeunes, c'est un moyen de promouvoir toutes les facettes de la discipline et d'attirer a priori un public plus large.

Certaines fédérations choisissent plutôt de mettre en place des "Lever de rideau" pour promouvoir les "autres équipes" (= pas les seniors hommes) avant une rencontre prestigieuse. L'équipe de France féminine de rugby a ainsi disputé un match amical contre le Canada, avant un match du XV de France masculin.

 

Les deux formules semblent relativement identiques du point de vue de l'organisation pusqu'il s'agit de deux matchs qui se succèdent, et partent toutes deux d'une bonne intention, mais l'esprit n'est pas le même.

Dans le cas du lever de rideau, on distingue bien l'équipe qui joue "en première partie", moins populaire, dont on suppose qu'elle est de moindre niveau et donc moins digne d'intérêt. Sans compter que dans les grands matchs, une partie du public ne vient que pour voir des "stars".

Dans le cas de la journée, les deux matchs sont présentés sur un pied d'égalité et avec les mêmes enjeux. Immédiatement, l'équipe féminine semble dotée de la même importance et donc du même intérêt que l'équipe masculine. Il n'y a qu'à voir cette affiche:

http://www.ff-handball.org/typo3temp/pics/474734e994.jpg

Bon, on a comme toujours rose pour les filles et bleu pour les garçons, des fois qu'on confonde. Mais au moins chacun occupe la même place sur l'image. Alors que celle que  Olympe avait trouvé pour le rugby indique bien qui est la "vraie" équipe.

Bien sûr, le hand et le basket sont des disciplines bien plus paritaires que le foot et le rugby. Pour ces derniers, les différences de statut entre les équipes masculines et féminines sont telles qu'on peut difficilement les faire cohabiter sans que les hommes "écrasent" leurs homologues féminines. Dans ce contexte, l'initiative de la FFF d'organiser un évènement exclusivement féminin autour de la finale du Challenge de France est intéressante, avec un "lever de rideau" cohérent puisqu'il s'agit d'une finale de jeunes féminines. Une option qui leur évite de se faire phagocyter par les garçons.

 

Mais revenons à nos ballons:

http://www.ff-handball.org/fileadmin/templates/img/logo.pngFinales de Coupe de France de handball

samedi 5 juin

Stade Pierre de Coubertin, Paris

Entrée 10€ ou 20€.

Plus d'infos ici

 

http://www.basketfrance.com/_ffbb/imgs/5.gif

Finales de Coupe de France de basket

dimanche 16 mai

Palais Omnisport de Paris-Bercy

Entrée à partir de 12€.

Plus d'infos ici.

 


 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Sports collectifs
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 13:00

...le samedi 15 mai auront lieu les finales Elites dames et messieurs de hockey sur gazon à Paris. C'est un sport très méconnu chez nous, mais qui combine adresse, collectif et plein air... Autant de bonnes choses qui méritent d'être vues de plus près! Et pour ceux qui ne pourraient pas se déplacer mais qui voudraient découvrir ce sport, les rencontres seront retransmises sur Orange Sport Event.

 

Samedi 15 mai à 14h

Stade Français - HARAS LUPIN

129, avenue de la Celle Saint Cloud 92420 VAUCRESSON

Entrée: 5€.

Plus d'infos ici.

 

 

http://www.hockeysurgazon.fr/main.php?g2_view=core.DownloadItem&g2_itemId=35797&g2_serialNumber=2Photo trouvée ici

 

 

...ce même week-end, à Nancy, se disputeront les deux premiers matchs de la finale du championnat de France N1 de water-polo. L'ASPTT Nancy rencontrera l'Olympic Nice Natation. Au moins une rencontre de plus aura lieu à Nice, car la première équipe à remporter 3 victoires sera sacrée. Un mode de fonctionnement que je n'avais jamais vu, il faut dire que je ne connais pas du tout le water-polo. Les rares images que j'ai vues aiguisent ma priorité: l'intensité du hand, avec la résistance de l'eau en plus? Voilà des devoirs de vacances pour moi...

 

Le samedi 15 mai à 19h00 et le dimanche 16 à 14h.

Piscine Alfred Nakache, (Nancy-Gentilly)

Entrée libre.

 

http://waterpolo-feminin.net/photos/4/1269262291/480/1269262482.3573.jpgPhoto trouvée ici

 

 

 

...enfin le dimanche 23 mai, le football féminin fête ses 40 ans à Evry-Bondoufle (91). C'est toute une journée de fête qui est organisée, dont le point d'orgue sera la finale du Challenge de France, opposant Montpellier (tenant du titre) au PSG qui sera devant son public! De nombreuses animations seront prévues avec la présence de joueuses de haut niveau. La FFF tient donc à rester au niveeau après avoir reçu le  Trophée Femme et Sport, on ne peut que s'en féliciter et espérons que le public sera au rendez-vous.

Il faut par contre se procurer des places à l'avance: toutes les infos ici!

 

Stade Robert Bodin à Evry-Bondoufle.

Entrée 3€ ou 5€

Ouverture des portes à 11h

Finale du Challenge de France féminin à 18h30

 

 


 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Sports collectifs
commenter cet article
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 12:00

On en a peu parlé dans les émission télévisées consacrées au football, mais quelques entrefilets ont tout de même fait passer l'information: la section féminine de l'OL a décroché son billet pour la finale de l'UEFA Women's Championsleague. C'est une première pour le football féminin français, qui récompense les réels efforts faits par les dirigeants du club envers leur section féminine. Pourtant le Graal - la retransmission télévisée - est encore loin. Si les heureux élus abonnés à OLTV pourront suivre la rencontre, celle-ci reste pour l'instant boudée par les chaînes hertziennes*. A tort!

 

 

Je crois que les conditions sont réunies pour que ce match fasse un carton d'audience, pour peu que quelqu'un se décide à la diffuser.

D'abord, il y a vraiment une demande de sport féminin: pour y aller de ma statistique perso, les billets qui m'ont valu le plus de visites dernièrement sont ceux qui donnaient des informations sur les matches des Equipes de France de rugby et de football ( si c'est pas une preuve, ça...) Mais surtout, le public qui assiste aux rencontres féminines est en constante augmentation, et la chaîne Direct8, qui diffuse les matchs de l'Equipe de France de football, enregistre de très bonnes audiences.

Nous sommes ensuite dans un contexte où le foot masculin français ne fonctionne pas tellement bien. La Ligue 1 est entachée par les problèmes de violences, Lyon - justement - vient de se faire éliminer piteusement de la Ligue des Champions; et  la Coupe du Monde qui approche à l'air bien mal engagée.

Dans un tel climat de déception, je suis persuadée que la finale féminine serait bien accueillie par le public habituel. C'est une occasion pour le foot féminin de se faufiler dans le paysage médiatique. Il y a une envie de victoire et une envie de prestige, et une envie de crier "On est les champions", que beaucoup combleraient volontiers avec l'OL féminin.

 

En règle générale, je n'aime pas trop qu'on appelle les femmes lorsque les hommes font défaut, histoire de boucher les trous. Et je continue bien sûr à croire que persister à ignorer le sport féminin au prétexte que le public n'en réclame pas est un non-sens, et que la diffusion d'une simple finale ne sert à rien, surtout lorsque celle-ci se solde par une défaite comme ça a été le cas pour les handballeuses. Mais tout de même: qu'on nous donne cette finale! Je ne me voile pas la face: certains regarderont par chauvinisme, par habitude, par défaut peut-être, avec hostilité par certains, ou alors pas du tout. OK. Mais d'autres regarderont avec plaisir, avec excitation, avec passion et avec fierté... pensons avant tout à ceux-là.

 

 

Et en bref, cette finale aura lieu le 20 mai au soir, à Getafe (en banlieue de Madrid), et opposera l'OL et le Turbine Potsdam, nouveau champion d'Allemagne et tombeur du dernier vainqueur de la ligue des Champions ( le FC Duisburg).

 

*Pour les heureus-e-s abonné-e-s, Eurosport diffusera le match.

Mieux que rien, mais pis-aller quand même.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 08:00

C'est une chaîne que m'a transmise Emelire et que j'ai trouvée sympa...et pleine de sens. Il s'agissait de présenter un ou des objets... roses! De quoi épiloguer sur la signification de cette couleur.

 

En ce qui me concerne, j'ai plusieurs choses, avec une préférence pour le rose shocking, mais j'ai choisi de vous parler de mes affaires de sport pink, même si d'habitude je suis plutôt en noir (le choix n'est pas toujours délirant dans les magasins de sport):

 

photo.jpg

 

Ma serviette, mon petit débardeur, et surtout mon shorty de sport. Qui n'ont pas tous l'air roses mais le sont en vrai :)

 

Je suis très attachée à ce petit boxer: ensemble nous avons joué un paquet de matchs, nous avons couru deux semi-marathons et battu "notre" record sur 10 km. J'avais choisi sa couleur flashy pour pouvoir le repérer facilement dans le panier à linge les jours de matchs, et j'ai fini par le porter comme un fétiche.

 

C'est idiot mais j'ai eu un rapport pas facile avec cette couleur. Enfin, c'est peut-être pas si idiot que ça finalement... dans ma période adolescente pré-féministe "les trucs de filles c'est nul, les trucs de mecs c'est dix fois mieux", je méprisais tout ce qui était rose de près ou de loin.

 

Et puis, en grandissant un peu, même si les "trucs de mecs" m'attiraient tout autant (surtout en sport...) j'ai peu à peu accepté qu'on avait bien le droit de préférer la danse classique au rugby, et que porter du rose ne rendait pas automatiquement cruche et traître à la cause féministe. D'ailleurs, les garçons s'y mettent...

 

Cependant je grince toujours des dents quand je vois une gamine en rose des pieds à la tête et quand on tartine de rose tout de qui est de près ou de loin destiné aux femmes et aux fillettes. Pourquoi n'a-t-on pas le choix des couleurs? Pour le sport, c'est un peu pareil et l'ambiguité du rose, entre revendication de sa féminité et soumission aux stéréotypes, continue de me titiller. Peut-être que je me prends trop la tête après tout: il est vrai que je ne joue sans doute pas différemment lorsque j'ai mon shorty rose et en plus personne ne le voit...mais serait-il devenu mon gri-gri s'il avait été orange?

 

Bon, il faut passer le tag: est-ce que Manu des Pensées, MarieL de Femme de Joueur et Snödroppe de Fenêtre ovale accepteraient de nous montrer leurs objets roses?

 

 

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article

Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....