Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 12:00

On ne voit pas souvent les basketteuses, et pourtant c'est le Mondial en ce moment... Je me rappelle qu'en 1998 pour la Coupe du Monde les joueurs de foot étaient partout: des programmes télé jusque sur les briques de lait, et personne n'ignorait leurs noms ni leurs visages... Rien de tout cela pour tout un tas d'autres équipes nationales, mais voici qui sont ces Bleues qui jouent en République Tchèque:

 

"La meneuse est chargée de distribuer la balle et d'organiser le jeu en attaque. Elle monte la balle depuis son propre camp et annonce les tactiques à mettre en place. En plus de bonnes capacités au dribble, elle doit avoir une excellente vision du jeu pour pouvoir distribuer le ballon"

http://www.basketlfb.com/upload/news/zom_20100925-011610-1.jpg  http://www.basketlfb.com/upload/news/zom_20100923-215509-1.jpg

Florence Lepron

 Céline Dumerc

http://www.basketfrance.com/_photos/img/rep72/Anael-LARDY-(5).jpg  
Anaêl Lardy  

 

"L'intérieure est la joueuse la plus grande et la plus forte. En défense, elle se positionne près de son panier et protège le secteur intérieur, avec des bonnes capacités au rebond et au contre."

http://www.basketlfb.com/upload/news/zom_20091214-110803-1.jpg http://www.basketlfb.com/upload/news/pag_20100911-171942-1.jpg
 Elodie Godin
 Emmeline Ndongue
http://www.basketlfb.com/upload/news/pag_20100925-170431-1.JPG http://www.basketlfb.com/upload/news/pag_20100917-225503-1.jpg
Endéné Miyem Marielle Amant

 

"L'ailière est une joueuse extérieure, agile et rapide. Occasionnellement, elle peut venir aider les intérieures au rebond."

http://www.basketlfb.com/upload/news/pag_20100918-174156-1.jpg http://www.basketlfb.com/upload/news/pag_20100916-223822-1.jpg
Pauline Jannault-Lo   Jennifer Digbeu

 

"L’arrière est une joueuse dont le jeu est principalement orienté à l’extérieur. Elle varie son jeu en pénétrant dans la raquette et en tirant à trois points."

http://www.basketlfb.com/upload/joueuses/photo/PG10_308161.jpg http://www.basketlfb.com/upload/news/zom_20100827-205338-1.jpg
 Marion Laborde
Johanne Gomis

http://www.basketlfb.com/upload/news/zom_20100904-154120-1.JPG

 
Clémence Beikes  

 

 

 

J'ai trouvé les définitions des postes ici...en les féminisant bah oui, on parle de sport féminin...

Ces jolies photos viennent toutes du site de la LFB.

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Sports collectifs
commenter cet article
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 19:00

On peut reconnaître sans problème que la FFF s'occupe de ses Féminines. A coups de communiqués, diaporama et vidéos, les footballeuses sont réellement prises en compte et qui cherche l'info la trouve. OK, mais (fini le passage de pommade) des initiatives restent sujet à débat, comme la nouvelle campagne de promotion qui met en scène Adriana Karembeu, marraine du foot féminin.

Qu'Adriana ne soit pas elle-même footballeuse ne me choque pas tant que ça, après tout la représentation est son métier. Chacune ses compétences: les anciennes internationales sont nombreuses à être actives au sein de la fédération sur des pans plus technique. Mais les photos me laissent une impression ambigue:

 

http://aka-cdn-ns.adtech.de/apps/100/Ad5556324St3Sz16Sq4793103V2Id5/PreHome_800x600_Vestiaire.jpg

Source: FFF

 

On a un peu tous les ressorts classiques du registre  "Promotion d'un sport féminin que tout le monde s'imagine pour des nanas peu féminines trop musclées mal léchées, et même poilues si ça se trouve". Alors on lésine pas sur  la douceur, le pastel, et les cheveux qui ondulent dans la vapeur en suspension, avec un rendu très "porno-soft du dimanche soir". Sans compter le slogan qui parle aux filles, aux vraies, celles qui aiment le shopping. Dans le genre, c'est beaucoup moins subtil que les photos de mode parue dans Gala avec des joueuses de l'Equipe de France. Là aussi il y avait une scène de vestiaire, mais avec des couleurs vives et une atmosphère de complicité.

Ce qui me vient aussi c'est: "Mais pourquoi s'adresse-t-il au public de la danse classique?". Le foot est nécessite de la pugnacité, un certain goût pour le contact, les efforts intenses, et les entraînements sous la pluie. Qu'il y ait des femmes et des hommes que ça n'attire pas, c'est évident et c'est même tant mieux. Donc pourquoi faire une campagne de pub qui occulte complètement ces éléments? Parce qu'une femme c'est doux, propre et délicat?

On me dira que le but était justement d'aborder d'autres aspects du foot. Mardi dernier, j'ai eu la chance d'assister à des débats sur le sport féminin organisés par l'association Femix'Sport (au passage, merci Pascal). Le sujet a été abordé par Sandrine Roux, responsable du suivi socio-professionnel des joueuses à la FFF: selon elle, ces pubs sont un moyen de susciter l'attention et des réactions. J'ai ensuite discuté pendant le repas avec d'autres femmes impliquées dans divers sports, des affiches de basket, de hand... et  beaucoup approuvent ces campagnes. Une des convives m'a fait remarqué qu'au moins, le message qui passait était que n'importe quelle femme pouvait pratiquer, et qu'il s'inscrivait donc dans une démarche d'inclusion. Tempête sous mon crâne.

Je suis toujours persuadée que l'on fait appel à des clichés qu'il faudra bien faire disparaître, mais je m'interroge à présent sur le résutat que l'on veut obtenir lorsqu'il s'agit de changer l'image d'un sport. Veut-on éviter à tout prix les stéréotypes sexistes, quitte à imposer une imagerie qui a encore du mal à passer auprès du public?  Ou veut-on recruter le plus de monde possible, quitte à entretenir des préjugés sexistes?

Doit-on d'abord modifier les mentalités avant d'espérer avoir des retombées, ou attirer de nouvelles recrues en espérant changer les esprits une fois celles-ci intégrées? Je n'ai évidemment pas de réponse toute faite. Le beurre et l'argent du beurre, ça ne marche jamais...

 

Et ailleurs sur la blogosphère, Kalista qui tient le blog En noir et blanc a écrit un billet sur la question et est contre. Pascal, lui, réclame carrément des jupettes pour les joueuses (à lire avec beaucoup de second degré). Et dans un billet qui n'a rien à voir avec le sport, mais qui recoupe tout à fait le mien, Olympe expose les difficultés qu'ont les femmes à se faire entendre sans puiser dans les préjugés.

 

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 19:48

C'est parti... ce soir les Bleues affrontent le Sénégal pour leur entrée dans la compétition, qui durera jusqu'au 3 octobre en République Tchèque.

Ce n'est pourtant pas une entrée en fanfare, car les tuiles se sont accumulées sur les Championnes d'Europe. Avec d'abord le forfait d'Isabelle Yacoubou, dont je vous avais parlé ici, puis de Sandrine Gruda, meilleure joueuse européenne de 2009, c'est au tour d'Emilie Gomis d'être contrainte d'abandonner. Le capitanat échoit alors à Céline Dumerc, (photo) qui se confie sur l'Equipe.fr. Néanmoins, les matchs de préparation pour le moins encourageants et la grande qualité des joueuses "survivantes" permet de croire que rien n'est perdu, même si atteindre les quarts sera difficile.

 

Je ne suis pas une grande experte du basket, même si je sais certainement mieux y jouer qu'au hand. J'aurai été ravie de pouvoir m'y intéresser plus... donc je regrette encore une fois que les matchs ne soient diffusés que sur Sport +, soit une chaîne payante.

Bon, là, on ne peut au moins pas crier à la discrimination car les hommes n'ont pas bénéficié de plus de lumière pour leur propre Mondial. L'omniprésence du foot masculin ne restreint pas que le foot féminin... mais étouffe médiatiquement la quasi-totalité des sports, seuls quelques rescapés sporadiquement mis en lumière émergent (tennis, athlétisme, cyclisme...). Un peu triste comme paysage.

 

C'est pas grave, pour suivre le Mondial de Basket féminin sur Internet vous avez, outre l'Equipe.fr:

- le site officiel de la compétition avec tous les tableaux et le calendrier, et les photos des matchs.

- le site Femmes de sports a déjà livré plusieurs billets

- le blog de Laurent Jeannas sera lui aussi à la pointe de l'actualité des Bleues et des autres équipes

- et Au rebond, blog basket invité du Monde.

 

http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2009/06/20/photo_1245524700394-3-0_w350.jpg

Crédit photo AFP - Source

 

 

A venir:

 

Dans le basket, qui fait quoi et s'appelle comment?

Mondial de Basket: petite antisèche

 


 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Sports collectifs
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 12:00

Camille de Rue69 se livre à un exercice hyper pertinent pour raconter la qualification des Bleues: l'écriture épicène. C'est à dire sans aucune mention du genre: aucun adjectif à accorder, aucun prénom, rien qui ne laisse préjuger du sexe des protagonistes. Intitulé "L'Equipe de France se qualifie pour la Coupe du Monde", son effet est impressionnant.

 

On peut mesurer notre conditionnement à relier le foot au masculin, puisque sans marqueurs de genre on imagine aussitôt des hommes. Et apporte une nouvelle interrogation sur notre langage: on ne peut parler d'"Equipe de France" pour les féminines ET les masculines. Mais préciser le genre uniquement quand il s'agit des femmes (en foot, on ne parle pas trop d'Equipe de France masculine) établit une hiérarchie. J'en avais déjà touché un mot ici...

Repost 0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 20:40

Mercredi j'étais à "Confluences" dans le 20e arrondissement, pour assister au spectacle Corps de Femmes 2 - Le Ballon Ovale, de Judith Depaule. La metteure en scène a arpenté les bords de terrains pendant 6 mois pour filmer 15 joueuses des clubs de Bobigny et Soisy; les films défilent sur des écrans pendant que la comédienne donne vie aux sportives en reproduisant paroles et postures. Ce sont ainsi Meryl, Aïda, Fanny, et les autres qui parlent de leur pratique. (On peut lire des présentations plus poussées de l'oeuvre ici, puis encore ici, et puis là.)

 La représentation était suivie d'un débat très convivial avec la metteure en scène et Hélène Joncheray, (sociologue). Stéphanie Loyer, qui figure dans les films, et l'entraîneur Marc-Henri Kluger étaient également présents : en plus d'être ravie de voir de près une des joueuses du XV de France, j'ai énormément apprécié leurs interventions toujours hyper pertinentes.

Ce spectacle ne traite pas simplement de filles en short et crampons, et l'on n'a pas parlé que de rugby. Il y a eu beaucoup à dire - ce qui donne beaucoup à réfléchir. Compte-rendu forcément incomplet.

 

Les joueuses viennent de milieux très différents et ont des âges très variés, mais j'ai distingué deux catégorie: celles qui baignent depuis toutes petites dans la culture rugby, et puis celles qui, ados ou déjà adultes, se sont trouvées par hasard sur le bord d'un terrain, et n'ont plus arrêté. Pour toutes, c'est une évidence: on se consacre au rugby de tout son être... au reste de leur vie de se construire autour. Un mode de vie qu'on accepte de la part d'un homme, moins pour une femme.

 

Le club de Bobigny joue en Elite et comporte des internationales, il est donc frappant de voir que beaucoup de ses joueuses ont commencé très tard. Une contrainte à prendre en compte par les entraîneurs! Marc-Henri Kluger  et Stéphanie Loyer nous ont expliqué les spécificités qu'il y a à entraîner les filles. Spécificités qui seraient en partie dûes à ces débuts tardifs: ce besoin constant d'explications, on ne le retrouve pas chez les filles qui ont commencé très jeunes...

 

On a également abordé la mixité et le regard des autres. Judith Depaule a souligné que si dans l'équipe exclusivement féminine le genre était aboli, il revient avec force dans un cadre mixte. En effet, les joueuses qui débutent tôt jouent avec les garçons. La petite Domitille filmée au début du spectacle trouve "normal" de jouer avec les garçons mais reconnaît que parfois ils "se moquent". D'autres joueuses se rappellent des réactions variée des garçons de "je la touche pas c'est une fille" à "elle n'a rien à faire là' en passant - heureusement - par l'indifférence.

 

Certains dans l'assemblée se sont étonnés du fait que les filles ne parlent que de "combat", d'"affrontement', sans évoquer la tactique ou la technique. Les joueuses universitaires (quel est votre club? on doit bien se marrer) au fond de la salle ont très justement souligné que l'on sait très bien que les femmes peuvent courir avec un ballon, moins qu'elles peuvent aller au contact, c'est pourquoi elles mettent l'accent dessus. Et au début du spectacle, on a entendu: "On est des femmes, mais on est pas des "chochottes".

 

Toute un pan de l'oeuvre est d'ailleurs consacrée à cette question: est-ce violent? Pour certaines, oui, pour d'autres c'est exagéré. Mais pour toutes, l'extrême engagement ne se conçoit qu'avec le respect de l'adversaire et des règles, et n'a qu'un but, bien jouer. On a ensuite assez longuement débattu de cette "violence" du rugby. Etait-ce le bon terme, de quelle manière l'aborder, n'était-ce pas péjoratif? Je trouve que le dernier mot a été prononcé pendant le spectacle même: "On se rend pas compte de la violence d'autres sports comme la danse ou la gym".

 

J'ai enfin eu le sentiment que les joueuses étaient tout à fait fières de leur corps, même "couverts de bleus et d'égratignures". Dans la litanie d'adjectifs qui clôt le spectacle, on entend "décomplexant". Fière de ce qu'on accomplit, on devient fière de soi et de son corps, on trouve sa place. Pour elles, elle est sur un terrain de rugby.

 

http://www.mabeloctobre.net/IMG/jpg/minivisuelCDF2-2.jpg

 

 

"Corps de femmes" sera une quadrilogie. Après ce deuxième volet consacré au rugby, Judith Depaule s'intéressera à l'haltérophilie en Turquie. Un n°3 dont je vous invite à suivre la sortie de très près!

 

 

Repost 0
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 22:34

Hé ben c'est moi...

 

et tous les autres supporters des Bleues, qualifiées hier sur une victoire 3-2 en Italie pour la Coupe du Monde de 2011. Le 0-0 du match aller à domicile leur avait donné des sueurs froides, mais elles ont su garder le mental et sortir leur jeu.

 

Elles ont même eu, honneur suprême... une place sur la Une de l'Equipe  (mais si, rhooo, en bas à droite...) 

ça c'est encore un coup de Pascal: merci Pascal!

 

http://www.lequipe.fr/Quotidien/une/une16092010_hd.jpg

Source: l'Equipe.fr

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Football
commenter cet article
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 20:41

Je suis une quiche à plusieurs titres. Parfois, on est tellement habitué à voir le mal qu'on le voit partout, et on lit tellement en diagonale qu'on se plante complètement. Et puis après on est complètement à contre-temps.

 

Après mon billet sur les 20km de Paris, j'ai été contactée par "La Chaîne de l'Espoir" pour faire part de l'opération "20km, 20 femmes, 20 photos". Entre la poire et le fromage, je visite leur site très rapidement, qui propose de sélectionner 20 femmes participant au 20km de Paris pour les prendre en photo puis exposer leur portrait le long du parcours. Et là je vois les mots-clé "photos en pied", "mensurations" et  "votre poids". Je tique et fais un peu la morte, jusqu'à ce que je reçoive un nouveau mail d'Aurélie. Je lui réponds que la mentalité du concours me gêne, trop axée sur le physique des participantes. Mais elle me réponds fort diplomatiquement que justement il n'y a PAS besoin d'envoyer sa photo, ses mensurations et son poids! C'est moi qui avait très mal lu...

La honte.

Je me confonds en excuses bafouillantes, et promet un billet, qui pour plein de raisons diverses dont la première étant que ce blog est un hobby totalement désorganisé, ne sort que maintenant, alors que les inscriptions au 20 km de Paris sont closes et que les textes à envoyer pour participer à l'opération doivent l'être avant ce soir minuit.

Voilà.

Reine des quiches.

Bon, je parle quand même de l'opération? La chaîne de l'Espoir est une organisation caritative qui a lancé l'opération "Courir pour des enfants", où il s'agit d'utiliser la course à pied pour faire connaître leur action et susciter des dons.

Qui sont les coureurs? Des amoureux de la course à pied, désireux de se réunir autour d'une bonne cause pour joindre l'utile à l'agréable, en portant les couleurs de la Chaîne de l'Espoir.

Comme les femmes sont à l'honneur au 20km de Paris cette année, 20 femmes inscrites sous sa bannière seront prises en photo par Mr-qui-a-fait-les-pubs-Aubade. Et pour participer, il suffisait d'écrire un texte expliquant son engagement solidaire..

Un beau projet, donc, auquel je n'aurai pas du tout servi. Sauf pour vous dire, si vous courez les 20 km de Paris ou si vous flânerez sur le parcours, de lever les yeux pour voir ces 20 sportives immortalisées!

 

Et aussi, que l'opération "Courir pour des enfants" est présente sur d'autres courses (en région parisienne) Une bonne raison de se lancer...

 

http://www.courirpourdesenfants.org/wp-content/uploads/2010/03/groupecoureurs.jpg

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 12:30

De plus en plus de salles de sport exclusivement destinées aux femmes se sont ouvertes les dernières années. Je vais tout de suite commencer par dire que je ne parle pas forcément en connaissance de cause parce que je ne fréquente quasi jamais les salles de fitness et de muscu, mais le phénomène m'a semblé intéressant.

 

J'ai un peu fureté sur d'autres blogs et forums pour voir les raisons qui animaient celles qui s'inscrivaient. Effectivement, beaucoup de nanas qui se disent "complexées" se sentent attirées par le concept: au moins l'étude marketing a fonctionné. D'autant plus que certaines salles vont jusqu'à éradiquer les miroirs dans leurs locaux (ce qui n'est pas idiot...) Mais j'ai lu aussi des avis qui trouvent que le regard des autres femmes est lui aussi très cruel, certaines regrettant même qu'il y ait des "minettes" à ces cours ( bah oui, car d'autres viennent pour "éviter la drague"). Il semble que le problème du regard des autres ne soit alors pas totalement résolu, et ne puisse pas l'être à moins d'opter pour des cours individuels.

 

Une autre caractéristique de cette formule me semble plus intéressante. Certaines affirment se sentir mieux dans ces salles car elles partagent la pratique et les objectifs des autres membres. A savoir, une pratique axée sur le plaisir et la santé (même si je trouve le premier inconcevable sur des appareils, mais elles diraient sans doute la même chose de mes propres sports) sans forcer. Différente, donc, de celles des hommes, qui seraient plus concentrés sur la gonflette.

Voici qui m'interpelle car c'est aussi ce que peuvent ressentir des femmes qui se mettent à la course à pied, par exemple: les hommes plus dans la compétition, les femmes dans le plaisir. C'est une tendance que j'ai pu vérifier, mais je connais des femmes qui sont de vraies compétitrices et des hommes qui courent pour le fun...  

Attribuer telle ou telle manière de pratiquer plutôt à un sexe est aussi discriminant que d'estimer que les garçons aiment les maths par exemple. Avec un effet de cercle vicieux, quand chacun essaie de se conformer à ce qui convientdrai à son sexe plutôt que de se demander ce qu'il préfère. Ce qui fait des "laissés pour compte", puisque par exemple beaucoup de mes amis fans de foot ont renoncé à s'inscrire en club car l'ambiance ne leur convenait pas, avec trop de concurrence aggressive et trop peu de solidarité.

 

L'arrivée des femmes dans certaines activités sportives fait naître de nouvelles formes de pratique, et c'est tant mieux. Mais pourquoi les leur réserver? Je pense aux hommes qui aimeraient bénéficier de l'ambiance de ces salles de sports mais qui ne peuvent pas, car on estime qu'ils se plaisent entourés de miroirs à essayer de suer plus que les copains.

 

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Mixité
commenter cet article
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 09:00

En septembre, les magazines web comme papier n'ont qu'une idée en tête, nous faire reprendre le sport. Et pour les femmes, c'est toujours la même soupe ennuyeuse: hors salles de fitness et appareils de tortures, point de salut! Et n'espérez pas imaginer vous éclater, vous suez pour un corps de rêve, vu? Mouais. Et si on faisait comme les gamins?  Laissons-nous guider par coups de coeur! Trois idées en l'air:

 

Pourquoi pas du rugby? Les Black Ferns Néo-Zélandaises viennent de remporter leur quatrième titre de championne du Monde, au terme d'une rencontre très serrée contre l'Angleterre (score final 13-10). Un beau match très engagé entre deux équipes habituées aux finales. La France? Après leur troisième place à la dernière édition, finir quatrième contre l'Australie est un peu décevant. Il faut dire qu'avec à peine 10000 licenciées, pas facile de monter des filières de haut niveau. En attendant, malgré le silence des médias, le rugby amateur continue de séduire de plus en plus, de femmes attirées par un sport physique et collectif, rattaché à une culture festive. Parce que le sport, c'est d'abord pour s'a-mu-ser!

Plus de rugby chez Sophie, chez Alice et chez Pascalou...

http://file2.stuff.co.nz/1283712223/929/4098929.jpg

Source

 

Pourquoi pas de l'escrime? Après sa médaille de bronze individuelle, Laura Flessel a fait monter son équipe sur le podium aux derniers Championnats d'Europe, en juillet. Même avec une telle championne comme tête de file, les femmes ne représentent pas encore 30% des licenciées françaises de ce sport encore méconnu. Il apporte pourtant maîtrise de soi, concentration, est imprégné du respect de l'adversaire qui manque encore tant ailleurs. Sans parler de l'extrême élégance des mouvements, qu'on ne peut finalement admirer qu'au cours des JO (si on a de la chance que ce ne soit pas en même temps qu'un autre truc hyper plus intéressant , genre le beach-volley féminin.)

Des tas de bonnes raisons de faire de l'escrime ici

http://www.escrime-2010.com/images/stories/photos/champ-europe_leipzig/21/noe210710_05_00.bro.jpg

Source

 

Ou encore, pourquoi pas du pentathlon? Oui, je fais dans le confidentiel, mais il faut dire que la Française Amélie Cazé (photo) vient de conquérir son 3e titre de championne du Monde de la discipine! Alors le pentathlon, c'est pour celles qui ne tiennent pas en place: escrime, natation, équitation et combiné mêlant course (1000m) et tir au pistolet. Il y a peu de femmes, on se l'imagine. Je n'ai pas trouvé le nombre de pratiquantes, mais le pentathlon féminin n'est une épreuve olympique que depuis... 2000,  rejoignant l'épreuve masculine presque 50 ans plus tard. Mais après tout, ce n'est pas plus incongru que certains sports dont les noms circulent à l'envi un peu partout sur le Net, zumba, jukari, et autres bizarreries fashion censées nous donner des fesses de rêve.

Merci à Pascal pour l'info!

http://ffpentathlon.franceolympique.com/ffpentathlonmoderne/fichiers/Image/diaporama/a-amelie_triple.jpg

Source: Fédération Française de Pentathlon

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 08:00

Une fois n'est pas coutume, voici que je me penche un peu sur une BD. Il faut dire que dans le cas de ce petit album, l'héroïne s'appelle Gabrielle, voilà qui avait déjà de quoi susciter mon attention!

Gabrielle, donc, est une catcheuse, qui ne semble attendre que le vendredi soir pour échapper à son bureau et à ses collègues qui ignorent sa passion. En quelques traits et quelques vignettes, l'auteure arrive à nous faire sentir l'atmosphère réconfortante du vestiaire, où loin d'être des adversaires, les filles se voient comme des partenaires. Dans les scènes de combat, on est bien loin de l'image beaufisante du catch féminin qu'on a toutes et tous en tête!

Mais vivre sa passion n'est pas forcément facile, le copain de Gabrielle a un peu du mal à supporter ses absences répétées... une situation que beaucoup de sportifs vivent, mais que les femmes subissent de manière bien plus pressante tant on suppose qu'elles ont plus à charge de tenir leur ménage.

Ce premier épisode est très court mais a suffi à me séduire: à quand le prochain?

 

Princesse Suplex

Léonie - Editions Manolo Sanctis

6,50€

 

http://lecomptoirdelabd.blog.lemonde.fr/filescropped/7992_292_431/2010/08/princesse-suplex.1282512227.jpg

Image trouvée ici

 


Repost 0

Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....