Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 09:51

   

Tremplin 94-SOS Femmes

La lutte contre les violences faites aux femmes a été propulsée "Grande cause nationale". Ce qui ne signifie pas que nous, citoyennes et citoyens, devons baisser les bras pour laisser faire seuls les pouvoirs publics.

L'Association Tremplin 94 organise le dimanche 28 novembre une course (10 km) et une marche (4 km) ouvertes à tous et toutes, avec un triple objectif: sensibiliser, rassembler, impulser et poursuivre.

 

En ce qui me concerne ce ne sera pas raisonnable de courir le 10 km pour cause de tout un tas d'autres activités épuisantes qui auront eu lieu avant, mais je risque de ne pas résister au plaisir de faire 4 km en décrassage.

 

Bref, coureurs confirmés ou occasionnels, hommes et femmes, c'est l'occasion de transformer le footing du dimanche en une action citoyenne et solidaire!

 

 

POUR L’ÉGALITE et

CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

Le dimanche 28 novembre 2010

à la Base de Loisirs à Créteil

 

Tarif: 10€ pour le 10 km.

L’intégralité des fonds collectés sera reversée

à l’association Tremplin 94–SOS Femmes

pour financer cette opération

 

 

Cet événement est marrainé par Madame Gisèle Halimi,

avocate et militante féministe.

 

Plus d'informations sur

http://www.tremplin94-sosfemmes.org/

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Mixité
commenter cet article
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 18:18

Voilà un truc qui commence à dater, mais est-ce que j'ai dit que Lucie Décosse que j'adore est championne du Monde des - de 70kg? Un titre mérité qui tombre après beaucoup de boulot, et un passage dans la catégorie de poids supérieure. Avant L. Décosse concourait dans les -  de 63 kg, catégorie dans laquelle elle a remporté un premier titre mondial en 2005. Il faut savoir qu'un judoka se maintient en général plusieurs kilos sous son poids de forme, ce qui est très contraignant et parfois dur à vivre (on relève des cas d'anorexie chez les judokas des deux sexes). C'est donc un beau challenge relevé!

http://s1.lemde.fr/image/2010/09/10/540x270/1409251_3_2ec0_lucie-decosse-qui-se-defait-de-la-russe.jpg

Photo trouvée ici

 

Sinon, en principe les Mondiaux d'Escrime qui ont lieu en ce moment ne vous ont pas échappé, avec des résultats relativement décevants pour les Françaises et les Français... mais c'est sans compter, en fait, la belle performance des escrimeurs handisports qui rapportent 6 médailles pour le moment. L'organisation des tournois handisport en même temps que les épreuves valides est une belle reconnaissance pour les athlètes handicapés qui sont des sportifs de haut niveau à part entière!

Sinon, Eurosport.fr fait un beau portrait de Laura Flessel, qui a décidé de continuer l'escrime jusqu'au JO de Londres. (Laura Flessel qui est par ailleurs une des rares sportives figurant au fameux classement des personnalités préférées des Français).

http://www.escrime-2010.com/rounded.php?url=images%2Fstories%2Fmedia%2Fimg_actus%2Fhandi-fleuret.jpg&topLeft=1&topRight=1&bottomRight=1&bottomLeft=1&width=433&height=333&crop=

Photo trouvée ici

 

Et on finit par la marathonienne Christelle Daunay, qui après sa 3e place au Marathon de New-York l'année dernière espérait le gagner cette année. Elle termine malheureusement 6e, la course a été remportée chez les féminines par une Kenyanne, Edna Kiplagat (photo). Une victoire de C. Daunay aurait été un grand tournant pour le haut niveau du fond français, qui est en manque d'effectifs, de souffle et de popularité dans les médias. Mais ce n'est pas vers le simple travail acharné que se tournent les projecteurs, c'est vers le succès. Espérons que ce sera pour la prochaine fois; allez Christelle!

http://www.lepoint.fr/images/2010/11/07/195478-106193-jpg_90360.jpg

Photo trouvée ici

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 21:51

Sa sous-médiatisation a favorisé l'éclosion sur le Net de quelques espaces qui lui sont exclusivement dédiés.*  Et avec ces sites on est bien loin du contenu traditionnel du média sportif, ne serait-ce que parce que sport féminin comporte beaucoup plus d'amateures et bénéficie de bien moins de moyens. Loin d'être des idoles inaccessibles, les sportives interrogées sont bien plus proches de nous dans leurs préoccupations et leurs aspirations. C'est moins de paillettes et de gloire. On parle beaucoup de travail, de sacrifices mais surtout de passion: une vraie bouffée d'oxygène lorsqu'on déplore la perte d'âme et les dérives de certains des sports les plus médiatisés.

Il me semble ainsi vain de vouloir absolument calquer le sport féminin sur ce qu'on fait chez les hommes. Par exemple s'il est évident que les footballeuses devraient gagner autant que leurs collègues, il est absurde de souhaiter qu'elles deviennent milliardaires comme eux; ce sont les hommes qui devraient gagner beaucoup moins (et elles un peu plus).

Et dans la mesure où sauf combinaison génétique exceptionnelle, jamais l'homme le plus rapide du monde ne sera une femme, les sportives ont adopté une conception différente du sport. Il faut laisser de côté la comparaison sempiternelle aux hommes pour exister par soi-même; il faut pratiquer le même sport mais avec ses propres objectifs et ses propres critères. La performance n'est pas une valeur absolue et doit se définir par rapport à soi-même. L'exaltation du premier marathon et la fierté d'une médaille olympique peuvent être comparable... et c'est bien pour le plaisir qu'on fait tout ça, non?

 

Dans certaines disciplines, le sport féminin s'invente de toute pièces, sans modèle préconçu. Et certainement  que le sport masculin voudra volontiers s'inspirer de ces nouvelles constructions. Se pencher sur le sport féminin est un moyen de repenser le sport dans son ensemble, ne nous en privons pas!

 

http://farm4.static.flickr.com/3560/3469462979_66996a12f7_z.jpg

Source photo

 

 

 *comme les spécialisés Des Filles en Ovalie ou Cyclisme féminin, ou bien le tout nouveau et généraliste Sportiva (fondé par les créateurs de DFO) qui rassemble aussi bien l'actualité du sport féminin que de l'analyse et des photos, et Femmes de Sport.

 

 

 

Repost 0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 21:01

Vous n'en pouvez plus qu'on vous rebatte les oreilles du Ballon d'Or? Désolée, moi aussi je vais parler de foot mais ne partez pas tout de suite: il s'agit du Trophée FIFA de la Meilleure Joueuse ,et une Française est nominée. C'est Camille Abily (photo), brillante internationale qui vient de rejoindre l'Olympique Lyonnais après sa saison aux USA, avec certainement en tête la Ligue des Champions

 

Si les pronostics vont bon train du côté des hommes, les passions ne se déchaînent pas autant pour savoir si Marta décrochera le Trophée pour la 5e fois, ou si une Birgit Prinz ou une Kelly Smith pourraient lui griller la politesse. Il faut dire que même si on le voulait, on serait bien en peine de posséder des éléments permettant de comparer.

Parce que c'est reposant, le foot féminin: au moins, si on n'a pas envie d'en entendre parler, on n'est pas dérangé. A la différence des hommes, les femmes ne squattent pas nos écrans, ne font pas la Une des journaux et leurs performances ne sont pas décortiquées jusqu'à overdose le dimanche matin.

Et là, je fais un rapprochement d'info honteux, mais il paraît que le nombre de licenciés de la Fédération Française de Football est en baisse. Je suis une footeuse, mais je trouve ça positif: moins de footballeurs c'est potentiellement plus de pongistes, de coureurs, de volleyeurs... Parce qu'une telle omniprésence finit par avoir valeur de norme et c'est malsain.

Si on pouvait parler beaucoup moins du Ballon d'Or et un peu plus du Trophée de la Meilleure Joueuse, ça ne ferait de mal à personne. Allez, la liste des 10 joueuses se réduira une première fois le 6 décembre et le trophée sera remis en janvier prochain.

 

http://www.fff.fr/common/bib_img/images/480000/4000/100915223842_600camille.jpgCrédit Photo: FFF.fr. Cliquez sur l'image pour accéder au diaporama du barrage retour contre l'Italie

 

 

Et j'ajoute qu'un des nominés pour le nouveau prix du meilleur entraîneur de foot déminin n'est autre que Bruno Bini, l'entraîneur des Bleues, qui viennent de se qualifier sans trop de problème pour la Coupe du Monde (qui aura lieu en juillet 2011 en Allemagne est-il encore besoin de le rappeler je vous le demande!). 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Football
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 09:00

 

http://photos.ladies-skijumping.com/43/images/IMG_6892.JPG

 

On va reparler de sports d'hiver... La FIS (Fédération Internationale de Ski) l'avait annoncé en juin et l'a confirmé début octobre: un circuit féminin de Coupe du Monde de saut à ski sera organisé en 2011. Jusqu'à présent, la discipline n'avait qu'un Championnat du Monde, disputé tous les deux ans.

C'est une belle victoire pour les sauteuses à ski qui s'étaient organisées en comité afin de faire entendre leur voix et faire de leur sport un sport olympique (le saut à ski masculin, est, lui, présent aux JO). Les organisateurs de JO de Vancouver n'avaient pas daigné les entendre. Espérons qu'après ce premier pas, on puisse voir les premières médaillées olympiques de saut à ski féminin à Sotchi, en 2014.

Pour patienter d'ici là je vous invite à lire l'interview de notre très jeune sauteuse française, Coline Mattel, qui raconte ses débuts et ses aspirations, et à naviguer sur les belles photos de sauts de ce site Internet (en anglais) entièrement consacré au saut à ski, où j'ai d'ailleurs pris mon illustration: Ladies skijumping

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Sports d'hiver
commenter cet article
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 09:00

 

Une critique que j'ai souvent entendue lorsque je m'enflamme sur le sport féminin, c'est: "Tu ferais mieux de t'occuper des femmes battues/des femmes précaires/des femmes afghanes." Et lorsque qu'une journaliste (et Petite Ailière aussi) s'est offusquée d'une pub sexiste de Décathlon, les commentateurs ont rivalisé de mépris en parlant de combat d'arrière-garde. Je sais parfaitement qu'il y a des situations autrement plus graves que celles des jeunes filles qui voudraient faire du rugby et qu'on force à faire de la danse. Néanmoins est-ce pour autant futile de s'attacher à améliorer l'image des sportives, et à faire évoluer les mentalités?

 

Il faut dire que le sport n'a pas toujours bonne presse. Toléré lorsqu'il est pratiqué pour la santé, on méprise ceux de ses plus fervents adeptes qui n'hésitent pas à y consacrer par passion une part importante de leur temps, pour pratiquer ou pour suivre l'actualité. Ne pas aimer le sport, ça fait bien, ça fait intellectuel. On s'imagine des caricatures: jeune coureur cadre dynamique parfaitement insupportable, qui se vante de ses perfs en mangeant des barres bio, ou désolant footballeur beauf et inculte qui passe ses week-ends à insulter les arbitres avant d'aller descendre des bières... choisissez votre camp!

On n'imagine pas les femmes prendre part à cet univers, et on les en écarte volontiers. Paradoxalement, ceci peut venir autant de féministes revendiquées que de fieffés machos, les unes estimant le sport entièrement construit sur des codes masculins à abolir (ou parfaitement inutile), les autres souhaitant garder leur pré carré puisque ces abominables bonnes femmes se sont mis en tête d'investir tous les autres domaines.

 

Personnellement, la simple idée d'être d'accord avec quelqu'un qui ait besoin de placer sa virilté dans un ballon (ou dans une bagnole) me ferait douter de mon opinion. Ensuite je ne suis pas du tout d'accord avec la rengaine "peu importe si les femmes font toutes de la danse tant qu'elles accèdent à l'égalité des salaires" . Justement, l'égalité des salaires, on ne l'a pas. Et ce n'est peut-être pas une coincidence.

Parce que tant que l'on estimera que les lanceuses de poids sont trop musclées, les magazines féminins nous abreuveront de leurs normes de féminité. Tant qu'on restera convaincus qu'il est dans la nature des garçons d'aimer le foot, impossible d'être persuadés que les maths n'ont pas de sexe. Et on n'aura jamais 50% de femmes à Polytechnique si on continue de croire que les sportives n'ont pas l'esprit de compétition.

 

La parité et la mixité, c'est dans tous les domaines qu'il faut la défendre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 16:21

Ce n'est pas un scoop, les métiers où l'on rencontre autant de femmes que d'hommes sont très rares. Et si vivre de sa passion est toujours difficile, ça l'est encore plus lorsque l'on est une femme et sportive. Voici deux exemples.

 

Les femmes jockeys sont très peu nombreuses, ce qui peut sembler doublement étonnant: d'une part, les femmes sont  ultra-majoritaires dans l'équitation, et d'autre part les exigences physiques du métier (petit gabarit et légèreté) me semblent - pour une fois - plus facile à remplir pour une femme. Pourtant, à l'image de la cuisine et de la couture, le haut du pavé est réservé aux hommes alors que les femmes constituent la base. Les raisons invoquées: le danger, les exigences de disponibilité, sont suffisantes pour dissuader de nombreuses pratiquantes à qui on a réussi à faire croire qu'elles étaient de petites choses fragiles qui seraient bien inspirées de consacrer du temps à leurs familles. Mais certaines ne s'en contentent pas: sur un forum de cavaliers, une jeune fille souhaite être réincarnée en cheval parce qu'"au moins pour les chevaux ya la parité".

J'ai trouvé cette interview de Nathalie Desoutter (photo) qui évoque les obstacles qu'elle a dû franchir, et notamment le "plafond de verre" des courses où l'attribution des chevaux semble fonctionner par copinage... les mécanismes d'écartement des femmes sont toujours les mêmes. Terra Fémina présente également le portrait de la jockey Delphine Santiago qui raconte son  parcours avec enthousiasme et de manière très détaillée, histoire de susciter des vocations.

 

http://www.asso-jockeys.com/sources/bibliotheque/actus/nathalie_desoutter_small(1).jpg

Source: Asso-jockey.com

 

Il n'y a eu aucune femme guide de haute montagne en France jusqu'en 1983. C'est un métier risqué, très prenant, et très physique. Les femmes guide ont dû passer, comme leurs confrères, un concours très difficile qui comporte plusieurs épreuves sportives, et où les minima sont les mêmes pour les deux sexes. Pourtant, aujourd'hui encore certains guides masculins considèrent que l'arrivée des femmes "dévalorise la profession" et les responsables d'agences se sentent encore obligés de demander aux clients "ça ne vous dérange pas si c'est une femme?" au moment de leur proposer un guide. Pour se construire une réputation en tant que guide, l'expérience prime mais celle-ci s'acquiert beaucoup par cooptation, inutile de dire qu'il n'est alors pas forcément facile pour une femme de faire ses preuves. Plus souvent que les hommes, elles sont appelées pour les groupes d'enfants ou les initiations de débutants, soit des missions moins exigeantes et donc moins valorisantes.

Martine Rolland a été la première femme à devenir guide, suivie de Sylviane Tavernier (photo) qui raconte son parcours ici. J'ai enfin été absorbée par ce long mais passionnant article de la sociologue Christine Menesson qui a enquêté sur 10 femmes-guides et a fait de très intéressantes conclusions, en particulier sur l'extrême difficulté qu'ont les femmes-guides a être soutenues par leur entourage et sur la culpabilité qu'on fait peser sur elle vis-à-vis de leur vie de famille. Un autre point qu'elle soulève m'a marquée, c'est que les clients moins attirés par le côté "exploit" mais plus par le côté "plaisir" faisaient plus facilement et a priori appel aux femmes. Et ceux-ci sont de plus en plus nombreux, n'en déplaise aux tenants de l'apinisme viril-qui-pisse-plus-loin.

 

http://fcorpet.free.fr/Denis/M/Grimpeuses/images/Sylviane-Tavernier-Abominet-ARsep87.jpgSource

 

 

 

 


Repost 0
Published by Gabrielle - dans Divers
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 21:55

Pourquoi fait-on du sport? Récemment a été dévoilée ce qu'on peut qualifier de découverte du siècle: le sport ne fait pas maigrir! Il y a désormais lieu de craindre que beaucoup remisent leurs baskets. Car à la différence d'autres loisirs comme le théâtre, la lecture ou le point de croix, beaucoup d'adeptes du sport ne pratiquent pas forcément par plaisir, mais pour la ligne ou la santé. Et beaucoup d'aficionados du sport-médicament (qui doit donc être désagréable pour être efficace) sont des femmes, de quoi donner du grain à moudre à ceux qui disent que l'effort physique, la compèt, la sueur, c'est pas pour les gonzesses. Il n'y a qu'à voir les discussions "sport" des forums féminins. On parle beaucoup de kilos mais peu de passion.

 

Je voulais revenir sur le statut bien particulier du sport qui fait que l'on me qualifie souvent de "courageuse" car je m'enquille des entraînements le soir sous la pluie. Mais c'est du plaisir!  Personnellement, c'est ceux qui arrivent à faire leur ménage toutes les semaines que je trouve courageux.

Cette image peut être valorisante, mais aussi carrément péjorative, faisant passer les sportifs pour des masos, ou alors des obsédés de leur apparence. Ce que je peux comprendre à l'heure de cet exaspérant "Manger-Bouger" obligatoire qui fait passer quiconque s'enfile un paquet de galettes bretonnes devant la télé pour une grande figure révolutionnaire et le joggeur en short pour un bête mouton victime de l'hygiénisme ambiant. Et cette tonitruante révélation (je me marre parce que personne n'en doutait vraiment) ne changera pas cet état de fait car les effets bénéfiques du sport sur la santé sont bien avérés.

 

Mais c'est tout de même bien dommage de ne vouloir parler du sport que dans les rubriques "Santé-Forme-Minceur" des magazines au lieu de les classer en "Loisir". Parce qu'au lieu de vouloir toujours trouver l'activité qui affinera le plus rapidement les cuisses, ce serait bien plus sympa de chercher ce qui nous amuse le plus, non?

Parce que là, se taper des dizaines de séances d'abdos-fessiers prodigieusement ennuyeuses dans une salle de sport privée hors de prix, effectivement, c'est courageux.

 

 

 

Repost 0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 16:44

Bien sûr, le titre est provocateur puisque je suis convaincue qu'il faudrait atteindre la parité dans ce domaine, tout comme au niveau de l'encadrement. Le sport, ce n'est pas que les sportifs mais aussi tous ceux qui contribuent au bon déroulement de la pratique et partout il faut plus de femmes.

Cette question n'a donc peut-être pas lieu d'être posée mais certains y répondent tout de même. La manière dont est traitée le sujet par les médias me semble très représentative de la manière dont on voit les "pionnières", les femmes qui investissent des secteurs surmasculinisés.

http://www.footofeminin.fr/photo/1779649-2419176.jpg?v=1261516588

Source: Footofeminin.fr

 

L'Equipe.fr salue aujourd'hui la promotion au niveau Fédérale 3 d'une certaine Mme Finck de manière très neutre, si ce n'est l'allusion à son "beau sourire" qui n'est à mon sens pas un critère de sélection au sein du corps arbitral... Ce qui rappelle l'obstination des médias à vouloir toujours rassurer le public quant aux femmes qui osent s'aventurer dans des terres masculines: "rassurez-vous, elle est baisable!"

Par l'odeur du machisme ordinaire alléchée, j'ai un peu farfouillé sur le Net. J'ai trouvé ce billet de Football.fr qui nous expliquait doctement qu'une femme arbitre susicte beaucoup plus de courtoisie de la part des joueurs... quels gentlemen. La seconde partie, plus intéressante, donne la parole à une arbitre qui parle de la difficulté des tests physiques pour les femmes puisque ce sont les mêmes, mais que justement le fait de les avoir réussi suscite le respect au sein de la profession. Il en résulte, nous sommes d'accord, que s'il est normal de remplir les même minimas pour arbitrer des rencontres masculines, que les femmes arbitres ont un niveau physique un peu meilleur rapporté à leur sexe. Ce billet conclut que la présence des femmes peut s'avérer salutaire à l'heure où l'on manque d'"hommes en noir".

Ces 3 points me font penser à tant d'autres domaines où pour légitimer la présence de femmes on se sent obligé d'expliquer quels avantages on y trouverait. Enfin on remarque qu'on ne porte jamais autant attention aux femmes que dans les domaines que les hommes boudent et qu'il faut toujours faire ses preuves pour obtenir de la considération. J'en veux pour exemple ce texte à charge sur les erreurs d'une femme arbitre, que l'auteur transforme en véritable échec de l'arbitrage féminin entier: 'l'arbitrage féminin est-il hors-jeu?" demande-t-il. A l'image de nombreux patrons, qui, confrontés à une mauvaise expérience avec une collaboratrice, en concluent qu'ils n'embaucheront plus jamais de femmes.

Je préfère cet excellente interview d'une arbitre de hand sur la formation des arbitres et les préjugés que rencontrent les femmes (week-ends occupés considérés comme problématiques pour elles mais pas pour les hommes, etc...) . Elle souligne que leur préparation doit être légèrement adaptée car à la différence des hommes elles évolueront dans un environnement qui ne réagira pas de manière neutre à leur présence.

En fait, il faut des femmes arbitres pour les mêmes raison qu'il faut des femmes médecins, des femmes mathématiciennes, des femmes plombier et des femmes policier. Car nous vivons dans un monde composé pour moitié d'hommes et moitié de femmes.

 

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Mixité
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 09:00

Amputées de 4 joueuses clés pour ce Mondial, les Bleues ambitionnaient d'atteindre les quarts de finale. Objectif atteint, donc! Mais leur défaite contre l'Australie (championne du monde en titre) leur fait terminer 6e pour ce Mondial, une place plus loin qu'en 2006. Le bilan apparaît donc mitigé. Par contre du côté des médias c'est franchement négatif: ce Mondial de basket féminin est passée assez inaperçu.

Mon indicateur, ce sont les infos qui parviennent à ceux qui ne les recherchent pas. Soit celles qu'on peut attraper au vol dans les journaux télévisés ou radio, émissions sportives, ou médias généralistes. Cela raduit bien le matraquage médiatique ou au contraire, l'invisibilité quasi-absolue. Il y a des résultats de matchs qu'on ne peut pas ignorer, d'autres qu'on ne découvre qu'en ne les cherchant bien. C'est le cas des scores et du calendrier du Mondial féminin! On doit cependant reconnaître que le Mondial de basket masculin a à peu près été traité au même niveau, tout comme bon nombre de compétitions sportives internationales, féminines, et masculines.

Pourtant les moindres remous du championnat de France de football n'échappent à personne, même à ceux qui s'en ficheraient. Et on a même droit aux championnats anglais, espagnols et allemands. Le rugby a beau tenter une percée, c'est encore et toujours le foot qui étouffe tout, le foot... masculin, évidemment.

 

 

Et sinon, ce sont les Américaines qui ont remporté le titre mondial contre les Tchèques:

http://czechrepublic2010.fiba.com/images/web/Events/10/FWCW/photos/daybyday/1003/USAvsCZE/USA/_400/Small_6usa2.jpg

(crédit photo: FIBA, trouvée dans le beau diaporama du site ofiiciel du Mondial)

 

 


Repost 0

Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....