Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 09:00

 

http://photos.ladies-skijumping.com/43/images/IMG_6892.JPG

 

On va reparler de sports d'hiver... La FIS (Fédération Internationale de Ski) l'avait annoncé en juin et l'a confirmé début octobre: un circuit féminin de Coupe du Monde de saut à ski sera organisé en 2011. Jusqu'à présent, la discipline n'avait qu'un Championnat du Monde, disputé tous les deux ans.

C'est une belle victoire pour les sauteuses à ski qui s'étaient organisées en comité afin de faire entendre leur voix et faire de leur sport un sport olympique (le saut à ski masculin, est, lui, présent aux JO). Les organisateurs de JO de Vancouver n'avaient pas daigné les entendre. Espérons qu'après ce premier pas, on puisse voir les premières médaillées olympiques de saut à ski féminin à Sotchi, en 2014.

Pour patienter d'ici là je vous invite à lire l'interview de notre très jeune sauteuse française, Coline Mattel, qui raconte ses débuts et ses aspirations, et à naviguer sur les belles photos de sauts de ce site Internet (en anglais) entièrement consacré au saut à ski, où j'ai d'ailleurs pris mon illustration: Ladies skijumping

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Sports d'hiver
commenter cet article

commentaires

Pascal Pgb 26/10/2010 09:59


Pour finir, nouvelle toute fraîche de cette nuit, le CIO a donné un avis favorable pour l'introduction du saut à skis féminin aux JO de Sotchi.... La décision définitive sera prise après les
Mondiaux d'Oslo en février 2011...
En voilà une bonne nouvelle


Gabrielle 27/10/2010 20:08



merci Pascal pour toutes ces infos, et cette bonne nouvelle :)


je suis contente car les sauteuses se sont sacrément bougées pour avoir gain de causse!



Pascal Pgb 25/10/2010 18:04


Pour compléter l'interview de Coline, voici le papier que j'avais écrit dans L'Equipe lors des Mondiaux de ski nordique de Liberec où le saut a skis féminin était pour la première fois au
programme.

Ça plane pour elles

Deux Françaises, âgées de treize et seize ans, participent aujourd’hui au premier concours

de saut féminin dans un Championnat du monde.

LIBEREC – (RTC)

de notre envoyé spécial

AU PIED DU TREMPLIN, Coline Mattel répond à ses premières interviews. Meilleur saut de l’entraînement de mercredi, encore placée hier, cette jeune fille (13 ans), avec son 1,57 m pour 45 kilos,
attire forcément la curiosité. Ses skis de 2,25 m collés le long de la combi, elle se livre même à l’exercice en anglais.

Ce matin, la Française, qui suit des cours de troisième par correspondance « avec un an d’avance », s’élancera du tremplin de Liberec. Avec elle, Caroline Espiau (16 ans) sera l’autre Tricolore à
participer à ce premier concours féminin intégré dans un Championnat du monde. Et les deux filles, formidables de fraîcheur, n’en sont pas peu fières. « Nous ne sommes pas habituées à autant de
caméras ou de sécurité, témoigne Caroline. On se rend compte que ce n’est pas n’importe quoi. »

Depuis le début de l’hiver, les sauteuses françaises multiplient les concours en Coupe continentale. « La Fédération commence à nous donner un peu de moyens, confie l’entraîneur. En plus des
déplacements, elle nous paie par exemple trois ou quatre jours de stage par mois. On ne peut pas encore trop aller aux États-Unis ou au Japon, mais nous sommes là. »

Élève en première S au ski-études de Villard, Caroline Espiau, depuis un an au club d’Autrans après avoir débuté à Oz-Allemont, fut la première à s’illustrer. « J’ai toujours fait beaucoup de
sport, explique cette jeune femme de 1,67 m pour 55 kilos. Je pratiquais en compétition le ski alpin, la gym (elle aurait pu entrer dans un pôle France) et la natation. Il y a sept ans, j’ai essayé
le saut et j’ai finalement plaqué tout le reste. Mes parents, qui n’ont pas la culture de la montagne, n’ont pas tout de suite compris. Mais aujourd’hui ils font 1 h 15’ de voiture aller et retour
pour m’emmener aux entraînements trois fois par semaine quand je ne suis pas à l’école. Même mon petit frère s’y est mis. »

Une Autrichienne

à plus de 200 mètres

Les parents de Coline ont été moins surpris. Avec un grand-père, un oncle et un cousin dans le milieu du saut, ils s’attendaient forcément à voir leur fille (cousine de Magdalena Mattel, ancienne
membre de l’équipe de France de ski alpin) aller chercher les grands frissons. « D’autant plus que j’ai toujours été un peu casse-cou, insiste la sociétaire des Contamines-Montjoie avec une
incroyable assurance pour une jeune ado déjà branchée reggae, alors que sa coéquipière vibre davantage aux rythmes de U 2 et Police. À mon premier saut, à l’été 2003, sur le tremplin de 30 mètres
des Houches, je suis tombée. J’ai pris ça comme un défi. Je suis assez mauvaise perdante et il fallait que j’y arrive. Et maintenant j’espère en faire jusqu’à ce que je sois trop vieille. »

Jacques Gaillard a beau avoir déjà vécu de grandes émotions, notamment quand il était l’entraîneur des « combinés » Fabrice Guy et Sylvain Guillaume, lors de leur doublé olympique à Albertville, il
est épaté. « Ces filles ont un cœur gros comme ça, témoigne-t-il. L’engagement qu’elles mettent dans leurs sauts est impressionnant. » Et il avoue même avoir versé sa petite larme il y a dix jours,
quand Coline est montée sur le podium des Mondiaux juniors pour aller chercher sa médaille de bronze. « Voir ce petit bout de chou avec sa médaille, c’était très fort, confesse-t-il. Tout le monde
était d’ailleurs heureux pour nous, qui sommes encore minuscules comparés à d’autres nations comme l’Allemagne ou la Norvège. »

Alors que la lutte, entamée il y a déjà bien longtemps (des femmes sautaient déjà au début du XXe siècle en Norvège), pour une meilleure reconnaissance du saut à skis féminin se poursuit – avec la
volonté de voir se créer une vraie Coupe du monde, des compétitions officielles sur de grands tremplins (l’Autrichienne Daniela Iraschko a déjà dépassé les 200 mètres sur le tremplin autrichien de
vol à skis de Kulm) et, bien sûr, l’intégration au programme olympique –, les deux demoiselles insistent sur la valeur sportive de leurs prestations (les règlements sont les mêmes, seul la barre
d’élan est un peu supérieure). « Voir des filles sauter n’a rien d’étonnant, s’offusque même Mattel. On peut faire la même chose que les mecs. » À peine treize ans et déjà de belles certitudes…

PASCAL GRÉGOIRE-BOUTREAU


Pascal Pgb 25/10/2010 18:01


La décision d'introduire le saut à skis féminin aux JO de Sotchi devrait être prise ce lundi. Cela constituerait une sacrée bonne nouvelle avec notamment deux petites Bleues au taquet, à commencer
par la jeune Coline Matel qui fait déjà partie des meilleures.


NicoD. 25/10/2010 17:24


C'est vraiment dommage de ne pas avoir pu se positionner côté français à l'organisation d'une des étapes de la 1re Coupe du Monde féminine.

Cela aurait été un signe fort pour nos athlètes : "Donnez-vous à fond, on est derrière-vous !".


Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....