Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 22:11

…ni les efforts intenses, ni les sensation fortes, ni la bagarre. Etc.

 

Leur manque de compétitivité « naturel » : voilà selon certains, ce qui détournerait les femmes de toute pratique à haut niveau. Et tiens donc, c’est aussi ce qui les tiendrait éloignées des filières professionnelles sélectives, des carrières brillantes et des lieux de pouvoir, quelle coïncidence. En plus, il se trouvera toujours quelqu’un pour dire « Est-ce que c’est un mal ? Ah, les femmes, elles au moins, n’ont pas envie d’écraser les autres, c’est tellement mieux… » Ah, ces tentatives de conforter les femmes dans un caractère soi-disant vertueux…mais qui comme par hasard, donne moins de reconnaissance, moins d’argent, moins de pouvoir.

 

Pour commencer par une parenthèse, la compétition n’est pas le seul ressort du sport, ni toujours le meilleur, mais on n’arrive pas à un certain niveau sans un minimum de niaque. D’ailleurs, même à un niveau amateur, on ne progresse pas sans s’accrocher. Et je distingue les perfectionnistes qui, en se comparant aux autres, évaluent leurs propres progrès, et ceux qui préfèrent gagner en jouant mal que perdre en jouant bien. Voilà qui est dit.

 

 

Et donc, de vraies compétitrices acharnées, qui veulent dépasser tout ce qu’il y a devant elles, j’en connais. Et pas qu’à haut niveau, des amatrices aussi. Zut alors, sont-elles des femmes ? Faut-il le répéter pour ceux qui croient aux fadaises de Mars et Vénus, l’esprit de compétition n’est pas inscrit dans les gènes masculins. C’est quelque chose qu’on nous inculque ou qu’on acquiert, selon notre caractère. Mais ce sont les garçons qu’on encourage dans ce sens : cet article, paru il y a quelque temps, m’avait frappée.

 

Ce billet explique également qu’on couve plus les fillettes que les garçonnets ; il en résulte que ces derniers découvrent mieux leur corps, appréhendent mieux l’espace et leurs limites. Ils se développent donc mieux : un coach de sport Co me disait qu’à âge égal les adolescentes qui débutent ont une coordination et une confiance en elle moins bonnes que les garçons, parce qu’elles n’ont pas fait de sport plus jeunes. De même, leurs muscles et leurs articulations sont moins renforcés et elles se blessent plus facilement. La prétendue fragilité des filles ne viendrait-elle donc pas de ce qu’on les surprotège ?

 

 

C’est enfin la même chose pour toutes les qualités qu’on développe en pratiquant un sport: compétition, mais aussi affirmation de soi, courage, esprit d’équipe, ténacité, obstination, agressivité - à bien distinguer de la violence- , perfectionnisme, ambition, j’en passe et des meilleures. Autant de qualités qu’on préfère voir chez les hommes. Les femmes, elles, apprendront plus tard dans les magazines que le sport sert uniquement à avoir le teint frais et les fesses fermes.

 

Chacun fait bien sûr du sport avec des sources de motivation qui lui sont propres ; mais si on faisait en sorte que chacun puisse trouver les siennes en fonction de son caractère et de ses possibilités, et non pas en fonction de son sexe ?

 

 

Photos: Ariane Friedrich (crédits photos Michael Steele/Getty Images Europe, trouvée ici) et Blana Vlasic (photo trouvée ici), deux sacrées sportives qui en veulent.

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Poncifs et préjugés
commenter cet article

commentaires

karine 06/12/2009 15:00


Vive les profs d'EPS au contraire ...qui font vivre aux élèves des expériences motrices variées dans le but de former unE citoyenNE physiquement et socialement éduquéE par le biais d'activités
physiques , sporitves et artistiques .
A chacunE après de trouver sa voie !!

A bientôt !

Karine


Petite Ailière 05/12/2009 01:21


Les profs de sport sont tous des nuisibles !!!! (Pardon Karine, Chacha, tapez pas !!!)


Gabrielle 04/12/2009 21:44


je me demande qqc: si je n'avais pas été aussi nulle en gym, danse et autres, je n'aurais pas ressenti le besoin de faire des trucs plus "masculins"? où est-ce que c'est parce que la gymnastique ne
m'intéressait pas que j'étais nulle? un peu des deux?

je m'explique: aujourd'hui, je suis bien contente de faire les sports que je fais parce que j'y trouve une gratification et mon équilibre.

mais en 4e, âge ingrat et autres joyeusetés, j'aurai donné n'importe quoi pour être gracieuse comme cette gymnaste de ma classe sur qui tous les garçons flashaient.
on retrouve complètement ce problème de valorisation des "qualités féminines" & co.

bon, c'est le fil "Confessions intimes", là, entre Petite Ailière et moi qui dévoilons nos traumatismes :)


karine 04/12/2009 21:23


Des profs femmes en plus ? Encore de celles qui n'ont rien compris .
Ceci dit c'est vrai que pour des questions d'ordre pratique on fait souvent des propositions pour satisfaire la majorité : tu n'as qu'à être dans les "normes " petite ailière non mais !
je rigole ...
En fait le souci actuel des équipes EPS est d'équilibrer au max les programmations d'activités pour que tout le monde s'y retrouve et pas seulement les garçons et les filles "atypiques" . On a
remarqué que les activités impliquant un affrontement ou l'athlétisme sont particulièrement discriminant pour le groupe filles .Elles y obtiennent jusque 2 points de moins en moyenne je crois .
Donc on tente d'introduire plus d'activités où elles réussissent mieux ( danse , cirque , step , acrosport, gym ).
à bientôt ,
Karine


Petite Ailière 03/12/2009 20:34


Karine, tu viens de ruiner mes espoirs : mes profs étaient des femmes.
Quand à la réponse pour savoir si on pouvait faire lutte : Oh, non, c'est pas possible parce que ça sera trop compliqué avec les listes, et puis en plus, tout le monde va vouloir changer !
Co******, on est déjà deux classes mélangées pour le cycle. Et tout le monde qui veut changer... euh... nan.


Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....