Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 08:00

La mixité à l'école est quelque chose de fermement ancrée dans les mentalités, mais depuis quelque temps quelques chercheurs se posent à nouveau la question de son bien-fondé, comme Mme Durut-Bellat dont le blog "Un Zest d'EPS" se fait l'écho. Et dans le sport? Je suis personnellement pour, "quand même", car j'avoue que les questions posées m'interpellent.

 

Premièrement, tout simplement parce que séparer les garçons et les filles en sport pour leur faire faire des sports différents (au hasard, barres parallèles pour les filles, rugby pour les garçons) au motif que "c'est quand même pas pareil" est débile. De quoi traumatiser les garçons nuls en rugby et les filles nulles en gym (c'était mon cas...).

Alors OK, j'ai aussi souffert des séances de hand avec des garçons plus grands, plus forts, qui n'acceptaient les filles que dans les cages avant de leur tirer dessus de toute leur force. Mais le problème vient-il alors vraiment de la différence garçons - filles ou plutôt de la manière dont le cours est mené et de la mentalité ambiante? (Je vais me faire des amis chez les profs d'EPS...) Bon, et je ne sais pas qui peut bien se sentir à l'aise avec le cours de piscine en 2nde, vu qu'à l'adolescence personne n'aime son corps...

Alors pourquoi si moi-même j'ai pu ressentir tous les inconvénients de la mixité en EPS, ai-je toujours envie qu'elle soit conservée? Parce que tout simplement on apprend à vivre ensemble. Quel intérêt y a-t-il à "protéger" filles et garçons puisque de toute façon le monde dans lequel ils évolueront sera mixte? De plus, j'ai finalement plus souffert du regard des autres filles, alors le problème ne vient pas forcément du sexe opposé...

La mixité est aussi le moyen de prouver à tous, garçons comme filles, que les rapports de force qu'on croyait établis sont parfois renversés: que ce soit en ping-pong, en volley, en course à pied ou en saut en hauteur, il n'est pas rare qu'il y ait des filles meilleures que les garçons. Et il n'est pas rare non plus de voir des garçons faire de parfaites rondades sur les tapis de gym...

Et les cours de judo que j'ai suivi très assidument pendant des années à cette même période étaient on ne peut plus mixtes et paritaires... J'en ai un excellent souvenir: le judo se pratiquant à gabarit égal, les différences physiques sont beaucoup moins évidentes - au moins chez les amateurs.

C'est vrai que la mixité telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui, avec des profs et/ou des parents pas forcément au courant sur les questions de genre et de stéréotypes, a de nombreux défauts. Mais je suis d'avis que supprimer la mixité serait seulement éviter le problème.

 

http://farm4.static.flickr.com/3654/3377137372_2723346023.jpg

 

Mais tout de même, dans un prochain billet, je vous parlerai de ce qui me fait hésiter au sujet de la non-mixité...

 

 

Crédit photo: Easyflow

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Mixité
commenter cet article

commentaires

karine 28/08/2010 18:52


C'est une image comme une autre. on pourrait aussi en donner d'autres. On ne critique pas les garçons ici. On discute entre passionnées de sport conjugué au féminin et il se trouve que l'on y
trouve des com' de femmes et d'hommes. Comme celui du Professeur un peu abrupt quand même mais bon voilà qui fait vraiment avancer le débat.


LeProfesseur 27/08/2010 10:19


"les filles que dans les cages avant de leur tirer dessus de toute leur force" J'aime bien cette image :-)


Emilie 21/08/2010 19:52


Etudiante tout fraîchement sortie du lycée, je peux moi-même confirmer que la mixité en cours d'EPS est rarement appliquée, que se soit au collège ou au lycée. A qui la faute? Les profs de sports
ne sont pas les seuls à blâmer, car c'est surtout la mentalité des filles et des garçons qui pose problème. Le nombre de filles qui pratiquent un sport est très faible et diminue encore au lycée.
La plupart se montrent d'ailleurs allergiques à certains sports (les sports collectifs en majorité), et fournissent généralement moins d'effort. Les garçons, quant à eux, sont ouvertement réticents
à former une équipe mixte. Enfin, la plupart des profs de sports (en tout cas d'après mon expérience personnelle) n'encouragent pas la mixité et divisent filles et garçons, sans tenir compte des
niveaux individuels et de la motivation de chacun. Je trouce cela dommage, car ça pénalise les filles qui ont un bon niveau, qui pratiquent le sport en question, et qui quelques fois sont aussi
bonnes voire meilleures que certains garçons (tous n'ont pas une prédilection pour le sport collectif!)


karine 19/08/2010 12:04


J'attends le prochain billet avec impatience ! Non tu ne vas pas te faire que des ami-e-s chez les profs d'EPS ( sais tu que ton blog est référencé sur un site très connu des "profs de sport" :
celui de Bernard Lefort ? et bien sûr un zest d'EPS )...Moi même prof d'EPS adorant mon métier je n'ai pas que des ami-e-s dans cette profession et je m'en fous !
Ceci dit le sujet est complexe car notre grande difficulé en EPS c'est aussi les installations sportives et celles ci pèsent parfois bien plus sur les pratiques des enseignant-e-s que toutes leurs
connaissances et toute leur pédagogie. Un cours d'EPS c'est parfois très lourd : gérer les vestiaires ( non mixtes tu t'en doutes et à des rythmes de changement différents aussi puisque souvent en
collège surtout les garçons ne se changent pas ), le matériel, les dispenses, gérer un trousseau de 20 clés...La place des filles en EPS n'est franchement pas la pré-occupation majeure de nombreux
collègues qui ne s'en cachent d'ailleurs pas.


Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....