Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 20:07

Le Bondy Blog ressort ses billets 2010 pour un Best Of estival bienvenu, puisque j'avais loupé cet article sur les cours de boxe féminine au Forum des Halles à Paris. J'avais déjà lu quelques artiicles là-dessus, mais tous m'ont semblé consensuels en nous servant des "plus rien n'est interdit aux femmes" attendris. L'auteure de l'article, Faïza Zerouala,  soulève, elle, de bonnes questions. Pour avoir pratiqué un sport de combat pendant 10 ans, je trouve sa "version des faits" bien moins édulcorée, et cela me donne l'occasion d'aborder quelque chose qui me trotte dans la tête depuis longtemps.*

 

Car le changement des mentalités dans le sport passe aussi par la franchise. L'auteure cite une certaine Isabelle, qui dit quelque chose que je n'ai jamais pu lire ailleurs: « Ça fait bien de dire aux gens qu’on fait de la boxe. Une femme qui sait castagner, ça fait fille autonome [...] Ça donne un côté rebelle, masculin ». Evidemment. Je me retrouve totalement dans ce qu'elle dit. On pratique un sport pour le plaisir qu'on en retire, mais aussi pour l'image qu'on s'en fait, qu'elle soit "avec" ou "contre" les règles établies. Quant on parle de sports de combats, il FAUT parler de ça.

Car oui, faire des "trucs d'hommes", pour une femme, c'est valorisant. Je n'ai pas toujours l'air de dire ça ici, mais on a  quand même souvent son petit succès d'estime quand on dit qu'on fait du hand, du marathon ou du taekwondo. 

Mais l'écueil, c'est de dériver sur des jugements de valeur et de très vite basculer dans une dévalorisation systématique des "trucs de femmes". Que ce soit une dérive sexiste supplémentaire ou une revanche des femmes qui ne pouvaient s'épanouir dans les activités féminines, je crois que c'est quelque chose de réel.

En tout cas, je l'ai vite ressenti quand j'étais ado: dans mon entourage à majorité de garçons, les filles se faisaient en gros accepter de deux manières: pour caricaturer, rugbywomen VS Barbies (je pourrai y revenir plus tard, il y a à dire).  Et quand on avait choisi d'être du côté des rugbywomen, plutôt mourir que de mettre un Tshirt rose. On ne saisissait pas tout ce que ce clivage avait de sexiste - je m'en suis rendue compte très tard.

Et cette "hiérarchie" est parfaitement intégrée dans la société, où tout ce qui est prétendûment féminin est dévalorisé inconsciemment. Une jeune boxeuse pense que les choses ont  enfin changé: « Les garçons pratiquent la danse et les filles vont s’inscrire dans les clubs de sport. ». Pas d'accord: si on parle de temps en temps des filles qui s'investissent dans des sports de garçons, je ne suis pas sûre que Billy Elliot fasse autant d'émules. On s'est ému devant le film, on a reconnu que tout de même, la tolérance c'est bien... mais en vrai, les danseurs suscitent toujours plus de malaise que les boxeuses. Eh oui, faire des trucs d'hommes, pour une femme, c'est valorisant, faire des trucs de filles, pour un homme, c'est la honte.

 

 

 

*Il n'empêche que le billet fait une belle pub à la boxe féminine...

 

 

Plus de billets sur le sujet:

"L'équitation est devenue un sport de gonzesse !"

Du patinage artistique "plus viril"...et les femmes dans tout ça?

La réponse de Johnny Weir aux commentateurs québécois

Le shorty rose en question

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Sports de combat
commenter cet article

commentaires

karine 09/08/2010 19:17


Bah, moi c'est le contraire, j'ai tendance à être trop pessimiste. Celà donne une vision plus réaliste et équilibrée d'échanger des points de vue.
Personnellement je n'ai jamais vraiment souffert car à une certaine époque je ne percevais pas moi même le sexisme derrière un certain ordre des choses. Et j'avais mes propres préjugés en la
matière. Rien de grave vraiment et le sport a vraiment été ( comme la lecture ) un véritable moyen d'émancipation. Donc la porte a été ouverte, c'est déjà ça. MAis c'est vrai aussi que nous avons
beaucoup de progrès à faire.


andré 09/08/2010 18:33


Non tu as raison ; je parlais plutôt de dirigeantes dans la vie économique, politique, sociale. Le sport reste dans ses instances dirigeantes et les médias autour très machiste. Il y a, il me
semble,de plus en plus d'arbitres femmes, y compris parfois dans des sports "masculins".Mais c'est vrai que la composition du monde dirigeant du sport dne reflète pas la féminisation à la base.
Je ne nie pas du tout les difficultés que, en tant que femme et sportive, tu as affrontées, qui me scandalisent et que d'autres subissent (il faudrait parler aussi des viols et intimidations
sexuelles que des femmes endurent parfois de leurs entraîneurs hommes).
J'ai tendance peut-être à être trop optimiste !


karine 09/08/2010 18:20


Sinon andre : tu en connais beaucoup des dirigeantes dans le sport ? et des arbitres ? des journalistes ? des présidentes de club ?


karine 09/08/2010 18:15


Je partage complètement ton point de vue progressiste andre mais c'est juste que je ne suis pas si optimiste que toi sur les progrès accomplis...et il m'arrive même de constater une régression (
chez les femmes comme chez les hommes ). Je pense réellement que les femmes sont prêtes à pratiquer des sports d'homme - dont les sports de combat- mais je crois que la société ( ordre patriarcal )
n'est pas prête à leur donner leur chance même si des portes s'ouvrent on est bien d'accord(boxe féminine - et pourquoi devoir préciser féminine- seulement aux JO de Londres ).


andré 09/08/2010 16:53


Une "transgression" , même par le haut, a sans doute un prix; par exemple, une femme qui est dans un domaine "masculin" essaye souvent de compenser par un look très féminin pour éviter les effets
négatifs en retour pour son "image"(je me souviens d'un reportage sur des femmes para dans l'armée qui insistaient sur le fait que hors du contexte entraînement/combat elles voulaient paraître très
"femmes"). Effectivement, sinon, certains hommes vont les classer en lesbienne (comme si des femmes lesbiennes ne pouvaient pas être belles et très "femmes"!)ou en femmes mal baisées, masculines
..
Ceci dit, il faut distinguer les situations; pratiquer des sports de combat comme le judo ou le karaté est une petite transgression maintenant tant le nombre de femmes a augmenté dans ces
disciplines ( avec des entraînements mixtes où elles battent régulièrement des hommes) .Ce sont les premières qui trinquent, pour les autres après c'est tout de même moins dure.
Parfois, ces femmes en font un plus en terme de prestige et de séduction et attirent par leur assurance et leur force tranquille. Il faut arrêter de croire qu'une femme séduit nécessairement en
jouant sur sa faiblesse, sa fragilité, son indécision. Les hommes (et les femmes) savent de plus en plus qu'une certaine force (physique et mentale) s'accorde très bien avec la "féminité".Les
grandes reines du passé l'on montré et les grandes sportives, dirigeantes d'aujourd'hui aussi.


Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....