Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 20:03
Je farfouillais un peu sur les sites de fédérations, de foot et de rugby pour ne pas les citer, quand je me suis rendue compte d'un truc tout bête mais édifiant: "l'Equipe de France", c'est toujours l'équipe des hommes. Si l'on parle des femmes, on précise toujours: "l'Equipe de France féminine", plus particulièrement "Féminine A" pour la Fédé de foot, "France féminine" pour la Fédé de Rugby...

C'est présenté plus ou moins maladroitement. La FFF sépare les torchons et les serviettes, si l'on peut dire: il y a l'Equipe de France et le terme "Sélections nationales" qui désigne les femmes et les jeunes. La FFR est plus politiquement correct, en utilisant le terme "Equipes de France". Mais las, quand on clique, on voit bien qu'il n'y a qu'un seul "XV de France".

On m'objectera que c'est normal compte tenu de la faible médiatisation, de la faible popularité et du faible nombre de pratiquantes de ces deux sports. Mais l'Equipe de France masculine et l'Equipe de France féminine de foot comportent toutes deux autant de membres!

Et justement parce que leurs homologues féminines sont moins médiatisées, c'est nier leur existence que de dire "L'Equipe de France" sans préciser pour parler des hommes. Si on prend la peine de préciser "masculine", c'est sous-entendre qu'il existe une équipe féminine, c'est en parler en négatif: c'est déjà reconnaître leur existence et donc leur importance.

C'est dommage car au demeurant, ces deux fédérations font des efforts notables pour mettre en valeur leurs équipes féminines et recruter de nouvelles pratiquantes. J'en ai parlé là, et puis là aussi par exemple.

On pourrait leur conseiller de prendre exemple sur le handball; la parité sur le terrain se répercute dans les termes avec deux laconiques "Senior F" et "Senior M"; ou bien sur le basketball qui parle d'Equipes de France, masculines et féminines.












Partager cet article

Repost 0

commentaires

Charles 24/02/2010 17:37


Oui Gabrielle peut être es ce une parité de façade car il nous reste tant à faire au niveau de la presse écrite canadienne. Les grands quotidiens couvrent à peine nos championnes tant au hockey
qu'au soccer. Et pourtant elles n'ont pas à rougir de leurs performances : au soccer elles se qualifient parmi les 12 meilleures nations alors que nos gars sont loin très loin derrière au
classement de la FIFA.

Durant la saison régulière de soccer, c'est le grand vide dans les quotidiens de Montréal. On ne parle jamais des Comètes , ni des carabins. Je dis bien la presse écrite de Montréal car dans la
ville de Québec, des journalistes de 2 quotidiens font un effort louable pour couvrir les matchs de l'Amiral SC ( http://www.amiraldequebec.com/ )

Au Hockey, la presse écrite canadienne parle de nos championnes que lors des Jeux olympiques d'hiver ( sans mentionner la présente controverse de certains journalistes de vouloir exclure le hockey
féminin des Jeux ). En fait durant la saison hivernal les journaux ne parlent rarement de hockey féminin. Pourtant nos championnes jouent dans cette ligue semi-professionnelle que la Ligue
Nationale (LHN..) hésitent à sponsoriser après bien des hésitations( comme le fait la NBA vis à vis la WNBA au Basketball américain), et peut-être alors que nos championnes de hockey pourront tirer
un modeste salaire de leur métier, au lieu, comme aujourd'hui, de payer pour jouer. Oui, elles paient pour jouer! Environ 1000$ par année.Le hockey féminin s'est incroyablement développé au Canada
mais la presse écrite et la télévision ça n'a pas bougé, toujours les mêmes préjugés.


karine 24/02/2010 16:36


Je partage une nouvelle fois ce regard que tu portes sur le sport français.Le masculin, "neutre" universel est un vrai piège que je qualifie pour ma part de "sexiste"et ce n'est qu'une illustration
supplémentaire de ses dérives. Je ne pense pas non plus que ce ne soit qu'un détail mais la partie émergée de l'iceberg. Merci pour cette piqûre de rappel et pour cette présence sur le net.


Gabrielle 24/02/2010 20:20


bonjour Karine, contente de te lire à nouveau!

l'utilisation du masculin comme neutre enferme sournoisement les femmes dans leur rôle traditionnel...et même dans le sport maintenant.
je pense aussi toutes les "coach" féminines qui ne veulent pas qu'on les appelle "entraîneuses", etc...


Gabrielle 24/02/2010 16:02


wow, Charles, j'ai vu les 3 premiers et c'est édifiant.
le soccer, ça ne m'étonnait pas puisque chez vous les filles sont majoritaires, non?
mais pour le hockey, qui est un peu comme le football chez nous (très populaire, très masculin) ça fait plaisir qu'au moins dans la construction du site, les féminines ne soient pas reléguées
derrière les hommes.


Charles 24/02/2010 14:55


Bonjour

Je me suis prêté au même test que Gabrielle mais sur quelques uns de nos sites canadiens dans les sports les plus importants chez nous.

sports universitaires
http://www.cis-sic.ca/splash/index

soccer
http://www.canadasoccer.com/

Hockey
http://www.hockeycanada.ca/index.php/ci_id/1008/la_id/2.htm



volleyball
http://www.volleyball.ca/fr

Natation
https://www.swimming.ca/Accueil.aspx

Ski
http://canski.org/fr/


a vous de juger le test de la parité Femmes/hommes sur nos sites


NicoD. 24/02/2010 12:14


C'est clair que le langage sportif est très piégeant dans le distingo hommes/femmes. C'est implicitement masculin sauf précision.

La remarque n'est pas seulement valable pour les équipes mais également pour les compétitions : il y a la Coupe du Monde de football et la Coupe du Monde féminine de football. En basket, on parle
d'Euroligue et d'Euroligue féminine. On pourrait multiplier les exemples...


Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....