Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 08:00

Le club Touch Roosters 91 avait organisé une journée découverte du Touch, et à cette occasion j'étais rentrée en contact avec Emmanuel Condé, chargé de développement pour la discipline. J'étais avide d'en savoir plus et Emmanuel à gentiment accepté de me présenter son sport en détail, et j'ai de quoi vous offrir un petite série de billets consacrés au Touch.

 

J'en avais touché (hihi...) un mot: une de ses particularités est qu'on peut jouer en mixité en tirant profit des qualités physiques des hommes comme des femmes. Ceci ajouté à la dépense physique (on cavale...) fait que le Touch à de quoi me plaire énormément...

 

Mais laissons donc la parole à Emmanuel:

"Le Touch est un sport qui tire son essence du rugby. Il a pris son autonomie en s’affirmant petit à petit et en développant ses propres règles qui lui donnent une forme de jeu bien spécifique. Il peut être défini comme un sport collectif d’invasion du terrain par l’évitement des adversaires(le rugby est un sport de combat et d’évitement), faisant appel à des qualités de vitesse, de passes, de feintes, de vision et de sens de jeu ."

 

"A son origine, le « Touch » n’est encore qu’un jeu, une manière « soft » de jouer au rugby à XIII. Il apparaît clairement (historiquement pourrait-on dire) en Australie, au sud de Sydney, dans les années 1960, (il a vraisemblablement été pratiqué de façon marginale dès le début de l’histoire du rugby). Durant la période estivale, dans le but de garder la forme et de s’exercer au jeu de passes et de courses, des treizistes mettent au point une forme de rugby à XIII dépourvue de tout contact physique : un simple « touché »  permet de défendre sur le porteur du ballon, l’oblige à s’arrêter et à marquer un temps de jeu ; les attaquants réengagent à chaque « touché » et au bout d’une série de cinq ballons d’attaque c’est la défense qui récupère le ballon et qui attaque à son tour.

Comme au rugby, le but est d’avancer sur le terrain en se faisant des passes vers l’arrière pour aller marquer des essais en aplatissant le ballon derrière la ligne de but adverse. Le Touch apparaît bien comme une « version douce » du rugby, dans le sens ou l’équipe qui défend doit simplement toucher le porteur de ballon pour stopper l’attaque. Il s’apparente plutôt au rugby à XIII dans ses actions d’attaques marquées par des temps d’arrêt à négocier le plus rapidement possible. Le sens du jeu collectif est cependant plus développé qu’au rugby XIII, se situant juste en-dessous du combat collectif du rugby à XV."

 

"Il y a environ  1000 licenciés touch en France. Beaucoup d’autres personnes ont pratiqué le touch de façon occasionnelle, sans pour autant détenir une licence dans une association sportive (il y a aux dernières nouvelles 24 clubs de touch en France). Concernant la proportion de femmes, je dirai que la fédération compte 1/3 de femmes et 2/3 d’hommes licenciés.  En Ile de France, il y a un championnat qui s’organise en 3 journées complète.

Au niveau de l'âge des participants, j’interviens dans les écoles et j’arrive à faire jouer des CM1 (à partir de 9ans), en dessous ce doit être possible mais un peu compliqué. "

 

"La plupart des compétitions sont mixtes ; c'est-à-dire que soit il y a plusieurs catégories (hommes, femmes, mixte, + 30 ans, + 35 ans, + 40 ans, comme pour la coupe d’Europe qui se déroule cet été à Bristol) ; soit la compétition se joue en mixte. Les tournois exclusivement masculins sont très rares."

 

Billets à venir:
Le Touch, c'est quoi? (2) - La pratique en mixité
Le Touch, c'est quoi? (3) - Pourquoi c'est génial?

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Sports collectifs
commenter cet article

commentaires

Philippe 20/04/2010 20:41


Bonne soirée


Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....