Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 18:37

Des femmes sportives, OK, ce n'est plus une rareté. Mais des femmes qui dirigent et entraînent une équipe, masculine ou féminine, c'est encore exceptionnel. Cet article de Rue89 recense, à divers niveaux, les raisons de cette disparité, au sens de non-parité. Faible vivier de départ, sacrifices exigés pour devenir entraîneuse, conditionnement dus à l'éducation...

L'article oublie cependant un point (même si ce n'est pas le sujet... voir le titre): c'est bien de se demander si des joueurs masculins sont prêts à se faire coacher par une femme (et je pense que la réponse n'est pas si évidente), mais a-t-on demandé aux joueuses ce qu'elles préféraient?

 

Peut-être qu'il est communément admis qu'une coach entretiendrait "naturellement" des liens forts avec "ses" joueuses, mais toutes les sportives ne sont pas de cet avis. Je suis plus à l'aise avec des coachs hommes, beaucoup de mes coéquipières aussi. Comment l'expliquer? Je n'aime pourtant pas les attitudes de "coq" qu'ont pu avoir certains de mes coachs au milieu de leurs joueuses, mais j'appréciais surtout la vision distanciée qu'ils avaient. Ce n'est certainement pas que les femmes sont incapables de prendre du recul, c'est surtout que le fait de ne pas être dans la "bande de filles" que nous étions qui lui permettait de l'avoir. Parce qu'une entraîneuse c'est encore rare, encore curieux, elle peut être tentée de coacher "différement des hommes" pour se démarquer et jouer sur la corde "solidarité féminine". Ce qui ne passe pas toujours bien: le coach dirige le groupe, est proche du groupe, mais n'est pas dedans!  

 

Mais les entraîneurs masculins d'équipe masculine alors? On ne leur reproche rien? Moins, parce qu'eux ne sont pas attendus au tournant. On ne leur demande pas de prouver leur valeur ajoutée, on ne se demande pas ce qu'il peuvent apporter de plus en tant qu'homme. Ils ont donc pleine latitude pour choisir leur méthode.

 

Mais je n'en démords pas: avoir un coach de l'autre sexe, c'est l'apport d'un semblant de mixité dans un groupe plutôt fermé, surtout dans les sports co où par la force des choses tout le groupe est d'un seul sexe. ça permet aux joueurs ou aux joueuses de prendre conscience de conditionnements ou de stéréotypes liés à leur sexe. L'entraîneur va pousser ses footballeuses à oser frapper au but au lieu de faire la passe indéfiniment aux copines, l'entraîneuse va apprendre à ses judokas qu'une technique bien travaillée est souvent plus efficace que la force pure.

 

http://www.ouest-france.fr/photos/2011/12/18/111217182309933_21_000_apx_470_.jpg

Olivier Krumbholz, entraîneur de l'Equipe de France féminine de Handball (photo trouvée ici)

 

http://cdn.bleacherreport.net/images_root/galleries/104/104346/crop_450x500_GYI0058057056.jpg

Silvia Neid, entraîneure de l'Equipe Allemande de Football (photo trouvée ici)

Partager cet article

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Sports collectifs
commenter cet article

commentaires

andré 28/02/2012 18:24

Il faut voir aussi les enjeux en terme d'agent: être entraineur(e)/ coach dans certains sports comme le football (ou en formule 1 !!!) c'est gagner beaucoup d'argent soi-même et c'est en faire
aussi gagner beaucoup, beaucoup aux membres de l'équipe: les hommes ne lacheront pas facilement ces postes.

Gabrielle 28/02/2012 19:43



et même au niveau amateur: rien que le petit prestige de se dire entraîneur, même si c'est les Poussins de Bouzin les Foins, certains ne sont pas non plus prêts de le lâcher.


cela dit, comme dans énormément de cas ça pase aussi par une revalorisation des tâches "typiquement féminines" des clubs de sport. La buvette, le covoiturage des gamins, ça aussi ça fait vivre un
club sportif!



mariel75 28/02/2012 09:03

ici, l'époux a plusieurs coach, dont une femme, oui oui, en rugby ;) il a été étonné au départ mais pour lui le coach est avant tout un coach qui est là pour te faire progresser, homme ou femme, la
question ne se pose pas.
D'ailleurs on pourrait comparer un entraineur à un prof et on sait à quel point l'enseignement est trusté par les femmes... il y a donc un probleme quelque part... :)

Gabrielle 28/02/2012 19:41



je pense que bcp d'hommes sont comme ton mari, c'est ce que je disais dans mon billet.


un sportif un peu intelligent, il veut progresser, peu importe qui soit le coach.


sinon, ce que tu dis sur les profs est intéressant, parce qu'on a toujours plus de nanas qui entraînent les jeunes enfants... comme si on considérait que "naturellement" elles vont mieux s'en
sortir avec eux.



Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....