Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 22:59

Les Mondiaux de lutte ont lieu toute cette semaine au Danemark. Parmi les 11 athlètes de l’équipe de France se trouvent... trois femmes, qui prendront part à la compétition les 23, 24 et 25 septembre.

 

Traditionnellement, la lutte est très pratiquée par les deux sexes dans les pays d’Europe de l’Est et d’Asie Centrale : Russes, Georgiens et Bulgares sont par exemple abonnés aux podiums. Chez les femmes, il faut aussi compter avec les Japonaises.

(Entre parenthèses: ça m'intrigue toujours beaucoup que dans une même discipline, ce ne soit pas forcément les mêmes nations qui dominent selon que la compétition soit masculine ou féminine. Je pense y revenir un jour dans un billet.)


Mais les Françaises en lice possèdent elles aussi un beau palmarès: Anna Gomis a décroché pas moins de 4 titres mondiaux, et le bronze aux Jeux d’Athènes, lors de la première compétition olympique (eh oui: c’est tout récent). Audrey Prieto a été championne du monde en 2007, et Meryem Selloum a obtenu le bronze lors des derniers championnats d’Europe.

 

Comme beaucoup, je n'ai découvert la lutte que l'année dernière aux JO de Pékin, à cause de la victoire des frères Guénot. On entend déjà peu parler des hommes; et comme on s'en doute pour un sport de combat, les filles sont peu nombreuses sur les tapis. Ainsi je n’imaginais pas un instant que la lutte féminine française puisse avoir une aussi belle importance sur le plan international. Pourtant ce n'est pas nouveau: les premiers championnats du monde de lutte féminine ont été créés en 1987; si j’en crois le site de la fédération, les Françaises brillaient déjà : Sylvie Van Gucht, Georgette Jean, Isabelle Dourthe, Brigitte Herlin et Patricia Rossignol, l’avaient emporté dans leurs catégories respectives. Au total, si j'en crois le site de la fédération, 13 françaises ont été championnes du monde.
 

En France, la lutte est très pratiquée dans les régions du Nord-Est, de manière plutôt familiale. J'ai renoncé à comprendre les règles que je trouve effroyablement compliquées ; je me contente d’admirer la technique, par exemple ça et ça, qui me fait un peu penser au judo dans les attaques et les techniques de projection.


 

 

 

La lutte féminine est une adaptation de la lutte qu'on dit libre; le but est globalement de plaquer les deux épaules de l'adversaire au sol. Il n’est pas réservé aux plus gros gabarits car les lutteurs sont classés par catégorie de poids (7 catégories chez les femmes, de -48kg à -72kg). La lutte permet de muscler tout le corps ; et en tant que sport de combat, j’imagine qu’il permet d’améliorer la maîtrise de soi.

 

Pour en savoir plus : Fédération Française de Lutte.

 

Pour voir de quoi il s'agit, voici un combat d'Anna Gomis:

 

 

 

 

 

 

Et j'ai trouvé ici les très belles photos d'illustration.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Sports de combat
commenter cet article

commentaires

cheval 14/01/2010 17:23


Salut Maertens Laura tu vas bien!je suis le petit fils de CHEVAL ALBERT(lutteur champion de france, c'est lui qui a entrainer ta maman en championne du monde de lutte).je voudrait te contacter pour
avoir des nouvelles de ta maman et avoir des anciennes photos voir vidéos d'elle et peu etre de mon grand père...
merci d'avance voici mon adresse e-mail: mr-cheval@wanadoo.fr je pourait t'envoyer plusieurs photos quand elle était jeune...


maertens laura 27/11/2009 20:19


sylvie van gucht est ma mere mes elle c remarier et elle sapelle plus comme sa . g toute les video d elle faite des article sur elle car cetter une grande champione


Ecrivez-Moi!

  • : Entrées en lice
  • Entrées en lice
  • : Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!
  • Contact

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....