Mardi 13 décembre 2011 2 13 /12 /Déc /2011 19:32

Six mois après la coupe du Monde féminine les footballeuses n'ont pas envahi les médias, mais ne sont pas retombées dans l'oubli pour autant. Le changement majeur qu'aura apporté cette coupe du Monde c'est surtout la diffusion de matchs de D1 féminine sur la chaîne France 4. Des voix s'étaient élevées pour protester, arguant que le championnat, ultra dominé par une seule équipe, serait nul au possible à suivre. Il semble pourtant que les spectateurs soient plutôt au rendez-vous, le dernier match ayant rassemblé 325 000 téléspectateurs. Il faut dire qu'il s'agissait d'une des meilleures affiches du championnat (OL - Juvisy) mais c'est honorable, quand on pense que l'année dernière le même match se déroulait sans caméra dans un stade vide ou presque.

Vue aussi cette interview de la capitaine des Bleues, Sandrine Soubeyrand, pour le magazine Marie-Claire. Plutôt pertinente. On est clairement dans la com' mais le message passe bien. Pour une fois qu'on ne se sert pas d'une sportive comme mannequin... et puis l'apparition de footballeuses dans les mags féminins en fait des modèles potentiels pour les jeunes filles. Positif, donc.

Evidemment tout n'est pas rose puisqu'à lire cette interview de Sandrine Mathivet, l'entraîneuse (oui, je tiens à ce terme-ci!) de Juvisy, les obstacles au foot féminin sont bel et bien réel et la Fédération Française de Foot ne prend pas de mesures radicales pour le favoriser. Pour fournir un championnat de D1 plus relevé et donc plus intéressant, il est évident qu'il faudrait transférer une partie de l'argent gagné par les garçons au profit du foot féminin. Ce qui semblerait normal dans d'autres fédérations où l'on joue collectif semble honteux dans un sport où on refuse encore de voir que si l'on regarde moins le football au féminin c'est parce que l'on n'y a pas mis les moyens, pas parce que ce sont des femmes.

 

http://www.leprogres.fr/fr/images/9D3F600E-3B21-480B-9EB5-9B8A8F9F02CE/LPR_03/photo-stephane-guiochon.jpg

Photo Stéphane Guiochon, trouvée ici

 

 

Publié dans : Football
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 29 novembre 2011 2 29 /11 /Nov /2011 19:02

Vous vous en rappelez peut-être (ou pas), mais j'avais abordé le sujet des salles de sport réservées aux femmes il y a quelque temps. Je n'étais pas convaincue: je n'aime pas l'idée que seule la "fuite" des femmes permette d'éviter les dragueurs intempestifs ou la "honte" d'afficher ses bourrelets devant les hommes. Mais le changement de mentalité ça ne fait pas gagner autant d'argent que d'ouvrir des salles réservées aux femmes, sans compter que si plus personne n'a honte de ses bourrelets beaucoup moins de monde ira se faire suer là-dedans.

 

Ici en Finlande, pour des raisons aussi diverses que la météo quelque peu hostile, et des maux de dos nécessitant quelques renforcements, je me suis mise à fréquenter la salle de sport près de chez moi, qui comporte toute une salle avec des appareils réservés aux femmes. Sur le moment, j'ai râlée, déçue que même en Finlande ou j'imaginais une égalité des sexes accrue (ce n'est pas forcément vrai dans tous les domaines) on cède à ce genre de mode.

Après l'échauffement je me suis donc résolument dirigée vers les appareils mixtes.

Puis je suis partie dans la direction opposée.

La perspective de faire mignonnement quelques séries de chaise romaine à proximité de grands colosses blonds beuglant sous le poids de leurs haltères m'a un peu refroidie. Pourtant il y avait des nanas! Mais, très aguerries, gants de muscu, très concentrées, faisant les mouvements à la perfection. Pour moi, qui en suis encore à regarder les schémas pour savoir comment on se sert des machines (sans compter que je ne parle pas finnois, ce qui me donne l'air encore plus neuneu quand j'essaie de déchiffrer le point n°2 de la notice de la presse) c'est le flip absolu.

C'est donc avec soulagemen, toute honte bue, que j'ai échoué dans la salle réservée aux femmes. Pas grand-monde, et surtout des minettes qui essaient de comprendre les machines. Banco, je ne suis pas la seule! Après avoir conscienceusement réalisé mes séries de muscu dos, j'ai pu m'abîmer à loisir dans la contemplation du mode d'emploi finnois des machines à faire des quadriceps, sans avoir la désagréable impression que Musclor attendait son tour avec impatience.

 

Je précise au passage que la philospohie de cette salle de sport n'est pas la même: il n'est pas question de se soustraire totalement du regard des hommes puisque les salles d'échauffement avec les tapis et les vélos sont mixtes, les cours de gym sont mixtes aussi. Il faut dire qu'en Finlande, on ne se pas fait draguer par des gros lourds.

Je pense sincèrement que cette salle de muscu a été pensée pour fournir un endroit tranquille aux débutantes comme moi ou aux pratiquantes occasionnelles.

C'est vrai que les garçons pourraient aussi souhaiter avoir un endroit comme ça. Mais ne pas avoir confiance en soi et ne pas se sentir légitime surtout quand on débute, est une des conséquences du conditionnement des filles. Je vois dans cette approche la même utilité relatives que les courses à pied exclusivement féminines. Un coup de pouce pour se mettre le pied à l'étrier, pour se sentir en confiance et surtout, à sa place. Pas question de fuir les homme! notre monde est mixte.

 

J'ai donc intérêt à devenir une experte en muscu fissa, histoire de me donner raison et de quitter un jour la salle des débutantes :)

 

Publié dans : Mixité?
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 15 novembre 2011 2 15 /11 /Nov /2011 20:11

Une incursion chez les sportifs, mais chez ceux dont on ne parle pas beaucoup...

Rue89 Sport consacre un article au patineur français Chafik Besseghier. Et oui, il y a des garçons qui choisissent de pratiquer le patinage artistique. Lui voulait d'abord faire du hockey mais n'était pas très doué. Et puis un jour, il a changé de tenue, mais gardé ses patins.

 

J'ai assez souvent rencontré des "Billy Elliott", des gens qui s'étaient essayés à des sports conformes à leur sexe sans succès ou sans plaisir, avant de démarrer un sport connoté "de l'autre sexe". J'ai plus vu de gymnastes qui se sont mises au foot ensuite avec bonheur; que de footballeuses se mettre à la GRS.

C'est plus facile de prendre conscience des préjugés quand on est soi-même mal à l'aise avec le moule imposé. Mais pas forcément plus simple de rompre avec un modèle satisfaisant pour l'ego, surtout pour les hommes qui sont soumis à des cadres encore plus restreints.

Et non, pas facile de renoncer au modèle du hockeyeur viril pour devenir patineur.

 

http://images.corriere.it/Media/Foto/2011/11/19/ghiazzio_1.jpg

Photo Reuters trouvée ici

 


Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 4 novembre 2011 5 04 /11 /Nov /2011 08:00

Un article sur les haltérophiles féminines. On ne nous épargne pas le couplet sur ces-sportives-qui-savent-rester-femmes, bien sûr. C'est agaçant de devoir toujours être maquillée et "faire des efforts" pour être "féminine" pour qu'enfin on daigne vous regarder et vous valoriser. Je ne suis pas sûre non plus qu'il faille vraiment se réjouir de la perte de prestige des gros gabarits. L'haltérophilie au féminin, c'est super si tu es mince et jolie? Mouais, tout passe mieux, quand on est mince et jolie... Les nanas qui concourent dans les plus grandes catégories de poids apprécieront.

Cela dit, quel angle aborder pour parler d'un sport aussi négativement connoté que l'haltérophilie? Après tout, on a tendance à penser que les pratiquants sont tous et toutes des montagnes de muscles hyper baraques. Alors si ce n'est pas vrai, il faut le dire.

Par contre, avoir recours à un discours comme "ça ne fait pas des grosses cuisses, vous aurez les jambes fines, allez-y!" me gêne. Je préfèrerais qu'on apprenne à apprécier les corps des sportives, plutôt qu'à vouloir à tout prix chercher LE sport qui fera les cuisses fermes-mais-pas-trop-musclées. Parce que ça n'existe pas! On ne laisse pas plus tranquille les sportives que les autres femmes et on les trouvera toujours trop maigres, trop musclées, trop plates, trop baraquées... les magazines féminins en premier.

Ce que j'aimerais que les journalistes disent, c'est que quand on aime le sport qu'on pratique, on aime le corps qu'on s'est fait. 

 

Pour les curieux, j'avais écrit ce billet sur l'haltérophilie, il y a deux ans.

 

http://themean.files.wordpress.com/2008/08/marilou1.jpg

L'haltérophile canadienne Marilou Dozois-Prévost, photo trouvée ici.

 

Publié dans : Sport féminin et médias
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mercredi 26 octobre 2011 3 26 /10 /Oct /2011 19:11

La direction du PSG prouve son mépris pour le football féminin en empêchant les joueuses de se produire au Parc des Princes, pour une rencontre qui sera retransmise à la télévision. C'est à lire ici.

 

Les faire jouer dans un autre stade en banlieue, c'est les priver d'un public éventuel qui aurait aussi été attiré par un cadre prestigieux. Et c'est faire un effet désastreux à la télévision: aussi doué que soit le cadreur, ça fait toujours un peu cheap de filmer des rencontres dans des petits stades quasi déserts. Pas de quoi fournir un spectacle de qualité donc, et totalement contre-productif pour la promotion de la discipline.

 

Dans le journal l'Equipe, il est précisé que le club à toujours à coeur de développer et soutenir la section féminine. Si les envoyer jouer dans un petit stade loin des projecteurs fait partie de ce projet de développement, on est en droit de s'inquiéter... Doit-on répéter encore et encore que le meilleur moyen de développer, c'est de permettre à un maximum de monde de voir des footballeuses et des matchs féminins?

On apprend ensuite que le Parc des Princes doit être "sanctuarisé", c'est à dire, pour eux, "réservé aux professionnels". De peur que les joueusesne  ternissent le prestige de l'équipe masculine, certainement.

 

http://s.psg.fr/psg/image/phototheque/g/138/27564.jpg

Les joueuses du PSG ont remporté 3-0 le match retour de Champion's League contre Peamount.

 

A Lyon, on ne s'émeut pas de faire jouer les féminines de l'OL au stade de Gerland. Et si ce n'est pas encore salle comble, le public et la victoire sont au rendez-vous.

 

Et toujours pendant ce temps, une tribune geignarde sur le site du Monde se plaint du désamour pour le football et de la baisse du nombre de licenciés. Tiens donc.

 

 

 

Publié dans : Tacle par derrière...
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Mercredi 19 octobre 2011 3 19 /10 /Oct /2011 19:24

Les fameuses Easytone de Reebok, qui promettaient des fesses de rêve sans effort, se sont faites épingler pour publicité mensongère...  ça ne me surprends pas (a lire ici). Mais le subterfuge a dû être lucratif, au vu du nombre de blogueuses qui ont fait la promotion de ces baskets miracles, et qui hésitent encore maintenant à les jeter. (Je ne rentrerai pas dans le débat du ça marche?/ça marche pas? je suis convaincue depuis longtemps que c'est du pipeau, non je n'ai même pas essayé, oui crucifiez-moi)

Visiblement, nombreuses sont les femmes qui considèrent encore le sport comme une activité cosmétique nécessaire mais contraignante, au même titre que l'épilation ou le brushing, et j'avoue que je me sens un peu en décalage quand je parle de promouvoir le rugby féminin. Je connais des femmes qui vont tous les jours à la salle de sport en détestant ça, juste pour garder la ligne: je ne sais pas s'il faut admirer leur force de caractère ou les plaindre pour tout ce temps perdu à se faire ch...

 

Il faut dire que quand on est une femme et qu'on cherche un sport à pratiquer, les médias ne savent nous parler que de salles de gym hors de prix où l'on pratique la dernière activité fitness à la mode.

 

Alors que si ça se trouve, l'Amicale des pongistes du coin de la rue propose des entraînements pas cher, avec des horaires pratiques et une ambiance super sympa. Peut-être que les pots à la fin des séances ce n'est pas bon pour la ligne, mais ça donne sacrément envie de revenir les fois d'après...

 

NB: Je ne reçois rien de la fédé de ping-pong, mais c'est un sport très peu féminisé et je me demande bien pourquoi, parce qu'il n'a pas une image ultra-virile. Il est vrai que ce n'est pas réputé pour muscler les fessiers. 

Affiche trouvée ici

http://www.lratt.fr/images/stories/09-10/20x30_fft_enfant_exe_2.jpg

Publié dans : Essai transformé!
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Entrées en lice

Relayer l'actu du sport féminin, battre en brèche les idées reçues. Parce qu'il y a aussi des sportives!

Qui suis-je?

Je suis une sportive amateure un peu touche-à-tout et très accro... Quand je ne suis pas en short, je suis une fervente spectatrice. Mais le sport féminin c'est pas facile à suivre dans les médias: pour une femme, mieux vaut être mignonne que championne. Dans ces conditions, difficile de motiver les copines pour un footing....

Ecrivez-moi!

Partager

Suivez mes nouveaux billets!

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés